•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premiers répondants : pas d’intervention en habit pour les pompiers de Val-des-Monts

Un camion de pompier du Service des incendies de Val-des-Monts.

Les pompiers volontaires de Val-des-Mont devront porter la jaquette anti-éclaboussure lors d'interventions médicales d'urgence, plutôt que l'habit traditionnel de protection contre le feu (archives).

Photo : Radio-Canada

Samuel Blais-Gauthier

Les pompiers volontaires de Val-des-Monts subissent un revers dans leurs démarches pour obtenir une meilleure protection lors d’interventions comme premiers répondants.

Les soldats du feu affectés à la municipalité de Val-des-Monts, en Outaouais, réclament depuis plusieurs semaines le droit de porter leur pantalon de protection personnelle de style bunker contre le feu, lorsqu’ils interviennent à titre de premiers répondants sur les lieux d’une urgence médicale.

Un pompier porte son bas de combinaison pour le feu, sous une jaquette anti-éclaboussure.

Les pompiers volontaires de Val-des-Monts en Outaouais réclament le droit de porter leur pantalon de combinaison de combat pour le feu sous leur jaquette anti-éclaboussure, lorsqu'ils interviennent comme premiers répondants pour une urgence médicale.

Photo : photo de courtoisie

Cette combinaison est imperméable aux liquides biologiques comme le sang, soutiennent les pompiers.

Le syndicat des pompiers volontaires de Val-des-Mont avait d’ailleurs déposé une plainte auprès de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) à cet effet.

Un pompier simule une intervention à titre de premier répondant, sans son pantalon de combat pour le feu.

Un pompier simule une intervention à titre de premier répondant, sans son pantalon de combat pour le feu. La partie du bas du corps du pompier n'est pas suffisamment protégée, soutient le syndicat des pompiers.

Photo : photo de courtoisie

Selon le syndicat, l’utilisation des jaquettes anti-éclaboussure, actuellement recommandées par les autorités, est insuffisante pour une protection adéquate.

Ces démarches auprès de la CNESST avaient d’ailleurs mené, début avril, à l'interruption du service de premiers répondants sur le territoire pour une période de sept jours, le temps d’étudier la question, avait expliqué la direction de la municipalité.

Le service de premiers répondants a été rétabli le 9 avril dernier, après avoir convenu avec la CNESST d’une mesure temporaire de protection, soit le port d’un habit imperméable ou de la jaquette anti-éclaboussure.

Des discussions ont ensuite repris avec la CNESST et d’autres instances compétentes en la matière [...] Ces échanges ont permis de conclure et de démontrer que les équipements de protection individuelle utilisés par les premiers répondants avant la plainte étaient conformes, indique la municipalité de Val-des-Monts dans un communiqué envoyé mardi.

Mentionnons que la CNESST n’a pas reconnu que le port du pantalon de l’habit de combat des pompiers offrait une protection adéquate en présence de liquide biologique tel que le sang.

Une citation de :Extrait du communiqué de la municipalité de Val-des-Monts

Joint par téléphone mardi en fin de journée, le maire de Val-des-Monts, Jacques Laurin, a qualifié la situation de gain de cause de l’employeur, en indiquant que la sécurité des employés demeurait au cœur des priorités de la Municipalité.

Le maire Jacques Laurin en entrevue dans son bureau.

Jacques Laurin, maire de Val-des-Monts (archives)

Photo : Radio-Canada

Nous allons prendre toutes les mesures pour protéger nos employés, a-t-il assuré.

L’utilisation de l’habit imperméable ou jaquette anti-éclaboussure, au lieu du pantalon de protection complète de pompier, lors d’intervention comme premier répondant est temporaire, indique la municipalité de Val-des-Monts.

Les pompiers de Val-des-Mont devront la porter lorsqu’ils interviennent pour une urgence médicale, jusqu’à ce que des mesures permanentes soient reconnues et mises en place.

On s’est laissé trente jours pour trouver une mesure permanente, a indiqué M. Laurin.

Des négociations se poursuivent, mais le maire laisse entendre que le port de la jaquette anti-éclaboussure pourrait demeurer la norme.

Au moment d’écrire ces lignes, ICI Ottawa-Gatineau a tenté de joindre, sans succès, le syndicat des pompiers volontaires de Val-des-Monts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !