•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'une des doyennes de la Saskatchewan s’éteint à 113 ans

Un portrait de Reita Fennell.

Reita Fennell est née deux ans après que la Saskatchewan fut devenue une province. (archives)

Photo : fournie par Carmen Irvine

Joseph Elfassi

Celle que plusieurs considéraient comme la doyenne de la Saskatchewan, Reita Fennell, née en 1907, est décédée à l'âge de 113 ans.

Carmen Irvine, la conjointe d'un de ses trois petits-fils, était à ses côtés. Les deux femmes étaient inséparables depuis plus de 40 ans.

Nous étions tellement proches que les gens pensaient qu’elle était ma mère!

Une citation de :Carmen Irvine, proche de Reita Fennell

Mamie Deat était toujours occupée, raconte Carmen Irvine. Elle était très sociable. Elle recevait de la famille chez elle, des amis. Elle aimait cuisiner pour les autres, se déplacer pour des événements.

Deat, c’est le surnom que lui avait donné involontairement l'un de ses petits frères qui avait de la difficulté à dire son prénom. Ce sobriquet l'a accompagnée pour le reste de sa vie.

Durant ses 113 années de vie, Reita Fennell a vécu la démocratisation de l’électricité, les deux guerres mondiales, le krach de 1929 et deux pandémies.

La COVID-19 a été particulièrement éprouvante, explique Carmen Irvine. Je pense que ça a contribué au déclin graduel de son état de santé. Elle était habituée à accueillir des gens chez elle presque tous les jours. Les six derniers mois ont été difficiles.

Reita Fennell a grandi dans une famille dont la longévité semble inscrite dans les gènes : sa propre mère a vécu jusqu’à 100 ans, l'une de ses sœurs est décédée à 102 ans, et l'un de ses frères a soufflé ses 96 bougies.

Quand on lui demandait le secret de sa longue vie, elle répondait : Je n’ai pas de secret, c’est la volonté de Dieu.

Très active, Mme Fennell a même appris à conduire à 60 ans, après que son mari eut perdu la vue. Ce contact intime avec la cécité l'a rapprochée de l’Institut national canadien pour les aveugles, à qui elle a demandé d’envoyer les dons en son honneur, tout comme à l’Armée du Salut.

Les funérailles auront lieu mercredi, sous une forme réduite, COVID-19 oblige. Une trentaine de proches seront réunis, alors que la cérémonie sera diffusée virtuellement, en direct.

Reita Fennell laisse dans le deuil ses trois petits-fils, ainsi que sept arrière-petits-enfants et cinq arrière-arrière-petits-enfants, en plus de nombreuses nièces et neveux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !