•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Remontée des nouveaux cas de COVID-19 en Abitibi-Témiscamingue

Des pictogrammes demandant de garder deux mètres de distance avec les autres personnes.

Le CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue demande à la population de faire preuve de rigueur en ce qui a trait au respect des mesures sanitaires.

Photo : CBC / Adam Walsh

Radio-Canada

La santé publique recense neuf nouveaux cas dans la région.

De ces cas, quatre sont dans la Vallée-de-l’Or, deux dans la MRC d’Abitibi, 2 à Rouyn-Noranda et un nouveau cas est enregistré en Abitibi-Ouest.

La source d’exposition de trois personnes est sous enquête actuellement.

Le nombre de cas actifs passe de 37 à 39.

Répartition des cas actifs :

  • MRC de Rouyn-Noranda : 18
  • MRC de la Vallée-de-l'Or : 14
  • MRC d'Abitibi : moins de 6
  • MRC d'Abitibi-Ouest : moins de 6
  • MRC de Témiscamingue : moins de 6

La veille, deux nouveaux cas seulement s'ajoutaient dans la région.

Le bilan des hospitalisations dû à la COVID-19 est le même que le précédent. Une personne est hospitalisée, mais elle ne se trouve pas à l’unité des soins intensifs.

De moins en moins de cas de variants

L’Abitibi-Témiscamingue a été la première au Québec à recenser la présence du variant du coronavirus sud-africain. Maintenant, la région est frappée moins durement par les variants que le reste de la province.

Un peu plus d’un cas sur deux de COVID-19 découverts dans la dernière semaine est un variant en Abitibi-Témiscamingue. Cette proportion monte à plus de trois cas sur quatre pour l’ensemble du Québec.

Des variants ayant apparus au Royaume-Uni, en Afrique du Sud, au Brésil et au Nigéria sont surveillés au Québec.

Malgré cette diminution de la présence du variant du coronavirus qui a d'abord circulé en Afrique du Sud, la Santé publique n’a pas l’intention pour le moment de revenir sur sa décision de ne pas administrer le vaccin AstraZeneca en Abitibi-Témiscamingue.

Bien qu'il y ait eu une diminution du nombre de cas associés aux variants au cours de la semaine dernière, il est important de noter une diminution du taux de cas présomptifs aux variants sur une période de plusieurs semaines, avant de revenir sur la décision de ne pas administrer le vaccin AstraZeneca dans la région, indique le service des communications du CISSS-AT par courriel.

Depuis le début de l’année, 131 cas de variant sud-africain ont été confirmés dans la région et 88 autres cas de variant sont suspectés.

Fermer la région : un geste préventif

Le maire de Val-d'Or, Pierre Corbeil, dit avoir été surpris par la décision du gouvernement de fermer l’accès au territoire de l’Abitibi-Témiscamingue, le 14 avril.

Il estime cependant que la prudence est de mise, puisque la situation de la pandémie peut se dégrader rapidement.

C’est sûr que ce sont des décisions qui ont des impacts et on l’a vu avec la bulle de la LHJMQ qui a crevé, a-t-il imagé. Ça aurait été bon pour nos hôteliers et nos restaurants.

Pierre Corbeil affirme également s'inquiéter en vue de l'ouverture de la pêche prévue le 20 mai.

Au fur et à mesure qu’on va reprendre la situation en main et que la vaccination va se poursuivre à un rythme soutenu, ça va donner la marge de manoeuvre au gouvernement pour peut-être nous ramener en zone jaune ou du moins alléger le contrôle sur l’ensemble de notre territoire, indique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !