•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des poules en ville dès ce printemps à Rimouski

Cette poule pondeuse aura bientôt la compagnie de nouvelles amies.

Une cinquantaine de permis seront distribués parmi les résidents de la ville qui désirent obtenir le droit de garder des poules en milieu urbain. (archives)

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Un projet-pilote sera lancé ce printemps à Rimouski pour qu'une cinquantaine de résidences unifamiliales et une dizaine d'écoles situées en milieu urbain puissent garder des poules pondeuses sur leur terrain.

Le conseil municipal de Rimouski a adopté lundi soir, lors de la séance ordinaire, un projet de règlement qui officialise l'arrivée de ce projet-pilote.

Le projet-pilote s'étendra ensuite sur un an, du 7 mai 2021au 31 mai 2022.

Les permis doivent être tirés au sort parmi les citoyens qui auront envoyé une demande au Service d'urbanisme, permis et inspection de la Ville d'ici le 7 mai.

Deux poules dans un poulailler.

Le poulailler devra notamment comprendre un abri avec plancher, pour que les poules puissent y être à l'abri de l'eau. (archives)

Photo : Radio-Canada

Cette demande doit notamment comprendre un plan à l'échelle permettant de localiser sur le terrain le poulailler projeté.

La garde de poules sera autorisée sur les terrains dont la superficie est de 350 mètres carrés ou plus.

Il faudra débourser 30 $ pour l'obtention d'un permis. Les résidents qui en obtiendront un pourront garder de deux à quatre poules dans leur cour arrière ou latérale.

Les poules devront rester en tout temps dans leur poulailler et ne pourront circuler dans la cour.

Le projet de règlement prévoit aussi des dispositions pour assurer le bien-être et la sécurité des oiseaux.

Le poulailler devra être bien entretenu pour éviter que des odeurs soient perceptibles dans le voisinage.

La vente des œufs sera interdite, mais ces derniers pourront être offerts en cadeau, selon les informations données aux citoyens lors de la séance de consultations publiques tenue le 17 mars dernier.

Une douzaine d'œufs bruns.

Les œufs ne pourront pas être vendus. (archives)

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperriere-Roy

Le maire Marc Parent a expliqué que la Ville souhaite encadrer les citoyens qui souhaitent se lancer dans la garde de poules urbaines.

L'objectif, c'est de faire en sorte que les 50 personnes qui auront accès à ce projet-pilote formel seront vraiment [soutenues] par l'administration municipale.

Une citation de :Marc Parent, maire de Rimouski

La conseillère du district du Bic, Virginie Proulx, a posé quelques questions aux autres membres du conseil au sujet du fonctionnement du projet-pilote.

Elle se questionnait notamment sur ce qu'il adviendrait des résidents qui possèdent déjà des poules urbaines, mais qui n'ont pas de permis.

À cette question, le maire a répondu que la Ville ne se lancera pas dans une chasse aux sorcières pour pénaliser les citoyens qui possèdent déjà des poules urbaines.

Avec la collaboration de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !