•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan vert fédéral pourrait être plus clair, selon des agriculteurs de la province

Les agriculteurs de la Saskatchewan considèrent que le budget fédéral va dans la bonne direction, mais veulent s'assurer que l'argent se rende à destination.

Vue aérienne d'un tracteur muni d'une faucheuse qui coupe le foin dans un champ bien vert.

Le montant réservé aux agriculteurs pour s'éloigner du diésel ne semble pas les satisfaire (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les agriculteurs de la Saskatchewan voient d’un bon œil le plus récent budget fédéral, mais ils demandent davantage de détails concernant les subventions canadiennes destinées à la transition écologique de leurs fermes.

Le gouvernement de Justin Trudeau déploie 200 millions de dollars sur deux ans afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant des fermes.

Cet argent servira entre autres à la gestion de l’azote, à l’augmentation des cultures de couvertures et à la normalisation du pâturage en rotation.

Selon l’éleveur et producteur de céréales situé à proximité de Bladworth au sud de Saskatoon, Ian McCreary, les changements annoncés ne surviendront pas du jour au lendemain, mais il s’agit d’un premier pas dans la bonne direction.

C’est un investissement sans précédent, qui reconnaît que les agriculteurs sont les moteurs de la transition écologique. Ce budget reconnaît la part d’innovation des agriculteurs, et permet de rendre ces innovations accessibles à travers le Canada.

Ian McCreary est membre des Fermiers pour la transition climatique, dont la mission est de contribuer à des solutions environnementales durables en agriculture. Selon lui, le budget du gouvernement fédéral reflète les priorités de l’organisme.

Les émissions de GES des fermes canadiennes sont en croissance, et nos clients exigent que nous développions des moyens de production plus écologiquement responsables.

La science est très claire par rapport à ce qui doit être fait pour améliorer notre empreinte écologique

Une citation de :Ian McCreary, membre des Fermiers pour la transition climatique

Des zones d'ombre

L’agriculteur de Bladworth affirme qu’il faudra maintenant s’assurer que l’argent aille aux bons endroits, afin de financer les bons projets.

Même son de cloche du côté du président de l’Association des producteurs agricoles de la Saskatchewan (APAS) Todd Lewis.

Les plans ne sont pas très détaillés, explique-t-il. 

L’agriculture est le pilier principal de notre économie, comme ils le disent dans le budget. Ce sera donc intéressant de voir comment les fonds vont se rediriger vers la Saskatchewan.

Le premier ministre Justin Trudeau montre le pouce à Chrystia Freeland après que la ministre a présenté son tout premier budget fédéral.

Les agriculteurs de la Saskatchewan curieux du déploiement de l'argent qui leur est réservé dans le plus récent budget fédéral (archives)

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Un courriel provenant du ministère fédéral de l’Agriculture et de l'Agroalimentaire indique que l’argent ne sera pas disponible immédiatement, mais devrait l’être dans les prochains mois.

Le gouvernement assure également qu’une partie des revenus générés par la taxe carbone sera redistribuée aux agriculteurs de la Saskatchewan, de l’Alberta, du Manitoba et de l’Ontario.

Dès 2021, ce sont 100 millions de dollars qui devraient être redirigés vers les agriculteurs, selon le budget. Les allocations subséquentes dépendront des revenus générés par la taxe carbone. Plus celle-ci augmentera, plus les contributions deviendront substantielles.

Ce sont ces éléments du budget qui inspirent une certaine consternation auprès du président de l’APAS.

Quelles activités seront couvertes? Est-ce que c’est destiné à chaque agriculteur? Est-ce que ça inclut le gaz naturel et le propane qui sont utilisés sur les fermes?

Selon lui, 100 millions de dollars ne suffiront pas à compenser la taxe carbone, puisque le montant sera partagé entre les agriculteurs de quatre provinces différentes.

Par ailleurs, Todd Lewis affirme que le montant de 10 millions de dollars octroyé pour s’éloigner du diésel dans les deux prochaines années risque d’être insuffisant, puisqu’il s’agit d’une somme pancanadienne. À son avis, cet argent serait mieux investi en recherche et développement afin de concevoir des équipements moins dommageables pour l’environnement.

Avec les informations de Cory Coleman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !