•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Congés de maladie payés : l'Ontario pourrait reculer

Le portrait d'une femme.

La ministre de la Santé, Christine Elliott (archives)

Photo : Radio-Canada / CBC News

Dans ce qui serait une autre volte-face en quelques jours, le gouvernement Ford ouvre finalement la porte à des congés de maladie payés par la province. Le changement de cap survient alors que la crise sanitaire s'enlise en crise politique en Ontario.

En mêlée de presse mardi, la ministre de la Santé, Christine Elliott, a expliqué que son gouvernement espérait que le gouvernement Trudeau allait bonifier la Prestation canadienne de maladie dans son budget déposé lundi.

La prestation fédérale, qui se limite à 500 $ par semaine, est insuffisante, a-t-elle concédé. Nous allons agir pour régler cette situation, a dit la ministre. Nous examinons présentement nos options dans ce dossier.

Jusqu'ici, Doug Ford rejetait pourtant l'idée avec véhémence en disant que le programme fédéral était amplement suffisant. Il a maintes fois accusé ses critiques de jouer à des jeux politiques.

Les congés de maladie payés sont réclamés depuis des mois par les partis d'opposition, des maires de grandes villes ontariennes, une litanie d'experts, des syndicats et une majorité d'Ontariens.

La pression sur les épaules du gouvernement Ford pour mieux protéger les travailleurs essentiels s'est accentuée d'un cran mardi, avec la décision de Toronto et de Peel de fermer les entreprises aux prises avec des éclosions de COVID-19.

Combien de personnes sont tombées malades, combien de travailleurs sont morts en raison de l'inaction de Doug Ford?, a réagi la cheffe néo-démocrate Andrea Horwath mardi.

C'est incroyable que le gouvernement soit seulement en train de se réveiller maintenant, a ajouté le chef des verts Mike Schreiner. Doug Ford a été négligent en priorisant encore la politique au détriment de vies humaines.

La Table de consultation scientifique sur la COVID-19, le groupe d'experts indépendants qui conseille le gouvernement Ford, a fait une nouvelle sortie publique (Nouvelle fenêtre) mardi et a appuyé la décision de Toronto et de Peel. Le groupe recommande aussi des congés de maladie payés et la vaccination prioritaire des travailleurs essentiels.

Où est Doug Ford?

Doug Ford brillait à nouveau par son absence mardi en période de questions à Queen's Park. Les partis d'opposition ont dénoncé le fait que M. Ford doit participer à une levée de fonds sur Zoom (Nouvelle fenêtre) jeudi pour le Parti progressiste-conservateur, mais n'a pas été vu publiquement depuis vendredi dernier.

Plus tard en après-midi et en réponse aux critiques, Christina Wramhed, directrice des communications du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, a déclaré que l'événement avait été reporté. Dans une brève déclaration qui ne précise pas pourquoi l'événement a été reporté, Mme Wramhed a déclaré : Il est important de noter que le Parti PC de l'Ontario était le seul parti politique en Ontario à suspendre tous les efforts de financement pendant six mois en 2020.

La vice-première ministre Christine Elliott - qui est aussi ministre de la Santé - a dû encore défendre son chef en Chambre. En mêlée de presse, elle a expliqué aux journalistes que Doug Ford était occupé à tenter d'obtenir davantage de doses de vaccins auprès de pays étrangers.

Relativement à cette recherche de doses, le député libéral John Fraser a conseillé au premier ministre ontarien de rester dans sa voie.

Le gouvernement fédéral s'occupe de l'approvisionnement en vaccins. Doug Ford doit arrêter de blâmer les autres. Il devrait venir faire son travail [à Queen's Park], a lancé le député.

Les libéraux ont d'ailleurs à nouveau demandé sa démission, mardi.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !