•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université Laurentienne prépare sa deuxième phase de restructuration

055a8081

L'Université Laurentienne fait face à des défis financiers sans précédent.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Radio-Canada

Après avoir sabré 69 de ses programmes pour retrouver sa viabilité financière, l’Université Laurentienne se prépare à la seconde phase de sa restructuration.

Elle demandera aux tribunaux l’autorisation de poursuivre ce processus jusqu’à la fin du mois d’août lors d’une audience le 29 avril.

Durant cette période, l’Université espère poursuivre les négociations avec ses créanciers pour assurer une transition harmonieuse vers la session d’automne.

Les tribunaux seront aussi appelés à valider plusieurs éléments du plan de restructuration de l’établissement, tels que les ententes avec ses syndicats et le transfert du programme de gérontologie de l’Université Huntington.

Afin de financer ses activités jusqu’en septembre, l’Université Laurentienne est arrivée à une entente de principe de 10 M$ avec Firm Capital Corporation.

La firme lui a déjà prêté 25 M$ pour venir à bout de sa première phase de restructuration, montant qui a été dépensé dans son entièreté.

Ce nouveau prêt est conditionnel à ce que l’entente de fédération de l’Université Laurentienne soit résiliée le 1er mai. L’établissement a répété à plusieurs reprises que cet accord lui était coûteux.

Or, les universités fédérées de Thorneloe et de Sudbury contestent toutes deux la fin de l’entente devant les tribunaux.

Elles soutiennent que leurs établissements ne sont pas la cause des déboires de l’Université Laurentienne, et que la fin de la fédération leur causerait des difficultés financières significatives.

Dans les documents déposés devant la cour, le recteur de l’Université Laurentienne, Robert Haché, indique que les motions des deux universités fédérées devront être réglées lors de l’audience du 29 avril.

Incapable de payer ses factures, l'établissement s'est placé à l'abri de ses créanciers le 1er février.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !