•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première rue portant un nom en langue michif à Saskatoon

Statue du fondateur de Saskatoon, John Lake, et le chef Whitecap.

La langue michif, bien présente dans les Prairies canadiennes, s'étend jusqu'au Montana et au Dakota du Nord. (archives)

Photo : Radio-Canada / Albert Couillard

Radio-Canada

La Ville de Saskatoon donnera pour la première fois un nom en langue michif à l'une de ses rues. Située dans le sud-est du quartier Brighton, elle sera nommée Shakamohtaa, un mot qui signifie « connexion » dans la langue du peuple métis.

Selon le maire de Saskatoon, Charlie Clark, le michif est partie intégrante de ce territoire. Une telle initiative aurait dû être envisagée il y a bien longtemps, mais je suis ravi de voir le michif rayonner dans le quartier Brighton. Les enfants vivant près de la rue Shakamohtaa pourront grandir avec un attachement encore plus profond envers ce riche héritage.

Un plan de la future rue Shakamohtaa, à Saskatoon.

La future rue Shakamohtaa, à Brighton, en Saskatoon.

Photo : fournie par la Ville de Saskatoon

Harriet St. Pierre, une aînée métisse, a vécu une grande partie de sa vie à Saskatoon. Elle se dit heureuse de voir le michif ainsi honoré dans sa ville.

C’est le michif qui nous donne un sens de la communauté, de la culture, d’appartenance à la nation, témoigne-t-elle. J’espère voir d’autres rues nommées ainsi à l’avenir.

Les membres du comité de toponymie travaillent en étroite collaboration avec le comité sur la diversité, l’équité et l’inclusion afin de favoriser une représentation exhaustive des différentes populations sur le territoire.

Les Métis de la Saskatchewan parlent trois langues michif. La plus courante est un mélange de cri, d'ojibwé, d’anglais et de français.

En plus d’être répandue dans les Prairies, la langue s’étend jusqu’au Montana et au Dakota du Nord, aux États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !