•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joe Biden : « Aujourd'hui, nous avons atteint 200 millions de doses »

Au moyen d'un crédit fiscal, le président américain exhorte les entreprises à offrir des congés rémunérés pour que leurs employés puissent se faire vacciner.

Joe Biden, regardant la caméra, à côté d'un drapeau américain, devant un large panneau disant : « Nous avons atteint 200 millions de doses. »

Joe Biden a annoncé qu'une étape importante de la vaccination avait été franchie.

Photo : Associated Press / Evan Vucci

« Lorsque les chiffres de demain sur la vaccination sortiront, ils montreront qu'aujourd'hui, nous avons réussi : aujourd'hui, nous avons atteint les 200 millions de vaccins [inoculés] au 92e jour de notre mandat », s'est réjoui le président des États-Unis, Joe Biden, au cours d'une allocution prononcée mercredi depuis la Maison-Blanche.

Quelques jours avant son investiture, en janvier dernier, le démocrate avait promis que 100 millions de doses seraient administrées dans les 100 premiers jours de son mandat, un objectif qui avait été jugé modéré par les experts.

Devant le rythme soutenu de la campagne de vaccination, il avait fixé en cours de route des cibles plus ambitieuses, allant, il y a un mois, jusqu'à doubler l'objectif initial sur la même période.

Lançant une pointe à peine voilée à son prédécesseur, le 46e président américain a soutenu qu'il aurait fallu au pays plus de 220 jours – presque sept mois, sept mois et demi pour franchir ce cap au rythme où allaient les choses à son entrée en fonction.

Au lieu de marquer ce jalon en avril, nous ne l'aurions pas fait avant le début de septembre, au plus tôt, a-t-il affirmé, se disant fier du travail accompli par [son] administration, mais surtout du peuple américain.

Plus de 134 millions d'Américains, soit plus de 40 % de la population, ont reçu au moins une dose d'un des vaccins contre la COVID-19, d'après des données des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC). Près de 88 millions de personnes, soit environ le quart des Américains, sont en outre complètement vaccinées.

D'ici jeudi, 80 % des aînés de plus de 65 ans auront reçu au moins une dose, a indiqué M. Biden, exhortant les Américains qui ne sont pas vaccinés à obtenir leur dose d'ici la fin mai.

Le pays est rendu à une nouvelle étape de la campagne de vaccination, a-t-il souligné.

Pour le dire simplement, si vous avez attendu votre tour, n'attendez plus. Le moment de se faire vacciner est venu pour toute personne âgée de plus de 16 ans.

Une citation de :Joe Biden, président des États-Unis

Lundi, il avait indiqué que les États-Unis disposaient désormais de suffisamment de doses pour que tous les Américains dans les tranches d'âge supérieures à 16 ans puissent enfin prendre rendez-vous.

Le président Biden, qui a déjà évoqué la perspective de petits rassemblements le 4 juillet, jour de la fête de l'Indépendance des États-Unis, s'est montré confiant de voir ce scénario se concrétiser, à condition que les Américains ne baissent pas la garde.

Plaidant pour le port du masque, il a réitéré son appel en faveur de la vaccination.

Le rythme de la vaccination aux États-Unis, qui atteint désormais environ 3 millions de doses par jour selon une moyenne hebdomadaire, a ralenti au cours de la dernière semaine, au point où l'offre s'apprête à dépasser la demande.

Selon un sondage Axios-Ipsos réalisé au cours des derniers jours, un Américain sur cinq n'a pas l'intention de se faire vacciner, un chiffre resté constant au cours des derniers mois. La proportion d'Américains récalcitrants montait cependant à plus d'un sur quatre dans un sondage Quinnipiac.

Par ailleurs, les autorités américaines ont récemment assuré que la suspension de l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson après la recension de six cas de thrombose n'aurait pas d'impact important sur la campagne de vaccination, puisque les doses de ce vaccin représentent jusqu'à présent moins de 5 % de celles administrées dans le pays.

Les États-Unis recensent près de 32 millions de cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie et près de 570 000 morts, d'après la base de données de l'Université Johns Hopkins.

Biden demande aux employeurs d'offrir des congés payés

La femme, qui porte deux masques l'un sur l'autre et des lunettes de soleil, se fait vacciner.

Une Californienne recevant une dose de vaccin contre la COVID-19.

Photo : afp via getty images / Frederic J. Brown

Le président américain a également annoncé l'instauration d'un crédit fiscal fédéral destiné aux entreprises qui accorderont à leurs employés des congés payés pour se faire vacciner.

Je demande à tous les employeurs, petits et grands, dans tous les États, de donner à leurs employés les congés payés dont ils ont besoin pour se faire vacciner, a-t-il plaidé, insistant sur une préoccupation qui revient souvent chez un grand nombre d'Américains.

Ils disent qu'ils ne peuvent pas se permettre de prendre congé pour se faire vacciner ou de perdre une journée de travail parce qu'ils se sentent un peu mal après leur injection, a-t-il argué.

Aucun travailleur américain ne devrait perdre un seul dollar de salaire parce qu'il a choisi de remplir son devoir patriotique de se faire vacciner.

Une citation de :Joe Biden, président des États-Unis

Cette politique ne coûtera rien aux entreprises comptant moins de 500 employés, a-t-il assuré, liant ce nouveau programme à son plan de relance de 1900 milliards de dollars adopté le mois dernier.

Il a au passage vanté les initiatives de deux entreprises qui font leur part pour inciter à la vaccination : Kroger, la plus grande chaîne de supermarchés aux États-Unis, qui offre 100 $ à ses employés qui reçoivent un vaccin, et un petit salon de coiffure de l'Ohio dont la réceptionniste aide les clients à prendre rendez-vous.

Biden évoque un envoi de vaccins au Canada

Précisant qu'il s'était entretenu avec le premier ministre Justin Trudeau plus tôt dans la journée, Joe Biden a par ailleurs dit s'attendre à ce que les États-Unis aient éventuellement une quantité suffisante assez de doses pour pouvoir en partager avec le Canada ainsi qu'avec des pays d'Amérique centrale, entre autres.

Nous n'en avons pas assez pour être sûrs de pouvoir en envoyer vers l'étranger maintenant. Mais je pense que nous serons en mesure de le faire, a-t-il soutenu, sans fournir de détails sur le volume qui pourrait être envoyé ou le moment où cela pourrait être fait.

Les États-Unis ont récemment envoyé au nord de la frontière 1,5 million de doses du vaccin AstraZeneca, que les autorités américaines n'ont pas toujours autorisé.

Avec les informations de CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !