•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des patients COVID de Lévis à Rimouski : « un échange de bons procédés », selon le CISSS

La façade de l'Hôpital régional de Rimouski

Les patients seront transférés de Lévis à Rimouski (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent ne s'inquiète pas outre mesure du transfert de patients atteints de la COVID-19 de Lévis vers Rimouski.

En raison de la situation sanitaire préoccupante dans les régions de Chaudière-Appalaches et de Québec, le directeur des services professionnels adjoint du CISSS de Chaudière-Appalaches, le Dr Jean Lapointe, prévenait hier que des patients pourraient éventuellement être transférés au Bas-Saint-Laurent, à l'hôpital de Rimouski.

Un scénario qu'a à son tour confirmé jeudi matin le président-directeur général adjoint du CISSS du Bas-Saint-Laurent, le Dr Jean-Christophe Carvalho en entrevue à l'émission Info-réveil.

Ça se discutait déjà depuis une semaine, a-t-il raconté au micro d'Éric Gagnon. La demande formelle du CISSS de Chaudière-Appalaches est arrivée hier, selon le Dr Carvalho.

Il faut aussi se rappeler qu'ils avaient pris de nos patients au début de la troisième vague, donc c'est un échange de bons procédés, a-t-il expliqué.

Selon le PDG adjoint du CISSS du Bas-Saint-Laurent, les ressources sont au rendez-vous pour accueillir ces nouveaux patients de l'extérieur de la région.

Dans l'éventualité où la situation sanitaire devait se dégrader davantage au Bas-Saint-Laurent, le CISSS peut compter sur le réseau de coopération provincial pour transférer ses propres patients ailleurs, a ajouté le Dr Carvalho.

Pour avoir cette capacité d'accueil, il rappelle que du délestage a dû être organisé à l'hôpital de Rimouski.

Notre objectif à l'heure actuelle c'est de bien utiliser nos ressources, de trouver un équilibre, a indiqué le Dr Carvalho.

Une fois la situation sanitaire rétablie, le PDG adjoint estime qu'un délai de 8 à 12 semaines sera nécessaire pour stabiliser les opérations hospitalières dans la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !