•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Dakota du Nord vaccinera gratuitement des camionneurs du Manitoba

Un camion-remorque circulant sur une autoroute.

Les camionneurs du Manitoba pourront se faire vacciner au Dakota du Nord dès mercredi.

Photo : Radio-Canada

Les gouvernements du Manitoba et du Dakota du Nord ont conclu un accord de collaboration afin de vacciner contre la COVID-19 les chauffeurs routiers manitobains qui doivent franchir la frontière entre le Canada et les États-Unis .

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, et le gouverneur de l’État du Dakota du Nord, Doug Burgum, ont signé l’entente mardi matin lors d’une conférence de presse.

Selon les estimations de Brian Pallister, cela va permettre à environ 4000 chauffeurs routiers manitobains de se faire vacciner gratuitement contre la COVID-19 au Dakota du Nord.

Le centre de vaccination sera installé sur l’aire de repos Alexander-Henry, située à environ 60 km de la frontière américano-canadienne, au sud de Drayton.

L’aire est assez grande pour accueillir de nombreux camions, a assuré le gouverneur républicain du Dakota du Nord.

Le centre sera prêt dès mercredi et ouvert les mercredi, jeudi et vendredi, de 12 h à 20 h, a précisé Doug Burgum.

Une première en Amérique du Nord

Cette collaboration sur la vaccination est une première entre un État et une province de part et d’autre de la frontière entre le Canada et les États-Unis, a fait valoir Brian Pallister.

C’est le meilleur exemple de collaboration entre le Canada et les États-Unis. J’espère que cela permettra de donner l’exemple et de faire des émules, a ajouté le premier ministre du Manitoba.

Par ailleurs, Brian Pallister a insisté à plusieurs reprises sur la relation privilégiée qu’il entretient avec Doug Burgum et qui a permis, selon lui, d’arriver à une telle entente.

Environ 1 million de véhicules traversent la frontière entre le Manitoba et le Dakota du Nord chaque année, et c’est le cinquième des points de passage les plus achalandés entre les deux pays.

Admissibilité à définir

Interrogé sur les camionneurs qui seront admissibles pour le vaccin, le premier ministre du Manitoba a déclaré que cela reste à clarifier avec la Manitoba Trucking Association.

Par ailleurs, cette dernière travaillera avec le Dakota du Nord pour programmer des rendez-vous au cours des voyages réguliers effectués par ses membres aux États-Unis. Les premiers rendez-vous devraient être pris au cours des six à huit prochaines semaines.

Les vaccins administrés seront ceux de Moderna et Pfizer-BioNTech, a ajouté Doug Burgum.

L’État américain fournira une preuve de vaccination aux chauffeurs manitobains et transmettra ensuite les informations concernant les camionneurs vaccinés à Santé Manitoba, afin que la santé publique manitobaine soit au courant.

Avec un approvisionnement adéquat de vaccins et tous les habitants du Dakota du Nord ayant accès à des doses alors que le Canada fait face à une pénurie, nous voulons faire notre part pour nous assurer que les travailleurs essentiels du Canada qui voyagent souvent aux États-Unis soient vaccinés, a déclaré le gouverneur du Dakota du Nord.

L’inoculation efficace et rapide des vaccins est essentielle pour la réouverture sécuritaire de notre frontière partagée, a-t-il ajouté.

Aucun coût pour le Manitoba ni le Dakota

Ce programme de vaccination ne coûtera rien du tout aux contribuables manitobains ni à ceux du Dakota du Nord, selon un communiqué.

Le gouvernement fédéral américain fournira les doses de vaccins et remboursera les coûts associés à l’inoculation, est-il précisé.

Le Manitoba a accéléré sa campagne de vaccination cette semaine. Ainsi, toute personne âgée de plus de 40 ans peut désormais recevoir le vaccin d’AstraZeneca-Oxford, qui est distribué à travers les pharmacies et les médecins. Par contre, depuis mardi, l’âge d’admissibilité pour les vaccins de Pfizer-BioNTech et Moderna est de 52 ans pour la population générale, et de 32 ans pour les Autochtones.

Le Dakota du Nord, lui, doit recevoir prochainement 17 millions de doses, a précisé Doug Burgum. Les deux juridictions envisagent la possibilité d’étendre ce programme à d’autres travailleurs essentiels à l’avenir.

La preuve d’un échec, pour Erin O’Toole

Cette première en Amérique du Nord a été saluée par le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O’Toole. Je m’attends à ce que d’autres provinces suivent l’exemple innovant du Manitoba, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Le chef du Parti conservateur voit cependant l’entente comme une preuve de l’échec du gouvernement fédéral.

Il n’y a jamais eu d’exemple aussi saisissant de la gravité de la situation et des manques critiques de vaccins au Canada. Le fait qu’un gouvernement provincial a dû indépendamment négocier pour envoyer des travailleurs essentiels canadiens aux États-Unis pour se faire vacciner souligne l'échec total du gouvernement de Justin Trudeau dans l’approvisionnement en vaccins, a-t-il affirmé.

Selon les dernières données disponibles, le Manitoba a reçu 479 010 doses de vaccins et en a injecté 341 926. Moins de 15 % de la population totale de la province ont reçu une première dose de vaccin.

Ces 7 derniers jours, 8183 doses ont été injectées en moyenne quotidiennement. Si ce rythme se maintient, l'immunité collective sera atteinte en octobre 2021.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !