•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des festivals du Nord de l’Ontario jettent déjà l’éponge

Un dôme, un bar, et une cabine de DJ en bois sur la rue Durham.

L'équipe du festival Up Here évoque la possibilité de concerts en plein air à petite échelle plutôt que les salles bondées des éditions d'antan. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Didier Pilon

Radio-Canada

Plusieurs festivals organisés dans la région de Sudbury ont annoncé des annulations ou des modifications à leur programmation pour une deuxième année consécutive en raison d’incertitudes liées à la COVID-19, écartant un retour à la normale plusieurs mois avant le début prévu des festivités.

Le Festival Boréal a annoncé cette semaine qu'il annulait son festival de juillet, malgré les espoirs d'un festival à plus petite échelle.

La coordinatrice du marketing et des communications, Cassandra Vanderpluym, affirme que cette décision a été prise en raison d'incertitudes pour l’organisation de l’événement.

L'organisation d'un festival à une échelle aussi grande que la nôtre demande beaucoup de temps et de planification, ce n'était tout simplement pas possible de continuer à planifier quelque chose en raison de l’incertitude, explique Mme.Vanderpluym.

Bien que la décision ait été triste pour les organisateurs, Mme Vanderpluym a déclaré qu'en fin de compte, les risques sanitaires permanents du COVID-19 en ont fait une décision simple.

Le festival Up Here en mode programmation

Pour Christian Pelletier, cofondateur du festival Up Here, il ne fait aucun doute que les choses ne reviendront pas à la normale en 2021.

Les organisateurs du festival planifient plutôt une série d'événements pour le mois d'août, avec une grande flexibilité.

Up Here prévoit organiser la réalisation de peintures murales publiques, un peu comme ce qui a été fait l'été dernier.

M. Pelletier espère qu'il y aura également des possibilités de musique en direct, à une échelle beaucoup plus petite, avec des performances en plein air d'artistes locaux.

Il s'agira moins d'un festival que d'une programmation, je dirais même d'une saison, affirme M. Pelletier.

Pelletier a noté que Up Here a l'avantage de se dérouler en août, ce qui donne aux organisateurs un peu plus de temps pour planifier et s'adapter aux changements liés à la pandémie.

Deuxième semaine de la Fierté virtuelle

Fierté Sudbury a quant à elle annoncé qu'elle organisera une deuxième semaine virtuelle de la Fierté cette année.

Le président Alex Tétreault explique que lorsque le conseil organisait la semaine de la fierté Queerantaine en 2020, il n'avait jamais imaginé qu'il le ferait à nouveau un an plus tard.

Nous nous sommes dit que ce n'était que pour cette année, et j'espère que l'année prochaine, nous ne serons plus dans cette situation, ou que les choses se seront suffisamment améliorées pour que nous puissions au moins faire des choses en personne, ajoute-t-il.

Selon M. Tétreault, les organisateurs vont bénéficier d'une formule qui a été testée l’été dernier.

M. Tétreault espère le retour des célébrations en présentiel pour la Semaine de la fierté de 2022, à temps pour la 25e édition de l’événement.

Aussi amusant que puisse être un festival virtuel, ça ne peut pas se comparer à un événement en personne avec les frissons, l’excitation et le plaisir d’être ensemble en tant que communauté, affirme M. Tétreault.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !