•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vague de soutien envers Benoît Pelletier touché par la COVID-19, sa fille raconte

Benoît Pelletier en entrevue dans les studios de Radio-Canada (archives).

Benoît Pelletier lutte contre la COVID-19 depuis plusieurs mois (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les réactions étaient nombreuses, mercredi, après la publication d’une lettre de la fille de Benoît Pelletier qui révèle que son père lutte contre la COVID-19 depuis plusieurs mois.

Dans une lettre publiée mercredi matin, la fille de l’ancien ministre, Françoise Goulet-Pelletier, a raconté le difficile combat que mène son père depuis la fin de 2020.

En entrevue aux Matins d’ici jeudi, Mme Goulet-Pelletier a d’ailleurs fait part de nouvelles encourageantes sur l’état de santé de l’ancien ministre.

Mardi soir, Benoît Pelletier a été admis au centre régional de réadaptation en déficience physique La Ressource, à Hull, où il poursuit ses traitements.

C’est une étape qu’on visait dans sa guérison. On est tous vraiment contents de ce dénouement, a indiqué Françoise Goulet-Pelletier.

Mme Goulet-Pelletier dit avoir raconté l’histoire de son père (Nouvelle fenêtre) pour sensibiliser les gens aux dangers de la COVID-19, qu'elle compare à une roulette russe.

Personne n’est à l’abri de graves complications, dit-elle, même les personnes en bonne forme physique, comme l’était son père.

Mon père n’a jamais fumé de sa vie, mon père faisait des voyages de trek, [...] c’était un homme qui prenait de très grandes marches le soir, qui se tenait en forme. Quand il a attrapé la COVID, personne ne s’attendait à un tel revirement de situation et que ça allait empirer de cette façon, raconte Françoise Goulet-Pelletier.

Il ne semblait pas être le profil type de la personne qui se rend à l’hôpital et qui se rend dans le coma.

Une citation de :Françoise Goulet-Pelletier

Des collègues soulagés

Le professeur de droit constitutionnel Pierre Thibault, de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa

Le professeur de droit constitutionnel Pierre Thibault, de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Pierre Thibault, doyen adjoint et secrétaire à la section droit civil de l’Université d’Ottawa s'est dit soulagé de voir son collègue et ami prendre du mieux.

J’étais sous le choc quand je l’ai appris. Benoît est un professeur extraordinaire et un ami exceptionnel. [...] Il va être en convalescence encore pendant un bout de temps, mais on voit qu’il est sur la pente remontante, s'est-il réjoui en entrevue, précisant lui avoir parlé jeudi dernier.

Nombreuses réactions politiques

La publication de la lettre de Mme Goulet-Pelletier a soulevé de nombreuses réactions, notamment dans le milieu politique.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a adressé ses pensées à son ancien collègue de l'Assemblée nationale et lui souhaite un prompt rétablissement.

L’ancienne ministre Christine St-Pierre ainsi que la députée de Hull, Maryse Gaudreault, ont également réagi.

Élu député du comté de Chapleau en 1998, M. Pelletier a représenté la circonscription pendant plus de 10 ans à Québec.

Dans sa carrière politique, il a occupé plusieurs postes au sein du gouvernement, notamment celui de ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne sous le gouvernement de Jean Charest.

Benoît Pelletier et Jean Charest.

Benoît Pelletier et Jean Charest (archives)

Photo : La Presse canadienne / Clement Allard

Un passage que n’a pas oublié la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, qui a joint sa voix aux nombreuses autres qui lui ont souhaité un prompt rétablissement.

À la FCFA, on connaît bien Benoît Pelletier, depuis le temps qu’il était ministre au gouvernement du Québec. Il a reçu notre prix Boréal pour son engagement envers la [francophonie canadienne]. On lui envoie tous nos souhaits pour un rétablissement rapide et complet, a gazouillé l’organisme, sur Twitter.

Un grand professeur

En 2008, M. Pelletier a finalement décidé de ne pas se représenter et de retourner à l'enseignement du droit à l'Université d'Ottawa, où il a commencé à travailler en 1990, occupant le poste de doyen adjoint de cette faculté de 1996 à 1998.

Benoît est un grand professeur de droit constitutionnel et un collègue extrêmement généreux. Ses contributions à la société québécoise et canadienne sont nombreuses et profondes, et il n’a pas fini de partager ses lumières! Je me réjouis des nouvelles qu’il prend du mieux après un dur combat contre la COVID. Je lui souhaite un bon rétablissement, a indiqué, par courriel, le professeur de droit, titulaire de la Chaire de recherche sur le monde francophone, Droits et enjeux linguistiques, François Larocque.

Professeur à la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Ottawa, François Rocher était encore sous le choc.

Sur le plan personnel, je lui souhaite de se rétablir rapidement. C’est terrible, ce qui lui arrive et à plein d’autres personnes qui sont frappées par la COVID. Ça me bouleverse! Benoît Pelletier, c’est quelqu’un qui a contribué puissamment à la réflexion sur la place du Québec dans le Canada et comment l’améliorer. Je souhaite qu’il se remette rapidement sur pied pour continuer cette lutte-là. Il a une grande crédibilité et cette voix-là, on veut la garder! insiste-t-il.

Un baume pour Benoît Pelletier

Jeudi, Françoise Goulet-Pelletier a indiqué que les messages de soutien et de solidarité envoyés à l’attention de son père avaient été entendus et ont eu l’effet d’un baume à un moment clef de sa guérison.

Il est encore fragile, mais toute la vague d’amour qu’il a reçue [suite à la publication de la lettre] l’a gonflé à bloc, indique Mme Goulet-Pelletier.

Avec les informations de Laurie Trudel, Alexandra Angers, Samuel Blais-Gauthier et Benjamin Vachet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !