•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un autre départ au conseil municipal de Gatineau

Le conseiller en entrevue à l'intérieur de l'hôtel de ville de Gatineau

Pierre Lanthier, conseiller dans le district de Bellevue, à Gatineau, ne se présentera pas aux prochaines élections (archives).

Photo : Radio-Canada

Le conseiller municipal, Pierre Lanthier, ne sollicitera pas un nouveau mandat, en novembre prochain. Même s'il avait laissé entendre qu'il serait candidat, l'élu du district de Bellevue a décidé de tirer sa révérence.

Policier à la retraite du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), M. Lanthier s'est lancé en politique municipale lors de la campagne électorale de 2017.

Élu par une majorité de près de 50 %, il a succédé à l'ancienne conseillère Sylvie Goneau, candidate défaite à la mairie, dans le district de Bellevue.

Après presque quatre années de mandat, et après avoir cumulé plusieurs fonctions, notamment à titre de membre du Comité exécutif et maire suppléant, il se dit fier du travail accompli.

Il admet cependant que le travail de conseiller est parfois éreintant. Il soutient toujours son travail, mais croit que le temps est venu pour lui de passer à autre chose.

Ça fait plusieurs semaines que je réfléchis à tout ça, mes quatre années de mandat, mes 34 ans au sein de la police de Gatineau et une année de mission de paix en Haïti... On réalise avec le temps qu'on est fatigué.

Je veux prendre du temps pour moi, pour ma famille, mes enfants, ma conjointe et ma petite fille, Élisabeth.

Une citation de :Pierre Lanthier, conseiller municipal du district de Bellevue

L'ouverture de l'aire d'expansion dans le secteur Bellevue Nord, l'arrivée d'une nouvelle école primaire et les refoulements d'égout à répétition ont été des dossiers importants, mais difficiles, confie le conseiller Pierre Lanthier.

On prend ça à cœur. Tu vis avec tes dossiers, tu dors avec tes dossiers, tu rêves de tes dossiers, tu te réveilles même la nuit pour y penser parce que tu veux aider les citoyens.

Pierre Lanthier admet candidement qu'il a eu les larmes aux yeux en annonçant la nouvelle à ses proches. S'il entend mener tous ses dossiers à terme d'ici novembre, il sait que les liens qu'il a développés au conseil, tout comme dans son quartier, vont lui manquer.

Plusieurs nouveaux visages

Pierre Lanthier s'ajoute à cinq autres élus municipaux, certains en poste depuis plus d'un mandat, qui ont annoncé leur départ de la vie politique depuis le début de l'année, soit le maire Maxime Pedneaud-Jobin, les conseillers Gilles Carpentier, Cédric Tessier, Renée Amyot et Myriam Nadeau. Neuf autres se disent toujours en réflexion et devraient annoncer leurs intentions au cours du printemps. Seulement cinq élus ont officiellement confirmé qu'ils solliciteront un nouveau mandat.

Avec la décision de Jean-François Leblanc et de Maude-Marquis-Bissonnette de se lancer dans la course à la mairie, et l'ajout d'un nouveau district électoral dans l'ouest de la ville, Mitigomijokan, trois autres districts devront élire un nouveau conseiller lors du scrutin du 7 novembre.

Des 20 sièges autour de la table du conseil, soit 19 conseillers et le maire, près de la moitié sera donc occupée par de nouveaux visages.

Daniel Champagne en entrevue à la Maison du citoyen.

Le président du conseil municipal de Gatineau, Daniel Champagne (archives)

Photo : Radio-Canada

S'il se dit déçu de voir partir autant de collègues, dont Pierre Lanthier, avec qui, dit-il, il partage une vision politique, le président du conseil municipal, Daniel Champagne, se dit enthousiaste face au vent de changement que ces départs vont apporter au sein du prochain conseil.

Je peux imaginer le sentiment qu'avaient Denis Tassé ou Denise Laferrière, en 2013, lorsque le conseil municipal s'est renouvelé, dit l'élu du district du Versant. J'appréciais beaucoup la transmission d'informations, les conseils que j'ai trouvés utiles, ajoute-t-il.

J'espère être capable de jouer ce rôle, un rôle d'accompagnateur au sein du prochain conseil qui sera majoritairement renouvelé, si, bien sûr, les citoyens veulent bien de moi aux élections.

Une citation de :Daniel Champagne, conseiller municipal du district du Versant

Plusieurs candidats déjà en lice

Même si la campagne électorale municipale n'est pas encore officiellement lancée, de nombreux candidats s'affichent déjà.

Plusieurs indépendants, dont France Bélisle à la mairie, et René Coignaud, dans le district de Hull-Wright où il a brigué les suffrages en 2017, sont en lice.

Le parti Action Gatineau, qui devrait confirmer la candidature de Maude Marquis-Bissonnette à la mairie le 25 avril, à l'issue d'une assemblée générale de ses membres, entend présenter des candidats dans tous les districts. Six assemblées d'investiture sont déjà complétées et trois autres sont prévues le mois prochain.

Des candidats qui devront faire campagne dans un contexte de pandémie, une crise sanitaire dont l'impact se fera sans doute toujours sentir après le scrutin de novembre.

Des candidats qui devront aussi évoluer dans un contexte de plus en plus difficile selon le président du conseil municipal qui soutient que la politique municipale est maintenant devenue un sport dangereux.

Faisant référence aux nombreux commentaires et attaques personnelles dirigés à l'endroit d'élus du Québec sur les réseaux sociaux, Daniel Champagne dit souhaiter que la situation ne vienne pas dissuader d'éventuels candidats de faire le saut en politique.

C'est certainement un élément négatif qui convainc certaines personnes de qualité de quitter la politique municipale, soutient M. Champagne. Si le conseiller du district du Versant dit être capable de faire fi de ces commentaires désobligeants, il avoue que les attaques personnelles sont difficiles à encaisser.

Je vois tous les jours des élus qui sont découragés, qui pleurent, qui ont une fatigue extrême, qui ne peuvent pas le montrer en public. Je trouve ça extrêmement déplorable, extrêmement difficile.

J'ai 200 personnes qui sont bloquées sur mes réseaux sociaux. À partir du moment où il y a une forme d'agressivité, moi, je bloque. Je compte bien maintenir cette approche-là dans un prochain mandat.

Une citation de :Daniel Champagne, conseiller municipal du district du Versant

Le conseiller Champagne croit que des campagnes de sensibilisation comme celle lancée par l'Union des municipalités du Québec, en mars dernier, permettent de s'attaquer à ce phénomène. Malgré tout, il se dit motivé à poursuivre son travail d'élu, un travail au service des citoyens qu'il qualifie d'extraordinaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !