•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro-Québec investit 39 M$ sur sa centrale Rapide-7

La centrale Rapide-7 d'Hydro-Québec.

La centrale Rapide-7 d'Hydro-Québec

Photo : gracieuseté Hydro-Québec

Hydro-Québec procédera à des réfections majeures sur sa centrale Rapide-7 à compter du mois de mai prochain. Des travaux seront aussi effectués sur sa centrale Rapide-2 l’an prochain.

La société d'État a consenti un contrat de près de 39 millions de dollars à Pomerleau, une entreprise de Lévis, pour les travaux sur Rapide-7.

L'appel d'offres pour les travaux sur Rapide-2 sera lancé un peu plus tard.

Les travaux sont prévus sur la structure en béton, notamment avec la réfection de l'évacuateur, et devraient s’étendre jusqu'en décembre 2023.

Sur son site web, Hydro-Québec explique que les ponts des deux centrales présentent des dommages importants. Ces ouvrages ont été construits en 1937 pour Rapide-7 et 1951 pour Rapide-2 et ils ont atteint leur fin de vie utile.

Les travaux débuteront sur Rapide-7 d’abord puis en 2022, l'entrepreneur qui aura remporté le futur appel d'offres pour Rapide-2 entreprendra la phase 2 du projet sur cette centrale. Des travaux seront aussi faits sur la vanne télécommandée et son mécanisme de levage.

Des retombées dans la région?

Hydro-Québec aimerait également que ce contrat ait des retombées financières régionales.

Le 7 avril, nous avons tenu un rendez-vous de la sous-traitance pour permettre aux entrepreneurs de la région de se faire connaître auprès de Pomerleau, afin de favoriser des contrats en sous-traitance et des retombées économiques régionales, affirme Sylviane Legault, porte-parole d’Hydro-Québec.

La centrale Rapide-7 d'Hydro-Québec.

La centrale Rapide-7 d'Hydro-Québec

Photo : gracieuseté Hydro-Québec

Déjà, Blais Industries, de Rouyn-Noranda, avait obtenu un contrat de 370 000 $ afin de remettre à niveau cinq anciennes maisons, qui constituaient à l’époque ce que l’on appelait le village de compagnie. Celles-ci ont été transformées à l’automne 2020 en bureaux de chantier.

Plusieurs chasseurs, trappeurs et pêcheurs utilisent les chemins de Rapide-2 et Rapide-7. Environ 200 baux de villégiature ont été répertoriés et les utilisateurs ont tous été informés, affirme la porte-parole d'Hydro-Québec, Sylviane Legault.

En ce qui concerne le détour pour Rapide-7, il sera d’environ 10 kilomètres. Quant à Rapide-2, Hydro-Québec est toujours à l’étude des différents tracés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !