•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les insulaires craignent l'impact des restrictions sur les déplacements en C.-B.

Deux femmes font du kayak en se dirigeant vers une habitation sur la côte.

Deux kayakistes explorent l'île Quadra, en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Destination BC/Graeme Owsianski

Radio-Canada

Les municipalités et les entreprises des îles du golfe de Colombie-Britannique qui vivent du tourisme appréhendent l'impact financier des restrictions sur les déplacements qui entrent en vigueur vendredi dans la province.

Le gouvernement demande à la population d’éviter les voyages non essentiels et de rester dans sa propre région. Sur l'île de Vancouver, les entreprises touristiques se préparent à un printemps difficile.

Un surfeur tient sa planche sous son bras pendant qu'il marche sur la plage en direction des vagues.

Un surfeur se prépare à aller dans l'eau à Tofino.

Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

Le président du Conseil des îles (Island Trust Council), un organisme consacré à la protection des îles du Golfe, qui sont plus de 450, Peter Luckham, estime que les restrictions auront un impact important pour beaucoup d’insulaires.

Les entreprises, l'économie locale et les résidents qui vivent du tourisme vont ressentir l'impact de ces restrictions et en souffrir, précise-t-il.

Une baleine sort de l'eau devant un bateau d'observation à moteur rempli de touristes debout.

Une baleine sort de l'eau devant un bateau d'observation.

Photo : Associated Press / Elaine Thompson

Les excursions d’observation de baleines au large de la côte britanno-colombienne sont très prisées par les touristes. La situation sera difficile, mais elle est nécessaire , affirme le gérant de la compagnie Prince of Whales, Ian MacPhee, qui offre des excursions en bateau.

Nous avons besoin de visiteurs, mais il faut d'abord que la pandémie soit maîtrisée.

Une citation de :Ian MacPhee, gérant, Prince of Whales

La majorité des entrepreneurs et des organismes régionaux voient les restrictions sur les déplacements comme un mal nécessaire et important pour réduire la transmission de la COVID-19 et éventuellement mettre fin à la pandémie.

Il suffit d'une personne pour amener ce virus dans nos petites communautés.

Une citation de :Peter Luckham, président du Conseil des îles

L'organisme Tourisme île de Vancouver pense également qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

Il est préférable pour les îles de perdre des revenus maintenant que cet été, affirme Anthony Everett, président de Tourisme île de Vancouver.

Le long week-end de mai, on peut le sacrifier, mais on a besoin de l’été pour survivre.

Une citation de :Anthony Everett, président de Tourisme île de Vancouver
Deux fauteuils en bois placés sur la terrasse d'un chalet, sur l'île Bowen, en Colombie-Britannique.

Un chalet sur l'île Bowen, en Colombie-Britannique.

Photo : Metro Vancouver

Résidences secondaires

Les insulaires demandent également aux propriétaires de résidences secondaires d'attendre avant de s'y rendre.

Ils sont conscients que beaucoup de propriétaires viennent habituellement au printemps préparer la résidence pour l’été.

Peter Luckham, du Conseil des îles, demande à ces propriétaires de considérer d’autres options : Ils pourraient, par exemple, embaucher un résident des îles s'il est nécessaire de préparer la résidence pour l'été.

Il espère que la situation s'améliore pour que les îles puissent accueillir des visiteurs en juin.

Le gouvernement devrait annoncer vendredi les détails des restrictions sur les déplacements dans la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !