•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce qu'il faut savoir sur le vaccin d'AstraZeneca

Une infirmière nettoie le bras du premier ministre français Jean Castex avant l'injection.

Le vaccin AstraZeneca est devenu l'objet d'une controverse, mais aussi d'une campagne politique marquée pour en promouvoir l'utilisation.

Photo : Reuters

La Presse canadienne

L'annonce de mardi du gouvernement Legault, au Québec, sur l'élargissement de la vaccination aux 45 ans et plus, vient replacer le vaccin d'AstraZeneca contre la COVID-19 sous les feux des projecteurs. Mais comment ce dernier fonctionne-t-il? Est-il sécuritaire? Tour d'horizon.

Qui est admissible pour le recevoir?

Au Québec, l'AstraZeneca sera désormais disponible pour toute personne de 45 ans et plus, a annoncé le gouvernement mardi. En Ontario et en Alberta, deux provinces aux prises avec une troisième vague très virulente, les personnes de 40 ans et plus peuvent recevoir ce vaccin depuis mardi. Le Manitoba et la Colombie-Britannique ont aussi annoncé lundi que le vaccin serait offert aux 40 ans et plus.

Lorsque Santé Canada a approuvé l'AstraZeneca en février, il en avait autorisé l'utilisation pour les 18 ans et plus; cette autorisation n'a pas changé depuis, pour l'instant. La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a déclaré dimanche que les provinces et territoires étaient libres d'utiliser l'AstraZeneca auprès de toute population âgée de plus de 18 ans.

Les inquiétudes concernant les rares événements de caillots sanguins ont conduit à une certaine hésitation autour de l'AstraZeneca : de nombreuses personnes admissibles selon la liste de priorité ont choisi de passer leur tour, afin d'obtenir plutôt le vaccin Pfizer-BioNTech ou le Moderna. Mais à mesure que la situation pandémique s'aggrave dans certaines parties du pays, les experts recommandent de prendre le premier vaccin qui se présentera, sans attendre. Les risques liés à la COVID-19 étant plus élevés que ceux, extrêmement rares, d'une thrombose liée au vaccin.

Qu'en est-il des caillots?

L'Agence européenne des médicaments a déclaré, plus tôt ce mois-ci, qu'elle avait découvert un lien possible entre le vaccin d'AstraZeneca et de très rares cas de caillots sanguins inhabituels, avec baisse des plaquettes sanguines, chez les receveurs, généralement dans les deux semaines suivant l'inoculation.

La fréquence globale de cette thrombocytopénie immunitaire prothrombotique induite par le vaccin, communément appelée TIPIV, a été estimée à environ un cas pour 100 000 à 250 000 doses.

Les données publiées dans la revue en ligne Science, la semaine dernière, indiquent qu'au moins 222 cas suspects ont été signalés en Europe – sur 34 millions de personnes ayant reçu leur première dose du vaccin. Une trentaine de personnes sont décédées.

Or, les experts affirment que le risque de développer des caillots sanguins en raison de la COVID-19 est beaucoup plus élevé.

Selon l'Agence européenne des médicaments, les symptômes de TIPIV sont les suivants : essoufflement, douleur thoracique, gonflement de la jambe, douleur abdominale persistante, maux de tête persistants, vision trouble, ou minuscules taches de sang sous la peau au-delà du point d'injection. Le problème de la coagulation peut être traité lorsqu'il est détecté tôt.

Est-il efficace?

Les essais cliniques ont montré que le vaccin d'AstraZeneca était efficace à 62 % dans la prévention des infections liées au coronavirus, mais qu'il avait évité l'hospitalisation et même la mort de 100 % des participants qui avaient contracté le virus après avoir été vaccinés.

Cette efficacité a bien sûr prêté le flanc à des comparaisons lorsque l'AstraZeneca a été approuvé pour la première fois : on pouvait difficilement éviter de comparer son efficacité de 62 % à prévenir une infection avec celle de 95 % démontrée dans les essais de Pfizer et Moderna.

Mais les experts ont rapidement souligné que tous les vaccins autorisés offrent une excellente protection contre les maladies graves, l'hospitalisation et la mort – ce que l'on veut surtout éviter, au fond.

Des données réelles, depuis la distribution à grande échelle, peuvent également suggérer que l'efficacité de l'AstraZeneca augmente sur un intervalle de temps plus long entre la première et la deuxième dose. Lors des essais cliniques, les chercheurs avaient utilisé un intervalle de quatre semaines entre les deux doses, mais certains pays ont retardé la deuxième dose de plusieurs semaines. Au Canada, de nombreuses provinces, dont le Québec, ont choisi d'administrer la deuxième dose après quatre mois.

Comment le vaccin fonctionne-t-il?

Tous les vaccins approuvés contre la COVID-19 entraînent l'organisme à reconnaître la protéine de spicule à la surface externe du SRAS-CoV-2.

L'AstraZeneca, un vaccin dit à vecteur viral sans réplication, utilise une version inoffensive d'un virus du rhume comme véhicule pour donner à nos cellules le mode de fabrication de la protéine de spicule du coronavirus.

Le système immunitaire reconnaît ensuite cette protéine et fabrique des anticorps qui nous permettraient éventuellement de repousser l'ennemi si l'organisme était atteint par le vrai virus.

Les experts estiment qu'il faut quelques semaines à l'organisme pour développer un certain niveau d'immunité avec l'un des vaccins.

Certains receveurs peuvent ressentir une réponse immunitaire immédiatement après l'inoculation. Cela peut entraîner des effets secondaires généralement observés avec d'autres vaccins, notamment des douleurs au point d'injection, des rougeurs, des gonflements et même de la fièvre – mais les experts rappellent que cela signifie que le vaccin fonctionne!

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Des avantages indéniables

L'AstraZeneca peut être expédié et conservé à la température normale d'un réfrigérateur domestique, contrairement à ceux de Pfizer-BioNTech et Moderna, qui nécessitent des températures beaucoup plus basses.

C'est pourquoi l'AstraZeneca a été principalement utilisé en pharmacies, plutôt que dans les grandes cliniques de vaccination.

Du point de vue de la vaccination mondiale, le faible coût du vaccin d'AstraZeneca – environ 4 $ US la dose – lui confère un autre avantage certain. AstraZeneca, qui affirme vouloir fabriquer jusqu'à 3 milliards de doses en 2021, s'est engagé à rendre le vaccin disponible au prix coûtant dans le monde entier jusqu'au mois de juillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !