•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une « tempête de neige » fonce sur le Québec

Une tempête de neige.

Une tempête avait également balayé Québec à la mi-avril 2019.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Les autorités recevront un coup de main non négligeable mercredi soir pour faire respecter le couvre-feu, alors que les Québécois sont doublement invités à rester à la maison. Une tempête printanière apportera plusieurs centimètres de neige et engendrera des conditions hivernales sur les routes.

Et même si elles sont fermées, les frontières ne pourront contenir cette importante dépression qui remonte la Nouvelle-Angleterre. L'indésirable tempête fera son entrée sur le territoire québécois dans la nuit de mardi à mercredi et atteindra son apogée juste à temps pour le couvre-feu, mercredi soir, dans les régions les plus populeuses du Québec.

Une quinzaine de centimètres de neige sont attendus sur plusieurs secteurs, peut-être même plus en terrains montagneux. Selon les modèles actuels, les régions les plus touchées seront l'Estrie, la Beauce et le Bas-Saint-Laurent.

L'accumulation au sol ne sera toutefois pas un indicateur de la quantité de neige qui affligera les Québécois. Le sol plus chaud qu'en hiver fera fondre une partie de la neige, particulièrement dans les secteurs plus au sud comme la région métropolitaine de Montréal. Inutile donc de ressortir vos pelles!

Ce sont des accumulations significatives, mais c'est certain qu'à ce stade-ci de l'année, le sol est chaud, donc il peut certainement faire fondre une partie des premiers centimètres de neige qui tomberont, précise André Cantin, météorologue à Environnement et Changement climatique Canada.

Mais l'Estrie, la Beauce, de Montmagny jusqu'à Rimouski, tous ces secteurs-là pourraient recevoir entre 15 et 20 centimètres de neige.

Une citation de :André Cantin, météorologue à Environnement et Changement climatique Canada
Une grosse pelle mécanique déneige une rue au Bas-Saint-Laurent.

Une grosse pelle mécanique déneige une rue au Bas-Saint-Laurent le 20 avril 2020.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Prudence sur les routes

Les secteurs les plus populeux de la province seront par contre un peu moins touchés. Les automobilistes sont néanmoins invités à faire preuve de prudence, car ils pourraient se frotter à des conditions routières hivernales avec leurs pneus d'été.

Montréal et Trois-Rivières, par exemple, recevront entre 5 et 10 cm de neige, Québec et le Saguenay-Lac-Saint-Jean, entre 10 et 15 cm. La Haute-Côte-Nord, principalement le secteur de Baie-Comeau, pourrait quant à elle recevoir jusqu'à 25 cm de neige.

Plus la dépression va se déplacer vers l'est, plus les précipitations vont toutefois se transformer en pluie. La Gaspésie devrait particulièrement y goûter, avec 30 à 50 mm, soit de la Baie-des-Chaleurs jusqu'à Gaspé, en passant par Murdochville.

Ce serait une bonne tempête hivernale si on était en janvier ou en février, commente André Cantin. Il va y avoir des vents relativement forts. Des rafales jusqu'à 70 km/h dans le secteur du Bas-Saint-Laurent et peut-être même à Québec. Mais comme ce sera de la neige collante, il n'y aura pas de poudrerie associée à ça.

Un gros plan d'une rue enneigée à Rimouski.

Lendemain de tempête à la mi-avril, à Rimouski

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Remontons à la fin de la guerre

Malgré l'ampleur du phénomène météorologique attendu, de vieux records qui remontent aussi loin qu'à la fin de la guerre devraient tenir encore.

Alors qu'Hitler était poussé dans ses derniers retranchements, les Québécois étaient invités à rester à la maison pour célébrer la fin imminente de l'Allemagne nazie, du moins c'était la situation le 21 avril 1945. Ce jour-là, les Beaucerons avaient reçu 30,5 cm de neige, un record pour cette région.

Plus près de nous dans l'échelle du temps, une accumulation de 32 cm a aussi été recensée à l'aéroport de Bagotville, au Saguenay, lors d'une tempête survenue à la fin avril 2012.

On voit que c'est rarissime, mais pas exceptionnel à ce temps-ci de l'année. Certains secteurs, ça pourrait tout de même avoisiner des valeurs records.

Une citation de :André Cantin, météorologue à Environnement et Changement climatique Canada

Autres accumulations tardives

Les accumulations de neige (minimum 10 cm) les plus tardives dans les villes principales de la vallée du Saint-Laurent se situent généralement entre les 3 et 5 mai, selon les données d'Environnement et Changement climatique Canada.

Rien au radar n'indique toutefois que ce sera le cas cette année. Au contraire, le beau temps sera de retour à temps pour le week-end prochain, selon les prévisions actuelles.

Avec la collaboration de David Rémillard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !