•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de points de contrôle entre les villes du Grand Vancouver, dit le gouvernement

De nombreuses voitures sont prises dans le trafic.

La C.-B. n’installera pas de points de contrôle routiers entre les régies de la santé Fraser et Vancouver Coastal.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Radio-Canada

La Colombie-Britannique n’imposera pas de contrôles routiers entre les régies de santé qui touchent le Grand Vancouver lorsque les nouvelles restrictions sur le déplacements entreront en vigueur, précise le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth. Il n’y aura pas de barrage routier entre Burnaby et Vancouver, par exemple.

Il sera encore possible de circuler sans être contrôlés entre les territoires des régies de santé Vancouver Coastal et de la vallée du Fraser.

À compter de vendredi, les déplacements non essentiels entre les régions sanitaires de la Colombie-Britannique seront officiellement interdits durant cinq semaines. La province entend donner les détails de son plan la journée même.

Les automobilistes peuvent, par exemple, s'attendre à être questionnés sur les motifs de leur déplacement aux terminaux des traversiers et sur les autoroutes entre le Grand Vancouver et l’intérieur de la province, explique Mike Farnworth.

Des affiches aux frontières entre l’Alberta et la Colombie-Britannique visent à décourager les déplacements non essentiels entre les provinces. Si quelqu'un entre en Colombie-Britannique, il ne pourra pas se rendre dans une autre région sanitaire, affirme le ministre.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Inquiétude chez les policiers

Les corps policiers éprouvent de graves préoccupations en ce qui concerne le renforcement de cette mesure sur les déplacements.

En plus d'assumer une charge de travail déjà lourde, la participation aux barrages routiers met encore plus de pression sur les ressources limitées et expose nos membres à un risque supplémentaire d'exposition et d'infection possible, dit le président de la Fédération de la police nationale, Brian Sauvé.

Le directeur du syndicat, Robert Farrer, estime que la nouvelle réglementation est ambiguë. De façon pragmatique, avoir un policier sur le bord de la route qui essaie de déterminer si un voyage est essentiel est une pente très glissante, dit-il.

Avec les informations de Karin Larsen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !