•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la Capitale-Nationale « à deux doigts » de devoir transférer des patients

a8cfb288087e4c08944e006d7a84a1ba

Dans la dernière semaine, le CHU de Québec a ouvert deux nouvelles

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Les hôpitaux de la Capitale-Nationale tiennent bon face à la troisième vague de COVID-19, mais le chef des soins intensifs du CHU prévient qu’il faudra transférer des patients vers d’autres régions si la hausse des hospitalisations se poursuit. Sur la Rive-Sud, un premier patient de Lévis a dû être transféré à Rimouski.

On est à deux doigts d'avoir à transférer des patients en dehors de notre région, indique le Dr Jean-François Shields alors que 35 patients occupent un lit de soins intensifs dans la Capitale-Nationale.

Dans la dernière semaine, le CHU de Québec a ouvert deux nouvelles unités de soins intensifs dédiées aux patients atteints de la COVID-19. Il sera difficile de leur dédier davantage d’espace. On commence à sentir que l'élastique est étiré beaucoup puis qu'on approche du point de rupture , se désole le Dr Shields.

Le chef des soins intensifs note qu’à tout le moins les hôpitaux des autres régions, mis à part ceux de Chaudière-Appalaches, ont encore la capacité d’accueillir de nouveaux patients.

Si la situation qu'on vit dans la Capitale-Nationale était la situation dans l'ensemble de la province, on pourrait craindre un scénario qui est en train de se dessiner chez nos voisins en Ontario, qui est certainement une situation qu'on ne souhaite pas.

Jean-François Shields, chef des soins intensifs au CHU de Québec

Jean-François Shields, chef des soins intensifs au CHU de Québec

Photo : Capture d'écran d'une entrevue à distance

On a espoir évidemment que les décisions qui ont été prises par la santé publique pour chercher à freiner l'augmentation des cas vont nous donner une chance de pouvoir s'occuper de façon optimale de tout le monde.

Une citation de :Jean-François Shields, chef des soins intensifs au CHU de Québec

La tendance à la baisse des nouveaux cas quotidiens dans la Capitale-Nationale laisse néanmoins présager de meilleurs jours dans les hôpitaux de la région d’ici quelques semaines.

Le ministre de la Santé rappelle qu’il y a toujours un décalage entre les nouveaux cas et les hospitalisations. On paie aujourd'hui dans nos hôpitaux pour ce qui est arrivé il y a 10 ou 15 jours à Québec avec plus de 400 cas, analyse Christian Dubé.

Premier transfert en Chaudière-Appalaches

L'Hôtel-Dieu de Lévis a dû transférer un premier patient vers Rimouski dans la nuit de mercredi à jeudi.

Actuellement, 13 des 16 lits de soins intensifs dans cette région sont occupés et il y a 18 personnes d'hospitalisées sur 26 places. Il y a un petit peu plus d'oxygène que [mercredi], mais comme on sait, chaque jour, il en arrive plusieurs, prévient le Dr Jean Lapointe, directeur adjoint de l'hôpital lévisien.

Le nombre d'hospitalisations devrait vraisemblablement augmenter encore en raison de la hausse des cas de COVID-19 ces dernières semaines, ce qui explique cette décision de la direction du CISSS Chaudière-Appalaches.

On en a transféré un hier soir vers Rimouski. On regarde celui qui est le moins problématique, qui peut quitter les soins et la capacité d'accueil des centres, précise le médecin. Le patient transféré a entre 70 et 80 ans.

Logistique

Le transfert de patient nécessite une importante logistique, explique Dr Lapointe.

Oui, il y a de l'équipement, mais ça prend surtout du personnel. Ça prend des infirmières, des inhalothérapeutes, souvent un médecin. Ça prend un moyen de transport, soit l'ambulance, soit l'avion, commente le Dr Jean Lapointe.

Ça demande toute une logistique, car à l'autre bout, il faut qu'ils le reçoivent le patient aussi. C'est plusieurs heures de coordination.

Une citation de :le Dr Jean Lapointe, directeur adjoint de L'Hôtel-Dieu de Lévis.

Actuellement, l'Hôpital de Rimouski compte trois patients atteints de la COVID-19 aux soins intensifs sur une capacité de huit lits. Cette capacité peut augmenter à 14 lits si la situation le nécessite.

Avec la collaboration de Félix Morrissette-Beaulieu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !