•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victimes potentielles de proxénétisme recherchées à Rimouski et dans la Matapédia

Une personne est penchée à la fenêtre d'un véhicule et parle au conducteur, le long de la rue, la nuit.

Des victimes potentielles de proxénétisme sont recherchées par la Sûreté du Québec à Rimouski.

Photo : Radio-Canada

Jennifer Boudreau

La Sûreté du Québec (SQ) est à la recherche de victimes potentielles de Nicolas Lapierre-Boudreau, arrêté le 20 février dernier pour proxénétisme.

Les autorités indiquent que l'individu âgé de 23 ans est originaire de Rimouski. Il est déjà détenu depuis son arrestation concernant au moins deux dossiers de proxénétisme et de harcèlement criminel.

Photo signalétique de Nicolas Lapierre-Boudreau.

La Sûreté du Québec est à la recherche de victimes potentielles de Nicolas Lapierre-Boudreau, arrêté pour proxénétisme.

Photo : Radio-Canada / Sûreté du Québec

Selon le sergent Claude Doiron de la Sûreté du Québec, Nicolas Lapierre-Boudreau était très actif sur les réseaux sociaux.

C'était sa façon de procéder pour le recrutement de jeunes femmes, en utilisant entre autres les réseaux sociaux, comme Snapchat, Facebook, etc.

Une citation de :Sergent Claude Doiron, Sûreté du Québec

Il lançait des invitations à des femmes qu'il connaissait ou par le biais d'amis qu'ils avaient en commun. Par la suite, lorsque ces femmes-là entraient en contact avec lui, il leur proposait de s'adonner à des activités de prostitution, pour son compte à lui, précise le sergent.

Toujours selon Claude Doiron, ces activités de prostitution se seraient déroulées au Bas-Saint-Laurent, principalement à Rimouski et dans la Vallée de la Matapédia.

La Sûreté du Québec précise que plusieurs présumées victimes ont déjà été identifiées et qu'une enquête est en cours depuis 2018.

On lance cet appel au public, parce qu'on pense que cet individu aurait fait d'autres victimes qui auraient refusé de porter plainte à la police de peur d'être intimidées et harcelées par l'homme, ajoute M. Doiron.

Le public peut transmettre des informations de façon confidentielle à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Nicolas Lapierre-Boudreau comparaîtra de nouveau au palais de justice de Rimouski le 26 avril prochain.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.