•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des hôpitaux débordés et des transferts record de patients en Ontario

Les lettres qui forment le mot Emergency avec le logo de l'hôpital à l'arrière.

Le service des urgences de l'Hôpital général d'Etobicoke, qui fait partie du réseau de santé William Olser.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Les hôpitaux de l'Ontario transfèrent un nombre sans précédent de patients vers d’autres établissements ontariens alors que la troisième vague de la pandémie exerce une immense pression sur le système de soins de santé.

La hausse des admissions dans les unités de soins intensifs préoccupe de nombreux médecins, qui s’inquiètent de ce qui pourrait se passer si les ressources hospitalières étaient encore plus sollicitées.

Une ambulance aérienne Ornge et un véhicule des ambulanciers paramédicaux sur les lieux d'un accident.

Ornge transporte des patients par ambulance et par hélicoptère, notamment.

Photo : Association professionnelle des ambulanciers paramédicaux d'Ottawa

Dans le Grand Toronto, les hôpitaux surpeuplés transfèrent des dizaines de patients chaque jour. Ornge, l'organisme responsable du transport, affirme que les patients sont principalement transportés par ses ambulances terrestres de soins intensifs, mais l’organisme dit aussi utiliser ses hélicoptères et ses avions, de même que les services paramédicaux locaux.

Des patients torontois sont transférés vers les hôpitaux de Kingston, de London, de St. Catharines, de Barrie, de Peterborough, d'Ottawa et de Sudbury.

Depuis la mi-novembre, ce sont plus de 2000 patients qui ont été transférés.

Ces transferts ont un impact énorme sur les patients, les familles et les hôpitaux, selon le Dr Andrew Healey, chef des services d'urgence et médecin spécialiste des urgences et des soins intensifs au réseau de santé William Osler.

Nous transférons le plus grand nombre de patients que nous ayons jamais vu dans le système, non seulement à William Osler, mais aussi dans toute la province, déclare le Dr Healey.

L’Ontario a récemment formulé des ordonnances d'urgence permettant aux hôpitaux de transférer des patients sans leur consentement. Il s’agit d’une situation sans précédent depuis le début de la pandémie.

Un réseau à la limite

Les tâches de transférer les patients vers d’autres hôpitaux de façon sécuritaire, d’informer les patients et leur famille et d’informer adéquatement les médecins des autres hôpitaux ajoutent une couche de complexité au système hospitalier, déclare le Dr Healey.

Nous sommes dangereusement proches de ne pas pouvoir fournir des soins adéquats dans des espaces appropriés pour les patients qui se présentent avec la COVID-19 et pour les autres patients de notre système hospitalier.

Une citation de :Le Dr Andrew Healey, chef des services d'urgence et médecin spécialiste des urgences et des soins intensifs au réseau de santé William Osler

Actuellement, le système de transport pour les transferts hospitalier fonctionne à plein régime. Le spectre d’un nouveau pic de patients ayant contracté la COVID-19 qui nécessiterait des soins critiques inquiète les responsables. Les hôpitaux pourraient être subitement débordés s’ils devaient recevoir, heure après heure, un certain nombre de nouveaux patients ayant besoin d'oxygène, une possibilité que le Dr Healey juge presque inévitable.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

565 transferts 

Depuis la mi-novembre, c’est le réseau de santé William Osler qui a le plus utilisé le système de transfert des patients. Avec 565 transferts en date d’hier, le réseau d’hôpitaux de la région de Peel est responsable de plus du quart des transferts en province.

Nous effectuons des transferts à un rythme qui se rapproche de celui des nouveaux patients patients qui franchissent la porte d'entrée, mais c’est insuffisant. Nous soignons plus de 200 patients COVID en soins intensifs dans l'ensemble de notre système en ce moment.

Des soins intensifs à l’arrière d’une ambulance

Le transfert de patients reste une procédure compliquée.

Essentiellement, il s'agit de recréer l'unité de soins intensifs de l’hôpital d'où ils viennent à l'arrière d'une ambulance terrestre en prévision d’un voyage de deux à trois heures.

Une citation de :Le Dr Bruce Sawadsky, médecin en chef d'Ornge

Plusieurs de ces patients ont besoin de niveaux élevés d'oxygène. Ils peuvent être très difficiles à ventiler. Et les transporter rend les choses encore plus difficiles [...] C'est donc assez éprouvant pour le personnel, précise le médecin en chef d'Ornge, le Dr Bruce Sawadsky.

Les transferts se sont déroulés à un rythme assez constant en mars, mais ils se sont accélérés de façon spectaculaire ce mois-ci. Le Dr Sawadsky précise qu'Ornge a déplacé 194 patients en avril jusqu'à présent.

Nous sommes à peu près à plein rendement. Notre personnel a vraiment intensifié ses efforts au cours des deux dernières semaines. Nous avons planifié et sommes déterminés à fournir ce niveau de soutien pour les deux à quatre prochaines semaines ou aussi longtemps qu'il le faudra. Mais à ce stade, je ne pense pas que nous puissions fournir davantage de ressources dans les circonstances actuelles, a déclaré M. Sawadsky. 

Des transferts pour répartir les patients

La ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott, est masquée et assise à une table.

La ministre de la Santé, Christine Elliott (archives)

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

La ministre de la Santé, Christine Elliott, déclare que la province essaie de s'assurer que si quelqu'un doit être admis aux soins intensifs, que ce soit en raison de la COVID ou pour une autre raison, nous aurons la place pour lui.

Le nombre de patients atteints de la COVID dans les hôpitaux de l'Ontario a plus que triplé au cours du dernier mois et atteint maintenant un niveau record. Le nombre de patients dans les unités de soins intensifs a doublé au cours des trois dernières semaines et est le plus élevé depuis le début de la pandémie.

En conséquence, certains hôpitaux recevant des transferts de patients de la région du Grand Toronto sont également surchargés et doivent envoyer leurs propres patients hors de la ville.

Mercredi, l'Ontario comptait 790 patients hospitalisés aux soins intensifs, dont la majorité, 566, étaient sous respirateur.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !