•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six Nations : le conseil de bande traditionnel déclare un moratoire unilatéral sur la construction

Neuf personnes devant un micro

Le conseil de bande traditionnel de la Confédération Haudenosaunee en a fait l'annonce mardi.

Photo : Radio-Canada / Dan Taekema/CBC News

Radio-Canada

Le conseil de bande traditionnel de la Confédération Haudenosaunee a annoncé un moratoire unilatéral sur la construction de nouveaux développements sur tout le territoire couvert par le traité de Haldimand.

Ce territoire couvre environ 384 451 hectares le long de la rivière Grand en Ontario. Il débute au lac Érié et se rend jusqu’au village de Corbetton, en passant par les villes de Brantford, Cambridge, Kitchener et Waterloo, entre autres.

Le conseil de bande traditionnel affirme qu'aucun développement ne peut se poursuivre sans le consentement des Haudenosaunee.

Un représentant du conseil ainsi que Skyler Williams, porte-parole du 1492 Land Back Lane, ont fait cette annonce lors d'une conférence de presse à 11 h mardi.

Personne, pas le Canada, l'Ontario et certainement aucune municipalité, n'a le droit d'interférer dans notre droit de protéger les terres et les eaux qui appartiennent à nos enfants, a déclaré Roger Silversmith, Deyohowe:to, du clan des Snipe, qui fait partie de la Confédération Haudenosaunee, dans un communiqué de presse.

Sans terre pour grandir en tant que communauté, davantage de générations d'enfants Haudenosaunee souffriront des méfaits du colonialisme.

Le traité a été accordé aux Six Nations de la rivière Grand en 1784 pour les remercier de s'être alliées aux Britanniques pendant la révolution américaine. Le terrain s'étend sur environ 10 kilomètres de chaque côté de la rivière Grand.

Six Nations, qui compte la plus grande population de toutes les réserves au Canada, possède maintenant moins de 5 %, ou 18 615 hectares, de son territoire d'origine.

Le communiqué ajoute que si la terre est partagée avec nos alliés et que nous sommes tous d'accord pour respecter les accords entre notre peuple pour vivre dans la paix, l'amitié et la confiance

Le moratoire annoncé vise à maintenir l'équilibre délicat entre la création et les humains, peut-on lire dans le communiqué.

Mardi marque d’ailleurs le 15e anniversaire d’une opération de la Police provinciale de l’Ontario qui visait à mettre fin à l'occupation par des membres des Six Nations d'un site de développement immobilier à Caledonia nommé Douglas Creek Estates.

De plus, 275 jours se sont écoulés depuis que les manifestants ont repris une autre parcelle de terrain destinée à un nouveau développement à Caledonia nommé McKenzie Meadows.

Foxgate Developments, un partenariat entre Losani et Ballantry Homes, a récemment déposé une déclaration de réclamation devant la Cour supérieure de l'Ontario pour obtenir 200 millions de dollars en dommages-intérêts. L’entreprise nomme la province, le procureur général du Canada, la Police provinciale de l'Ontario et des protestataires autochtones individuels, ainsi que certains activistes.

Nos droits ont été détruits pendant des décennies et lentement érodés, a déclaré Skyler Williams, porte-parole des manifestants contre le développement de McKenzie Meadows, dans le communiqué de presse. Je pense que ce que nous avons montré, c'est à quel point nous sommes déterminés en tant que peuple à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger nos terres et nos eaux.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !