•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Variants : les vols en provenance de l'Inde et du Pakistan interdits pour 30 jours

Quatre passagers indiens attendent avec leurs bagages.

Les voyageurs rentrant au Canada doivent se soumettre à une quarantaine obligatoire, dont trois jours en isolement à l'hôtel, à leurs frais, le temps d'obtenir les résultats d'un test de dépistage de la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Ottawa suspend tous les vols de passagers commerciaux et privés en provenance de l’Inde et du Pakistan pour les 30 prochains jours afin de freiner la propagation du variant B.1.617 du coronavirus. La mesure est entrée en vigueur jeudi à 23 h 30 HAE.

Ainsi, les passagers qui quitteront l'Inde ou le Pakistan après cette heure devront passer par un autre aéroport avant d'entrer au Canada. Et le gouvernement fédéral ajoute une autre condition, puisqu'un autre test négatif sera requis lors de cette dernière escale.

Le gouvernement fédéral a procédé à cette annonce en fin de journée jeudi lors d'une conférence de presse virtuelle à laquelle ont participé plusieurs membres du cabinet Trudeau.

Il s'agit d'une mesure temporaire, pendant que nous évaluons l'évolution de la situation et déterminons les mesures appropriées pour l'avenir.

Une citation de :Omar Alghabra, ministre des Transports

Cette décision survient alors que l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a détecté une hausse disproportionnée de cas positifs de passagers dont le vol partait de l'Inde ou du Pakistan, indique-t-on dans le communiqué de l'annonce.

Selon la ministre de la Santé, Patty Hajdu, les vols en provenance de l'Inde représentent 20 % des passagers entrant au Canada, mais 50 % de tous les tests positifs effectués à la frontière.

Certains vols sans passagers entre le Canada, l'Inde et le Pakistan continueront néanmoins d'être autorisés pour assurer l'approvisionnement continu de vaccins, d'équipement de protection individuelle et d'autres biens essentiels, a assuré le ministre des Transports, Omar Alghabra.

Une telle permission permettra de recevoir au Canada les doses de COVISHIELD – la version indienne du vaccin d'AstraZeneca – commandées par le gouvernement Trudeau, qui arriveront finalement plus tard que prévu, selon ce qu'a fait savoir jeudi le major-général Dany Fortin, responsable de l'opération de vaccination au Canada.

Air Canada suspend ses vols

Rapidement, Air Canada a fait connaître son intention de se conformer à la décision du gouvernement Trudeau.

Le dernier vol passager régulier entre les pays partira de Toronto ce soir à 22 h 30 HAE pour Delhi, a indiqué le transporteur à Radio-Canada.

Air Canada assure une liaison quotidienne entre Toronto et New Delhi, ainsi que quatre vols hebdomadaires entre Vancouver et la capitale indienne. Il ne dessert toutefois pas le Pakistan.

Les clients concernés seront informés de la situation et des options leur seront proposées, y compris un remboursement complet, a fait savoir l'entreprise.

Une demande des Communes

La pression était forte sur le gouvernement Trudeau pour qu'il interdise ces vols directs. Inquiets devant la propagation des variants brésilien et indien au Canada, les élus de la Chambre des communes réclamaient qu'il intensifie les contrôles dans les aéroports du pays.

Une motion présentée par le Bloc québécois au Parlement avait été adoptée à l'unanimité, jeudi après-midi, sans que les libéraux s'y opposent.

Ladite motion demandait au gouvernement de suspendre immédiatement les vols de passagers non essentiels en provenance de pays ayant un haut taux d'éclosion de variants de la COVID-19, dont l'Inde et le Brésil, à l'image de ce qu'il [avait] fait lors de la suspension des vols en provenance du Royaume-Uni le 20 décembre 2020.

Le gouvernement fédéral n'a toutefois pas interdit les vols en provenance du Brésil, jeudi. Le président du Conseil privé de la Reine pour le Canada et ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, a expliqué qu’il n’existe actuellement aucun vol direct vers le Canada à partir du Brésil.

L'Ontario et le Québec le voulaient aussi

Sur Twitter, le premier ministre du Québec, François Legault, a salué la décision du gouvernement Trudeau, soulignant que les variants sont nombreux et plus contagieux et qu'Ottawa devrait en faire plus pour protéger la population.

Plus tôt dans la journée, l'Ontario et le Québec avaient fait parvenir au premier ministre une lettre exigeant de celui-ci qu'il réduise l'arrivée des vols internationaux et qu'il serre la vise à la frontière canado-américaine – une démarche appuyée par la Colombie-Britannique et l'Alberta, selon nos sources au cabinet Legault.

Ces nouvelles mesures devraient être en place aussi longtemps que nécessaire, ou jusqu’à ce que les risques d’apparition de nouveaux variants au Canada à la suite de déplacements aériens et terrestres non essentiels aient été réellement réduits.

Une citation de :Extrait de la lettre commune rédigée par l'Ontario et le Québec

Selon François Legault, qui s'est adressé à la presse en matinée, des voyageurs infectés réussissent toujours à entrer au pays en dépit des mesures de contrôle en place.

Qui plus est, la mise au jour dans les médias de stratagèmes permettant à des voyageurs de contourner les règles de quarantaine obligatoire est préoccupante, selon lui. Tout comme la circulation de faux tests négatifs de dépistage de la COVID-19.

Les voyageurs qui arrivent au Canada doivent actuellement passer trois tests de dépistage, soit : quelques jours avant leur arrivée; dès leur arrivée; et à la toute fin de la période de quarantaine obligatoire de 14 jours.

Ceux qui arrivent au pays par la voie des airs doivent en outre séjourner trois jours à l'hôtel, à leurs frais, en attendant le résultat de leur deuxième test de COVID-19 – une règle qui ne s'applique pas aux frontières terrestres du Canada.

Un variant qui fait peur

L'ASPC a recensé à ce jour 51 cas de variant indien au Canada, dont au moins 39 en Colombie-Britannique. Un premier cas québécois, mercredi, et un premier cas albertain, jeudi, ont également été signalés.

Soupçonné d'être plus résistant aux vaccins contre la COVID-19 que les souches antérieures de la maladie, ce variant suscite beaucoup d'inquiétudes, même si rien ne prouve pour le moment qu'il soit plus contagieux, précisent plusieurs chercheurs interrogés sur le sujet.

L'Inde a recensé jeudi près de 315 000 nouveaux cas de COVID-19 en 24 heures, battant un terrible record mondial, tandis que la situation se tend dans ses hôpitaux aux prises avec une pénurie d'oxygène et de lits.

De nombreux pays dans le monde ont pris des mesures pour diminuer, voire interdire, les vols en provenance de l'Inde, dont la France, les Émirats arabes unis et la Nouvelle-Zélande. Les États-Unis, quant à eux, déconseillent désormais les voyages en Inde, alors que la Grande-Bretagne a ajouté le pays à sa liste rouge.

Avec Sébastien Bovet et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !