•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation musclée à Jean-Talon : la STM fait appel à un spécialiste en déontologie

Une image prise avec un cellulaire où l'on voit un policier et deux inspecteurs accroupis, et les pieds d'une personne qui dépassent sous le policier.

L'arrestation, dont des images ont circulé sur les réseaux sociaux, est survenue à la station de métro Jean-Talon.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une intervention musclée d'inspecteurs de la Société de transport de Montréal (STM) à la station de métro Jean-Talon, samedi dernier, dont des vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux, fera l'objet d'un examen approfondi.

La STM a annoncé avoir fait appel à Me Marco Gaggino, avocat spécialisé en déontologie policière. Il agira en tant qu’expert indépendant et aura pour mandat d’auditer les conclusions préliminaires de l’enquête interne.

À titre de transporteur public, conserver la confiance et maintenir le sentiment de sécurité de nos clients sont essentiels, c’est pour cette raison que nous faisons appel à un expert externe indépendant, a déclaré Philippe Schnobb, président du conseil d’administration de la STM, dans un communiqué.

Par ailleurs, la STM souligne que les conclusions préliminaires de l’enquête interne, dont une étude des diverses bandes vidéo disponibles, indiquent que l’intervention des inspecteurs a suivi les règles de l’emploi de la force enseignées à l’École nationale de police du Québec.

Le 17 avril dernier, des vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux montrant une femme au sol en train de résister à une arrestation menée par deux inspecteurs de la STM. On y constate également des cris et des coups donnés par les inspecteurs.

Le 19 avril, la STM a donné sa version des faits dans un communiqué, où elle a affirmé que ses inspecteurs avaient interpellé une personne qui n’avait pas payé son titre de transport. Cette dernière aurait refusé de collaborer et aurait pris la fuite. C'est à ce moment que l'arrestation musclée serait survenue.

La STM a indiqué dans la foulée que la personne arrêtée fera l'objet d'accusations de voies de fait causant des lésions, pour avoir présumément mordu les inspecteurs.

Interpellée lors du conseil municipal au sujet de cette affaire, la mairesse de Montréal Valérie Plante a indiqué qu’elle évaluait sérieusement la possibilité d'une enquête externe.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.