•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta corrige une erreur juridique concernant les conseils scolaires francophones

Autobus scolaire devant l'école par une belle journée d'automne.

Le changement législatif permet d'éviter que bien des conseillers scolaires ne puissent pas se représenter aux prochaines élections scolaires.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

Le gouvernement albertain a déposé un projet de loi lundi pour corriger une erreur qu’il avait causée en réformant la Loi sur l’éducation, en 2019. Cette erreur aurait empêché les francophones qui n’ont pas d’enfants présentement dans le système scolaire francophone de se présenter aux prochaines élections scolaires, le 18 octobre.

Si le gouvernement ne corrigeait pas cette erreur, Réginald Roy n'aurait pas pu se représenter à son poste de président du Conseil scolaire Centre-Est.

Ça fait plusieurs années que je travaille dans le domaine du système scolaire francophone. Mes enfants ont tous gradué dans des écoles francophones, mais parce qu'ils n'y sont plus, je ne suis plus éligible, explique-t-il.

Celui qui est aussi le président de la Fédération des conseils scolaires de l'Alberta remercie le gouvernement albertain d'avoir repéré l'erreur et d'avoir travaillé avec lui pour résoudre la situation rapidement.

Le gouvernement propose de modifier la loi pour donner à la ministre de l’Éducation le pouvoir d’élargir les critères d’éligibilité par décret ministériel.

La Fédération des conseils scolaires de l’Alberta espère que, en plus de corriger cette erreur, la ministre va élargir encore plus les critères d'éligibilité, par exemple en autorisant des francophones nés hors du Canada à se présenter aux élections scolaires.

Le ministère de l'Éducation est présentement en train d'étudier l'élargissement des critères d'éligibilité et de consulter la communauté francophone à ce sujet. « Cela devrait être finalisé après l'adoption de la loi », précise l'attachée de presse de la ministre, Nicole Sparrow.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !