•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de nouvelles livraisons du vaccin AstraZeneca ce mois-ci au Canada

La main d'une personne qui remplit une seringue avec une fiole du vaccin AstraZeneca contre la COVID-19.

Les 1,5 million de doses d'AstraZeneca en provenance de l'Inde ne pourront pas être livrées au Canada ce mois-ci.

Photo : Reuters / Yves Herman

Radio-Canada

Santé Canada affirme que les doses attendues ce mois-ci du vaccin AstraZeneca en provenance du fabricant indien Serum Institute of India ne pourront pas être livrées. Et ce, en raison de la situation épidémique difficile en Inde.

C'est ce qu'a déclaré le major-général Dany Fortin, jeudi, lors d'une conférence visant à faire le point sur la distribution de vaccins au pays.

Nous ne recevrons pas les doses ce mois-ci alors que la situation en Inde continue, a déclaré le major-général Fortin, qui dirige l'opération de distribution de vaccins au Canada.

Il y a un délai actuellement, a confirmé pour sa part Joëlle Paquette, directrice de l’approvisionnement en vaccins à Services publics et Approvisionnement Canada.

Elle assure que les discussions se poursuivent avec le Serum Institute, qui fabrique le vaccin en Inde, sous le nom de Covishield. Ils s'engagent à livrer les 1,5 million de doses qui restent à être livrées au Canada.

L'Inde signalait jeudi une recrudescence de nouvelles infections au coronavirus, avec près de 315 000 nouveaux cas en 24 heures. Le deuxième pays le plus peuplé du monde bat ainsi un pénible record mondial.

Le système de santé de ce pays est à court de lits d'hôpitaux et d'oxygène. Depuis le début de la pandémie, l'Inde dénombre 15,9 millions de cas au total.

Des délais dans la livraison de vaccins Moderna sont aussi enregistrés au Canada, de même que dans d'autres pays, notamment en Europe. Nous sommes en discussion constante avec eux, a déclaré le major-général Fortin, et j'espère avoir des clarifications quant au nombre et aux dates de livraisons à partir du mois de mai.

Quant au vaccin de Pfizer-BioNTech, des livraisons régulières de millions de doses sont prévues au Canada d'ici au début de juillet. Le pays doit aussi recevoir 300 000 doses du vaccin de Johnson & Johnson la semaine prochaine.

Selon le major-général Fortin, ces délais ne devraient pas compromettre l'administration prévue de la deuxième dose du vaccin. Au début du mois, le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) avait réitéré sa recommandation d'allonger jusqu'à 4 mois l'intervalle entre l'administration de la première et de la deuxième dose du vaccin.

Aucun vol en provenance de l'Inde et du Pakistan

En fin d'après-midi, le gouvernement Trudeau a annoncé qu'il suspend tous les vols de passagers commerciaux et privés en provenance de l’Inde et du Pakistan pour freiner la propagation du variant B.1.617 du coronavirus. La mesure entrera en vigueur à 23 h 30 HAE.

Un peu plus tôt, jeudi, la Chambre des communes, par une motion, et l'Ontario et le Québec, par une lettre, avaient demandé au gouvernement Trudeau de restreindre les vols internationaux entrants, surtout ceux provenant de pays où la propagation de la COVID-19 est élevée, comme l'Inde et le Brésil.

En décembre, le gouvernement canadien avait interdit les vols de passagers en provenance du Royaume-Uni, dans le but de freiner la propagation d’un nouveau variant du coronavirus – B.1.1.7 – qui s'était développé dans ce pays. Cette interdiction avait été levée au début de janvier.

En date du mercredi 21 avril, l'Agence de la santé publique du Canada recensait plus de 70 000 cas du variant  B.1.1.7.

Respecter les consignes

Mais pour le Dr Howard Njoo, administrateur en chef adjoint de l'Agence de la santé publique du Canada, la fermeture possible des frontières n'est pas le seul aspect qu'il faut considérer pour protéger la santé et la sécurité de la population canadienne.

C'est presque impossible d'empêcher les virus de se propager; les frontières sont une chose un peu artificielle [...], a-t-il expliqué, avant de rappeler qu'il importe de respecter les consignes sanitaires au sein même du pays. Car la transmission communautaire est à l'origine d'un plus haut pourcentage de cas que l'importation dans le pays.

Il faut avoir une approche globale, conclut le Dr Njoo.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !