•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'APTS en Abitibi-Témiscamingue vote à 93 % en faveur d'un mandat de grève

Une femme portant un masque pose devant des manifestants.

Claudie Beaudoin, représentante nationale de l'APTS pour l'Abitibi-Témiscamingue (archives)

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Les membres de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) et les techniciens de laboratoire du CUSM en Abitibi-Témiscamingue se sont dotés d'un mandat de grève.

Réunis en assemblée générale extraordinaire mercredi soir, ils ont voté à 93,5 % et 95 %, respectivement, en faveur d'un mandat de grève d'un maximum de 10 jours.

Sans convention collective depuis plus d'un an, les techniciens du milieu de la santé demandent de meilleures conditions et une meilleure reconnaissance de leur travail.

C’est certain que les salaires, c’est un enjeu, mais un des grands enjeux aussi pour nos membres, c’est vraiment la charge de travail, affirme la représentante nationale en Abitibi-Témiscamingue de l'APTS, Claudie Beaudoin. C’est vraiment un cercle vicieux. Les conditions de travail ne sont pas là, donc ça fait en sorte que pour les gens qui restent en place, il y a une pénurie de personnel, ceux qui sont là deviennent surchargés. C’est une spirale sans fin.

Alors que la pénurie de main-d'œuvre infirmière cause des ruptures de services dans la région, le manque de personnel se fait aussi ressentir chez les professionnels et les techniciens, selon Claudie Beaudoin.

On a recours présentement à de la main-d'œuvre indépendante aussi dans les laboratoires, au niveau des psychologues, au niveau psychosocial, on a quelques titres d’emploi auxquels on a recours. Mais des fois ce n’est pas évident d’avoir accès à la main-d’œuvre indépendante, donc on doit se tourner vers la main-d’œuvre à l’interne, déplacer du personnel pour aller donner un coup de main à des collègues, entre autres en centres jeunesse, qui sont en grosse pénurie présentement, déplore-t-elle.

L'APTS représente 1700 professionnels de la santé en Abitibi-Témiscamingue, offrant des services de diagnostic, de réadaptation, de nutrition ou d'intervention psychosociale, entre autres.

Des assemblées doivent avoir lieu dans les autres régions du Québec d’ici le 6 mai, pendant que les négociations avec Québec se poursuivent.

La façon d’exercer les 10 jours de grève sera établie une fois que les 60 000 membres de la province auront voté, si les négociations n’ont toujours pas abouti à ce moment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !