•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mère d’un bébé prématuré sensibilise les femmes enceintes à la COVID-19

Un bébé dans un lit de bébé à l'hôpital. Une peluche et une suce sont déposées à côté de lui.

Keith Forbes est né le 20 mars, six semaines avant la date prévue, car sa mère était atteinte de la COVID-19.

Photo : Gracieuseté de Alexa Forbes

Radio-Canada

Une Manitobaine qui a donné naissance à un bébé prématuré, parce qu'elle avait contracté la COVID-19, appelle les femmes enceintes à prendre la pandémie au sérieux.

La naissance du bébé, Keith Forbes, à la fin du mois de mars, est la chose la plus effrayante qu'Alexa Forbes ait jamais vécue. La mère de 25 ans a perdu les eaux six semaines avant la date de naissance prévue, alors qu’elle était atteinte de la COVID-19.

Alexa Forbes était asymptomatique lorsqu’elle s’est rendue à l’hôpital, mais elle a rapidement été frappée d'une violente fièvre, qui a contribué à un accouchement houleux.

Le bébé a passé les 10 jours qui ont suivi sa naissance à l'unité de soins intensifs néonataux, séparé de sa mère qui avait été déclarée infectée par la COVID-19.

J’étais une épave, dit Alexa Forbes. Il y avait beaucoup de stress. Ils ont déposé le bébé sur ma poitrine durant une minute avant que l’équipe des soins intensifs néonatals ne le prenne en charge.

Mme Forbes figure parmi les 400 femmes enceintes qui ont contracté la COVID-19 au Manitoba, selon la province.

Elle encourage les Manitobains, notamment les femmes enceintes, à se faire vacciner aussi vite que possible et à prendre la COVID-19 au sérieux, au moment où la province est aux prises avec la troisième vague.

Masquée et vêtue d'une blouse d'hôpital, Alexa Forbes tient Keith dans ses bras, dans un fauteuil à l'hôpital.

Alexa Forbes raconte que le fait d'avoir été séparée de son bébé pendant 10 jours juste après sa naissance a été stressant. Keith a dû être admis à l'unité de soins intensifs néonataux.

Photo : Gracieuseté de Alexa Forbes

La Dre Nathalie Auger, du centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal, affirme que le cas d’Alexa Forbes correspond à ce qui est connu sur la COVID-19.

La maladie est liée à un risque plus élevé de naissance prématurée, de mortinatalité et de prééclampsie, qui provoque une tension artérielle élevée et de possibles dommages aux organes, selon un examen de la recherche à ce sujet préparé par la Dre Auger et ses collègues, publié dans le Canadian Medical Association Journal en janvier.

En raison de ces risques, un nombre croissant d’experts proposent que les personnes enceintes soient vaccinées en priorité.

Comme heurter un mur

Alexa Forbes a obtenu un test de dépistage lorsqu’elle est arrivée à l’hôpital. Le résultat positif lui a été communiqué plusieurs heures plus tard. J’ai dit : "Impossible, je n’ai aucun symptôme!", raconte-t-elle.

Deux jours plus tard, elle a développé un mal de gorge, une toux et des douleurs musculaires. Sa fièvre a atteint 39 degrés Celsius et son taux d’oxygène a chuté.

C’était comme heurter un mur, lance Alexa Forbes.

Elle a dû porter un masque pendant les 36 heures de l’accouchement, alors qu’elle présentait les symptômes respiratoires de la COVID-19.

Keith est né le 20 mars, quatre jours après l’hospitalisation de sa mère. Il pesait 5,4 livres (2,5 kilogrammes) et n’était pas atteint par le virus. Cela aurait été un gros problème, affirme Alexa Forbes. Nous avons eu de la chance.

Vacciner les femmes enceintes

Anna Banerji, pédiatre et spécialiste de maladies infectieuses de l’Université de Toronto, indique que le fait d’être enceinte est un facteur qui peut contribuer à des conséquences plus graves de la COVID-19, et tout indique pour le moment que l’effet des variants aggrave les choses.

De nombreuses femmes enceintes qu'elle côtoie sont de plus en plus nerveuses, affirme la Dre Banerji.

Elles sont ambivalentes quant au risque d’être vaccinées comparé au risque de contracter la COVID-19, lorsqu’elles sont enceintes, précise-t-elle.

La gynécologue-obstétricienne au Centre des sciences de la santé de Winnipeg Vanessa Poliquin se veut rassurante. Elle note que les femmes enceintes atteintes du nouveau coronavirus présentent un risque plus élevé d’être hospitalisées, d'être aux soins intensifs ou d'être branchées à un respirateur artificiel.

La Dre Poliquin est coprésidente du Comité des maladies infectieuses de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, qui a récemment réclamé la vaccination prioritaire pour les femmes enceintes.

Il n’y a aucun signe d’effets négatifs des vaccins contre la COVID-19 sur le fait d’être enceinte, alors je crois que toutes les femmes enceintes devraient être admissibles au vaccin contre la COVID-19, vu qu’on entre dans la troisième vague, affirme-t-elle.

Alexa Forbes tenant son bébé contre elle. Elle porte un masque et une chemise d'hôpital.

Après avoir contracté la COVID-19 le mois dernier, Alexa Forbes prie les Manitobains de continuer à respecter les directives de la santé publique.

Photo : Gracieuseté de Alexa Forbes

Alexa Forbes affirme qu’elle aurait aimé être vaccinée et encourage le grand public à se faire vacciner aussi tôt que possible.

Ce n’est pas pour vous. C’est pour d’autres femmes comme moi qui ont un système immunitaire plus faible parce qu’elles sont enceintes. C’est pour vos grands-parents. C’est pour n’importe qui a un système immunodéprimé, conclut-elle.

Avec les informations de Bryce Hoye

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !