•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vote à 16 ans à l'Î.-P.-É. : les députés rejettent la proposition

Une main dépose un billet de vote dans une boite.

L'Île-du-Prince-Édouard aurait pu devenir la première province au Canada à abaisser le droit de vote de 18 à 16 ans.

Photo :  CBC / Al MacCormick

Radio-Canada

Les députés de l’Île-du-Prince-Édouard ont rejeté mardi le projet de loi du Parti vert voulant faire passer l’âge requis pour avoir le droit de vote de 18 à 16 ans.

C’est la deuxième fois en quatre ans que le Parti vert fait face à un échec en mettant cette idée sur la table.

Bien qu’il ait réussi à obtenir plus de votes cette fois-ci, il a reçu moins de soutien des autres partis qu’en 2017.

Mardi, dix députés ont voté en faveur du projet de loi : le progressiste conservateur Sidney MacEwen, le libéral Robert Henderson et les huit membres du Parti vert.

Quatorze députés – quatre libéraux et dix progressistes-conservateurs – ont pour leur part rejeté la proposition.

Trois progressistes-conservateurs ayant voté en faveur de cette mesure en 2017 ont changé d’idée en affirmant que leurs électeurs s’y opposent.

Le ministre du Développement social et du Logement de l’Île-du-Prince-Édouard, Brad Trivers, est l’un d’eux.

Au départ, je trouvais ce projet de loi progressiste, dit-il.

Mais, après avoir parlé avec plusieurs citoyens de ma circonscription, j’ai été franchement surpris de voir à quel point ils étaient opposés à l’idée. J’ai donc changé d’avis, puisque je les représente.

Brad Trivers, ministre du Développement social et du Logement de l'Île-du-Prince-Édouard.

Brad Trivers, ministre du Développement social et du Logement de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : CBC / Assemblée législative de l'Île-du-Prince-Édouard

Le ministre du Développement économique Matthew MacKay et le ministre des Transports et Infrastructures James Aylward sont les deux autres progressistes-conservateurs à avoir fait volte-face.

Partie remise pour la province?

La responsable du projet de loi, la députée verte Karla Bernard, affirme être déçue, mais pas étonnée par le rejet de la proposition.

Selon elle, l’opinion publique, majoritairement celle des adultes, ne devrait pas avoir un poids dans la décision des députés. C’est passer à côté de l’essentiel, dit-elle.

Pour illustrer sa logique, Karla Bernard ajoute que lorsque le droit de vote a été accordé aux communautés autochtones et aux femmes, un député avait alors suggéré un plébiscite.

On ne peut pas demander à des gens qui ne sont pas touchés par un projet de loi ce qu’ils pensent dudit projet, conclut-elle.

Karla Bernard, députée verte de Charlottetown-Victoria Park.

Karla Bernard, députée verte de Charlottetown-Victoria Park.

Photo : CBC / Assemblée législative de l'Île-du-Prince-Édouard

Le Parti vert souligne également que des études indiquent que les adolescents âgés de 16 ans possèdent les capacités intellectuelles requises pour voter, et sont aussi souvent très engagés politiquement.

Certains députés ont toutefois affirmé ne pas comprendre pourquoi le projet de loi abaisse l’âge pour voter, tout en exigeant que les candidats aux élections aient 18 ans.

Alors que plusieurs discussions sont en cours à travers le pays sur l’abaissement de l’âge du droit de vote, Karla Bernard croit que ce changement aura un jour lieu à l’Île-du-Prince-Édouard.

Avec les informations de Kerry Campbell de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !