•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Écosse resserre ses frontières et interdit les voyages non essentiels

Iain Rankin en conférence de presse devant des drapeaux de la Nouvelle-Écosse.

Iain Rankin, premier ministre de la Nouvelle-Écosse, annonce mardi de nouvelles restrictions sur les voyages non essentiels (archives).

Photo : Len Wagg / Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

Radio-Canada

La Nouvelle-Écosse interdit temporairement aux voyageurs qui proviennent de l’extérieur de la province de s’y rendre pour des raisons non essentielles, à l’exception de ceux de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador, annonce mardi le premier ministre Iain Rankin.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Cette mesure entrera en vigueur le 22 avril à 8 h. Elle est motivée par l’augmentation du nombre de cas liés à des voyages et son but est de protéger la santé de la population, explique M. Rankin durant une conférence de presse.

Ce n’est pas le temps pour les gens de venir en Nouvelle-Écosse pour autre chose que des déplacements essentiels. Étant donné que la pandémie est maintenant caractérisée par des variants qui se transmettent plus facilement, il est nécessaire de prendre une telle mesure importante pour protéger les gens de la Nouvelle-Écosse, affirme Iain Rankin, cité dans un communiqué.

Tous les Néo-Écossais devraient aussi s’abstenir de faire des voyages non essentiels hors de la province, souligne M. Rankin.

Le médecin hygiéniste en chef, Robert Strang, précise que la mesure sera en vigueur pendant quatre semaines et qu'elle peut être prolongée ou que d'autres restrictions peuvent s'y ajouter si cela est jugé nécessaire.

Le premier ministre Rankin reconnaît que cette mesure peut être décevante pour bien des gens, mais il affirme qu’il a le devoir de veiller sur la sécurité de la population et de prendre les mesures qui s’imposent.

Des déplacements jugés essentiels et permis

Les déplacements suivants en provenance de l’extérieur de la Nouvelle-Écosse, de l’Île-du-Prince-Édouard ou de Terre-Neuve-et-Labrador sont considérés comme étant essentiels, précise le ministère de la Santé et du Mieux-être.

  • les personnes qui vivent en Nouvelle-Écosse, mais dont l’emploi principal se trouve dans une autre province;
  • les personnes qui doivent participer en personne à une procédure judiciaire dans une autre province;
  • les étudiants de niveau postsecondaire qui vont étudier en Nouvelle-Écosse;
  • les étudiants de niveau postsecondaire qui rentrent à leur résidence principale ou familiale en Nouvelle-Écosse et les parents qui les accompagnent;
  • les parents qui vont chercher un étudiant et le ramènent chez eux le plus rapidement possible;
  • les personnes qui peuvent prouver qu’elles ont déjà une nouvelle adresse permanente en Nouvelle-Écosse en date du 21 avril et qu’elles y déménagent de façon permanente;
  • les personnes qui se déplacent dans le cadre d’une entente parentale en respectant le protocole concernant la garde d’enfants;
  • les gens qui sont exemptés des exigences d’isolement en respectant le protocole relatif aux les voyageurs exemptés;
  • les personnes qui effectuent un déplacement entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick pour aller travailler, aller à l’école ou emmener ou prendre leurs enfants à la garderie en respectant les conditions du protocole relatif aux déplacements entre ces provinces;
  • les travailleurs étrangers temporaires autorisés par le gouvernement fédéral.

Les travailleurs qui font la navette doivent maintenant s’isoler complètement lorsqu’ils arrivent en Nouvelle-Écosse. Dès qu’ils reçoivent leur premier résultat négatif au test de dépistage, ils peuvent passer à la période d’isolement modifié, ajoute le gouvernement dans son communiqué.

Les travailleurs spécialisés pourront seulement entrer dans la province pour effectuer des travaux sur des infrastructures essentielles.

Une infirmière et le Dr Strang sont assis à une petite table.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, a reçu un vaccin contre la COVID-19, le 20 avril 2021 à Halifax.

Photo : Len Wagg / Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

Quant aux funérailles, les déplacements en provenance de l’extérieur des provinces de l'Atlantique ne seront pas autorisés pendant une période de quatre semaines. Ils ne seront approuvés que dans des circonstances exceptionnelles pour rendre visite à une personne en fin de vie.

Toute personne en isolement en Nouvelle-Écosse après un voyage au Canada devrait subir un test de dépistage au début et à la fin de sa période d’isolement. Toute personne qui n’est pas tenue de s’isoler devrait subir un test de dépistage trois fois pendant ses 14 premiers jours en Nouvelle-Écosse.

Neuf nouveaux cas dépistés

Les autorités annoncent aussi mardi le dépistage de la COVID-19 chez neuf personnes de plus.

Six d’entre elles se trouvent dans le secteur du centre, dont cinq qui ont des contacts étroits avec des cas déjà annoncés. L’origine de la contagion de la sixième personne fait l’objet d’une enquête.

Deux autres nouveaux malades dans le secteur de l’ouest et le neuvième dans le secteur de l’est ont récemment voyagé à l’extérieur des provinces de l’Atlantique.

Toutes ces personnes se sont isolées conformément aux règles, selon le ministère de la Santé et du Mieux-être.

Par ailleurs, deux cas de COVID-19 ont été liés à deux écoles de Dartmouth , soit l'école élémentaire South Academy et l'école secondaire Auburn Drive.

Ces écoles seront fermées jusqu'au lundi 26 avril afin de permettre un nettoyage en profondeur et le traçage des contacts.

Le nombre total de personnes atteintes de la COVID-19 et connues des autorités médicales est maintenant de 68. Deux d'entre elles reposent à l’hôpital.

Quant aux vaccins contre la COVID-19, 216 018 doses ont été administrées à la population jusqu’à présent. Jusqu’à 32 877 personnes ont reçu les deux doses recommandées.

Le premier ministre Rankin indique que son gouvernement n'enverra pas ses vaccins en Ontario, mais qu'il évalue toujours d'autres moyens d'aider cette province durement touchée par la pandémie. L'Ontario annonce mardi 3469 nouveaux cas et 22 morts de plus.

65 cas de variants confirmés

Les autorités néo-écossaises annoncent avoir eu la confirmation que deux cas déjà annoncés sont causés par le variant britannique du coronavirus, qui est plus contagieux que l'original.

La Nouvelle-Écosse compte maintenant 65 cas du variant britannique, 12 du variant sud-africain et un du variant brésilien.

Lundi, la province a annoncé la découvert de 15 nouveaux cas de COVID-19, un sommet depuis le mois de décembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !