•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Université de Sudbury planche sur son plan d'affaires

Université de Sudbury.

L'Université de Sudbury a fait part de son intention de devenir 100 % francophone le 11 mars dernier.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Radio-Canada

Le rêve d'une réincarnation francophone n'est pas mort à l'Université de Sudbury. L'établissement annonce qu'elle prépare son plan d'affaires.

Dans un communiqué, l'administration soutient tout mettre en oeuvre pour faire progresser la création d’une institution universitaire gouvernée par, pour et avec les Franco-Ontariennes et les Franco-Ontariens.

L'établissement, qui espère rapatrier les programmes de langue française de l'Université Laurentienne, a annoncé son intention de devenir francophone il y a plus d'un mois.

Depuis, celui-ci a retenu les services de la firme d'expert-conseil PGF, qui se spécialise dans la gouvernance scolaire et postsecondaire, afin d'établir et d'officialiser un plan d’affaires.

Il s'agit d'un élément essentiel de la proposition que fera l'Université de Sudbury au ministère des Collèges et Universités de l’Ontario.

L'établissement s'est également entouré d'un certain nombre de conseillers, tel que Maître Ronald Caza, avocat et constitutionnaliste, qui a mené avec succès la bataille juridique de l’Hôpital Montfort d’Ottawa.

L'Université de Sudbury réitère également l'appui de plusieurs membres de la communauté et d'organismes, dont la Coalition nord-ontarienne pour une université francophone et l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO).

Les efforts collectifs que nous déployons en cette période de transition visent la création d’une université de langue française de sorte que les Franco-Ontariens et les Franco-Ontariennes pourront avoir accès à un système complet d’enseignement en langue française du préscolaire à l’universitaire, déclare le président du Conseil des régents de l’Université de Sudbury, Pierre Riopel, par communiqué.

Après l’Université de l’Ontario français et l’Université de Hearst, la transformation de l’Université de Sudbury en établissement gouverné par, pour et avec les francophones est la prochaine étape qui s’impose pour assurer la formation postsecondaire en français en Ontario.

Une citation de :Carol Jolin, président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario
Carol Jolin.

Carol Jolin, président de l'AFO, soutient le projet francophone de l'Université de Sudbury depuis ses débuts en mars.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

La Coalition nord-ontarienne pour une université francophone demande également à Queen's Park de mettre sur pied une commission chargée d’étudier en profondeur la structure de l’éducation universitaire de langue française dans le Nord et de formuler des recommandations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !