•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réactions mitigées au Manitoba à la suite du dévoilement du budget fédéral

Le ministre des Finances du Manitoba, Scott Fielding, parle devant un micro.

Le ministre des Finances du Manitoba, Scott Fielding, dit que le gouvernement manitobain est déçu des transferts en santé et de l'absence d'un plan de réduction du déficit, mais qu'il appuie les mesures pour les services de garde.

Photo : La Presse canadienne / Mikaela MacKenzie

Radio-Canada

Le gouvernement manitobain aurait souhaité que davantage d’argent pour les soins de santé soit prévu au budget fédéral 2021.

La ministre fédérale des Finances, Chrystia Freeland, a déposé lundi le budget fédéral 2021. Une somme de 43,1 milliards de dollars est consacrée aux systèmes de santé des provinces et des territoires par l’entremise du Transfert canadien en matière de santé.

De cette somme, le Manitoba recevra 1,56 milliard de dollars, selon le site du gouvernement canadien.

Nous sommes un peu déçus des transferts en santé, a dit le ministre des Finances du Manitoba, Scott Fielding, en ajoutant qu’il s’agissait de la priorité de la province en ce qui a trait au budget fédéral.

Selon le ministre, avec plus d'argent du fédéral, il pourrait investir pour réduire les temps d’attente, notamment pour des interventions urgentes, des services de diagnostics et d'autres types de soins qui ont été retardés en raison de la pandémie.

Le gouvernement Pallister aurait aussi aimé voir de quelle façon le fédéral compte s’y prendre pour se sortir d'un déficit qui prend des proportions considérables, a indiqué Scott Fielding.

Le déficit du Canada s’élevait à environ 354,2 milliards de dollars pour la dernière année fiscale. Il devrait se chiffrer à 154,7 milliards de dollars cette année, avant de baisser graduellement, pour atteindre 30,7 milliards en 2025-2026, selon le budget.

Stefan Dodds, professeur associé en économie à l’Université de Winnipeg, affirme qu’il est difficile d'imaginer une somme d'une telle ampleur. Cependant, si le gouvernement n’avait pas investi dans des programmes comme la sécurité du revenu, l’économie serait très différente, explique-t-il.

Nous ne serions pas en train de parler d’une relance, estime-t-il. Il y aurait plus de chômage, plus de pauvreté.

Le gouvernement manitobain accueille favorablement certains éléments du budget, comme l’augmentation des congés de maladie des travailleurs.

Le budget prévoit 3 milliards de dollars sur cinq ans, à partir de cette année, et près de 967 millions de dollars par année par la suite, pour prolonger les prestations de maladie de l’assurance-emploi, qui passeront de 15 semaines à 26 semaines.

Cette mesure entrera en vigueur à l’été 2022, selon le budget.

Oui aux services de garde d’enfants

Le gouvernement Pallister appuie l’investissement majeur du fédéral pour un système de garde d’enfants, dont le but est de rendre ces services plus accessibles et de favoriser la participation des femmes au marché du travail.

Ottawa vise à réduire de moitié les frais de garde pour les jeunes enfants dans toutes les provinces, sauf le Québec, à partir de la fin de 2022. Le gouvernement fédéral souhaite également que toutes les places en garderie coûtent 10 $ par jour en 2025-2026.

Le budget fédéral prévoit 30 milliards sur cinq ans, puis 8,3 milliards de dollars par année par la suite, pour mettre en place et faire fonctionner ce système.

Le Manitoba s’attend à recevoir une hausse de 180 millions de dollars, mais Ottawa déterminera les modalités exactes, précise Scott Fielding.

De l’aide pour les aînés

La pandémie ayant fait ressortir des problèmes systémiques dans les foyers de soins partout au Canada, y compris au Manitoba, le budget fédéral accordera 3 milliards sur cinq ans, à partir de 2022-2023, à Santé Canada « afin d’aider les provinces et les territoires à faire appliquer les normes relatives aux soins de longue durée et d’apporter des changements permanents », indique le budget.

Ce travail garantira que les aînés et les personnes qui reçoivent ces soins vivent dans des conditions sécuritaires et dans la dignité, peut-on lire dans le budget.

Lawrence Lewcey, dont la mère fait partie des 56 résidents du foyer de soins pour aînés Maples morts l’automne dernier en raison d’une éclosion de COVID-19, accueille assez favorablement cette nouvelle.

Toutefois, il aimerait que soit détaillée la façon dont les 3 milliards seront dépensés. Il voudrait aussi savoir comment Ottawa prévoit d'encadrer ces dépenses.

Lawrence Lewsey et une autre personne tenant une photo.

Lawrence Lewsey devant le foyer de soins Maples, où sa mère est morte de la COVID-19 trois jours avant son centième anniversaire.

Photo : CBC / Walther Bernal

Le gouvernement fédéral propose également d’augmenter à partir de 2022 le montant accordé aux bénéficiaires de plus de 75 ans de la pension de la Sécurité de la vieillesse.

En août 2021, Ottawa leur enverra un versement unique et imposable de 500 $. Ottawa augmentera par la suite leurs versements réguliers de 10 % à compter de juillet 2022.

M. Lewcey a 65 ans. Il croit que 500 $ ne représentent pas une grosse somme pour les personnes âgées et qu'il faudrait accorder plus d’argent à tous les aînés. Je comprends que le gouvernement veuille aider les personnes âgées lorsque leurs revenus diminuent beaucoup, mais les aînés plus jeunes ont aussi besoin d’aide, affirme-t-il.

Salaire horaire minimum à 15 $

Le gouvernement fédéral a l’intention de fixer le salaire minimal à 15 $ l’heure, en partie parce que la pandémie a révélé que la plupart des travailleurs essentiels gagnaient le salaire minimum, indique le budget.

Ottawa prévoit de déposer un projet de loi qui établira le salaire minimum, lequel sera amené à se bonifier avec l’inflation. Des dispositions garantiront que, dans l’éventualité où une province ou un territoire aurait un salaire minimum plus élevé, ce salaire plus élevé prévaudra, précise le budget.

Cela va permettre d’aider les gens pendant cette période difficile, c’est un soulagement, affirme Millie Acuna, gestionnaire de l’organisme SEED, qui aide les personnes à faible revenu à économiser.

Le budget ne spécifie pas à quel moment le salaire horaire minimum à 15 $ entrera en vigueur.

De l’argent pour les Autochtones

Le budget fédéral prévoit 18 milliards de dollars sur cinq ans afin d’améliorer la qualité de vie et de créer de nouvelles possibilités pour les habitants des communautés autochtones.

Cette somme devrait servir notamment à améliorer les soins de santé, à assurer l’accès à l’eau potable ou encore à poser des gestes concrets pour mettre fin à la tragédie nationale des femmes et des filles autochtones disparues ou assassinées, précise-t-on.

Je suis toujours heureux de voir des ressources dirigées vers les Premières Nations, affirme pour sa part Arlen Dumas, grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba.

Arlen Dumas.

Le grand chef Arlen Dumas croit qu'une meilleure collaboration entre les leaders autochtones et le gouvernement fédéral donnerait lieu à des changements systémiques plus importants.

Photo : CBC / Jeff Stapleton

Cela dit, Arlen Dumas ne croit pas que 18 milliards de dollars suffisent pour régler les problèmes auxquels font face les Autochtones. Il craint surtout qu’une telle annonce mène au maintien du statu quo. Il appelle à un engagement direct du gouvernement fédéral.

En guise d’exemple de collaboration, Arlen Dumas fait remarquer que les leaders des Premières Nations ont travaillé avec le gouvernement fédéral durant la pandémie et que cette approche a été un succès dans la lutte contre la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !