•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pesticides à des fins esthétiques dénoncés dans la campagne municipale à Shediac

Des bouteilles de Roundup déposées sur du gazon et entourées de pissenlits.

Les pesticides sont parfois utilisés à des fins esthétiques pour l’entretien de pelouses et de jardins de particuliers.

Photo : Getty Images / Scott Olson

Radio-Canada

L’utilisation des pesticides chez les particuliers est remise en question dans la campagne électorale municipale à Shediac, au Nouveau-Brunswick. Une résidente tente de sensibiliser ses concitoyens aux risques associés à ces produits.

La mère de famille Josée Émilie Dupuis souhaite que la Ville de Shediac adopte un arrêté municipal pour interdire l’application de pesticides dans la ville. Elle profite maintenant des élections municipales pour trouver du soutien chez les futurs élus.

Josée Émilie Dupuis.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Josée Émilie Dupuis fait campagne depuis trois ans pour convaincre sa ville d’interdire l’utilisation de pesticides à des fins esthétiques.

Photo : Avec la gracieuseté de Josée Émilie Dupuis

Dix des douze candidats se présentant aux prochaines élections lui ont répondu qu’ils sont contre l’utilisation de pesticides, pourtant, aucun n’a voulu se prononcer sur la place publique.

Ils ne se sentaient pas à l’aise de parler aux médias à ce sujet parce qu’ils savent que la population aussi a des opinions mixtes à ce sujet, affirme Josée Émilie Dupuis.

Des dangers connus

Josée Émilie Dupuis craint pour la santé de ses trois enfants lors de promenades à l’extérieur en raison de la présence de pesticides. Elle estime qu'un arrêté municipal qui les interdirait serait dans l’intérêt de tout le monde.

C’est pour protéger la population, les animaux de compagnie, la faune et la flore. […] Les abeilles en souffrent aussi, dit-elle.

Depuis plusieurs années, Céline Surette, professeure titulaire et directrice du Département de chimie et de biochimie de l'Université de Moncton, observe la dynamique des contaminants dans les écosystèmes.

Selon Mme Surette, le taux de risque de l’utilisation des pesticides à usage esthétique est différent de celui pour l’agriculture, et les inquiétudes de Josée Émilie Dupuis sont sans doute fondées.

Les pesticides peuvent avoir des liens avec certains types de cancers et des maladies neurologiques, notamment la maladie de Parkinson.

On voit aussi de plus en plus d’études qui vont montrer des liens avec le TDAH, l’hyperactivité chez les enfants, souligne-t-elle. Dans notre environnement, il faut être capable de déceler le petit signe qui nous dit que c’est ce pesticide-là qui cause un problème pour la santé.

C’est important d’utiliser le principe de précaution quand on parle de pesticides et de les utiliser de façon judicieuse et quand c’est absolument nécessaire.

Une citation de :Céline Surette, professeure et directrice du Département de chimie et biochimie de l’Université de Moncton

Ses propos donnent du poids à ceux de Josée Émilie Dupuis, qui voudrait bien que Shediac adopte ce principe de précaution.

D’autres régions ont déjà fait le pas

Plusieurs villes et villages en Atlantique n’utilisent pas de pesticides sur leurs terrains municipaux.

Mais, malgré le fait que les risques des pesticides pour la santé et l’environnement sont connus, peu de municipalités interdisent leur usage à l’ensemble de leurs citoyens.

Une pancarte sur une pelouse indique l'application de pesticides.

Josée Émilie Dupuis affirme qu’elle n’est pas la seule à vouloir l’interdiction de l’usage des pesticides. Selon elle, plusieurs concitoyens l’appuient dans sa démarche.

Photo : Radio-Canada

Selon le président de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, Michel Soucy, des revendications citoyennes liées à cet enjeu sont enregistrées en période d’élection dans chaque municipalité.

Ça demeure encore la responsabilité des municipalités d’approuver un arrêté municipal, souligne-t-il.

À titre d’exemple, Tracadie a adopté en 2019 un arrêté pour régir l’utilisation de pesticides domestiques dans son territoire afin de protéger la santé de ses citoyens, l’environnement et l’eau potable.

Shediac sera-t-elle la prochaine?

Je suis très optimiste qu’il y ait des changements à Shediac faits à cet égard-là, conclut pour sa part Josée Émilie Dupuis.

D'après un reportage de Janic Godin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !