•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une voie piétonne de l’Université de Montréal s’appellera finalement Camille-Laurin

Voie piétonne du campus MIL de l’Université de Montréal.

La nouvelle voie piétonne du campus MIL de l’Université de Montréal.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La nouvelle voie piétonne du campus MIL de l’Université de Montréal, à Outremont, portera finalement le nom de Camille-Laurin, le père de la Charte de la langue française, communément appelée loi 101, adoptée en 1977.

Après moult hésitations, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a fait savoir mardi matin qu’elle se rangeait aux arguments de la Société d’histoire d’Outremont.

Nous allons de l’avant avec la désignation de la voie piétonne Camille-Laurin au campus MIL, a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

En entrevue à Tout un matin, la mairesse Plante explique qu’après avoir discuté avec le comité de toponymie et la Société d’histoire d’Outremont, on est arrivés à une entente.

Malgré le principe toponymique voulant éviter les doubles désignations, on évite la confusion dans ce cas-ci puisque la voie ne comporte pas d'adresse, ajoute-t-elle pour justifier ce revirement.

Plante s'explique

L’affaire prenait une ampleur complètement démesurée, ajoute Mme Plante, précisant que ni elle ni son administration n’avaient l’intention de bloquer le projet.

Elle se défend en disant que, depuis le début, elle ne fait que se fier aux avis du comité de toponymie à ce sujet et regrette un procès d’intention.

Je suis blessée qu’on me fasse un procès d’intention comme ça.

Une citation de :Valérie Plante, mairesse de Montréal

Elle vise notamment des chroniqueurs qui lui auraient prêté ces intentions sans avoir pris la peine de vérifier auprès de son administration.

J’ai communiqué avec la famille Laurin hier, parce que je trouve difficile qu’eux pensent que la Ville ne veut pas honorer le Dr Laurin.

Selon certains médias, la Ville avait refusé le projet parce qu’il ne permettait pas d’intégrer plus de femmes et plus de représentants de minorités culturelles et ethniques, ce qui a suscité des critiques, dont celle du Parti québécois, à l’endroit de la mairesse.

Camille Laurin

Camille Laurin arrive à l'Assemblée nationale le 27 avril 1977 pour présenter la loi 101.

Photo : La Presse canadienne / Louise Bidault

Camille Laurin, qui a fait adopter la Charte de la langue française en 1977, a résidé à Outremont et a été directeur du Département de psychiatrie de l'Université de Montréal.

Il a également été ministre du gouvernement de René Lévesque de 1976 à 1984 et réélu député en 1994 avec le gouvernement Parizeau, avant de quitter la politique en 1998. Il est mort le 11 mars 1999.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !