•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Terre-Neuve-et-Labrador va moderniser sa loi électorale

Un journaliste tend une perche avec un micro en direction du ministre Hogan.

John Hogan, ministre de la Justice de Terre-Neuve-et-Labrador, le 8 avril 2021 à Saint-Jean

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Radio-Canada

La Loi sur les élections sera modernisée à Terre-Neuve-et-Labrador, après une récente élection générale rendue chaotique par la COVID-19.

Le scrutin devait se tenir le 13 février, mais le vote en personne a été suspendu à quelques heures de l’ouverture de bureaux, en raison d’éclosions de COVID-19. Le vote, qui s’est fait presque exclusivement par la poste, s’est finalement conclu le 25 mars, après plusieurs retards et changements de dates butoirs.

Le 27 mars, le Parti libéral décrochait une courte majorité, et le premier ministre Andrew Furey promettait un examen de la loi.

Mercredi, le ministre provincial de la Justice, John Hogan, a annoncé qu’un comité composé d’élus de diverses allégeances allait entreprendre une révision de la Loi sur les élections, qui date de 1991, dans le but de la moderniser.

Ce comité sera composé de quatre élus du gouvernement libéral et de quatre élus de l’opposition.

Ces derniers seront représentés par deux membres du Parti progressiste-conservateur, un membre du Nouveau Parti démocratique (NPD) et un député indépendant.

Bruce Chaulk se tient devant le quartier général de l'agence.

Bruce Chaulk, directeur général des élections de Terre-Neuve-et-Labrador, le 18 février 2021 à Saint-Jean

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

En revanche, une motion pour déclencher une enquête sur l’élection de 2021 a été défaite, à 21 voix contre 17, par l’Assemblée législative mercredi.

La motion avait été présentée par le député progressiste-conservateur Barry Petten. Il demandait que l’on suspende de ses fonctions le directeur général des élections de Terre-Neuve-et-Labrador, Bruce Chaulk, durant une telle enquête.

Le député Petten aurait souhaité que l’on nomme un enquêteur indépendant pour comprendre ce qui s’est mal passé dans cette élection qui a pris six semaines de plus que prévu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !