•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie fait obstacle à l'accès aux soins de santé des femmes autochtones

« L’un des éléments qui reviennent de manière constante est celui du racisme. »

Une femme de la Première Nation Tsleil-Waututh quitte un centre de vaccination en Colombie-Britannique.

Une femme de la Première Nation Tsleil-Waututh quitte un centre de vaccination en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Des témoignages de femmes autochtones révèlent que les obstacles qu'elles doivent surmonter lorsqu’elles tentent d’accéder aux soins de santé en Colombie-Britannique sont exacerbés par la pandémie.

C'est ce que révèle le rapport In Her Circle, de la Fondation pour la santé des femmes de la Colombie-Britannique et la firme de recherche autochtone Reciprocal Consulting. Il entrecroise les expériences d’une quarantaine de femmes et personnes bispirituelles recueillies en novembre 2020.

Le résultat semble illustrer deux réalités : la pandémie porte atteinte à l'accès au système de santé chez les femmes autochtones, mais le racisme auquel elles font face demeure.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Des obstacles

Le document note que la pandémie a aggravé les défis liés à l'accès à un médecin, à des services en santé mentale et à des traitements pour des problèmes de santé susceptibles d'avoir de graves implications à long terme.

Avec mon fils aîné, nous étions sur la bonne voie, en train de rencontrer des psychiatres et de trouver ce dont il a besoin, puis la COVID-19 a frappé, et tous les soutiens sont tombés, déplore une participante.

La pandémie de COVID-19 a créé et aggravé les obstacles à l'accès aux soins de santé pour les femmes autochtones de la Colombie-Britannique.

Une citation de :Le rapport « In Her Circle »

Ailleurs sur le web :

Le racisme, une réalité constante

Certaines participantes ont témoigné d'un préjugé ressenti à l'idée d'être déclarée infectée par la COVID-19. Je préfère dire aux gens que j'ai une infection sexuellement transmissible que de devoir passer un test de dépistage de la COVID-19. Il y a quelque chose à ce sujet qui est vraiment stigmatisant, affirme l’une d’entre elles.

Toutes les inégalités qui étaient présentes ont simplement été aggravées à cause de la pandémie, explique Kim van der Woerd, cofondatrice de Reciprocal Consulting, qui a participé à l'écriture du rapport.

L’un des facteurs de cette iniquité est le racisme prononcé au sein du système de soins de santé, dit-elle.

Le racisme envers les Autochtones dans le système de santé de la Colombie-Britannique est un problème systémique répandu, a par ailleurs conclu une récente enquête menée par l'avocate Mary Ellen Turpel-Lafond.

Mary Ellen Turpel-Lafond.

Les Autochtones ont moins accès que la population générale aux soins de santé de routine, révèle un rapport de l’avocate Mary Ellen Turpel-Lafond sur le racisme dans le milieu de santé.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dick

Le rapport « In Her Circle » propose 20 solutions. Il recommande en outre de considérer la culture comme faisant partie intégrante de la santé et d’embaucher des consultants autochtones.

Alors que la vaccination contre la COVID-19 pourrait annoncer la sortie de la crise sanitaire, Kim van der Woerd espère qu'on tirera les leçons de la pandémie : Il y avait des choses que nous considérions comme normales et auxquelles nous ne voulons pas revenir, en particulier, les inégalités que nous constatons dans le domaine des soins de santé.

Un exemple parmi tant d'autres

Il y a quelques semaines, Nikki Sanchez a été transportée en ambulance à l'Hôpital Royal Jubilee de Victoria en raison de douleurs pelviennes. Une fois sur place, les douleurs étant trop intenses, elle s’est allongée sur le sol.

Elle affirme que le personnel médical s’est mis à crier, la menaçant de contacter la sécurité et de la renvoyer si elle ne se relevait pas aussitôt.

Son cas est un exemple de ce à quoi les femmes autochtones peuvent faire face lorsqu'elles tentent d'accéder aux services, dit-elle.

Avec des informations de Meera Bains

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !