•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vaccin AstraZeneca est disponible aux 45-79 ans en Outaouais

Une femme tient une seringue près du bras d'une aînée.

Plus de 100 000 doses ont été administrées en Outaouais (archives).

Photo : Radio-Canada / David Richard

Radio-Canada

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais offre mercredi le vaccin d’AstraZeneca aux personnes de 45 à 79 ans dans ses différents sites de vaccination de la région.

Les personnes résidents de l'Outaouais qui souhaitent recevoir le vaccin AstraZeneca pourront le faire en prenant rendez-vous sur internet (Nouvelle fenêtre) ou sans rendez-vous, de 8 h à 19 h, au Palais des congrès. Il est aussi possible de composer le 1 877 644-4545.

Mercredi matin, plusieurs personnes se sont présentées tôt pour la clinique sans rendez-vous.

J’attendais de prendre mon rendez-vous en ligne, et quand j’ai su qu’il y avait l'option sans rendez-vous, j’ai sauté dessus, soutient André Raduly, 50 ans.

Ma femme a une garderie en milieu familial, tous les parents qui entrent, on ne sait pas où ils ont été, qui ils ont rencontré et ils n’ont pas été vaccinés encore, alors moi aussi, je suis à risque de l’attraper, ajoute-t-il. 

Une dizaine de personnes forment une file près d'une affiche sur laquelle il est écrit : « vaccination sans rendez-vous ».

Des résidents se sont présentés vers 6h du matin mercredi pour recevoir le vaccin AstraZenaca disponible avec ou sans rendez-vous.

Photo : Radio-Canada / Stéphane Leclerc

Je n’avais pas un horaire trop chargé ce matin, je me suis dit plus vite que j’y vais, plus vite que les [gens âgé de trente ans] vont pouvoir y aller, dit Martin Plouffe en file d'attente au Palais des congrès.

Je n’ai pas d’hésitation avec le vaccin, je le fais pour la collectivité, pour atteindre le taux de vaccination qu’ils cherchent et pour que l‘économie puisse repartir, renchérit M. Plouffe.

Non, [je n'ai pas hésité], on est là, on est confiant. Au début, c’est inquiétant, mais on se dit on va l’essayer, il faut être confiant. Pourquoi attendre si on peut le faire maintenant, dit Sonia Bravo.

Le Québec a rejoint plusieurs provinces du Canada qui ont décidé d’offrir le vaccin AstraZeneca aux plus jeunes.

Si l'Ontario et l'Alberta ont décidé de le proposer aux 40 ans et plus, au Québec, à compter de mercredi, ce vaccin est disponible aux personnes de 45 à 79 ans, a confirmé le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en point de presse mardi.

Contrairement aux semaines précédentes, ici, ce qui est important, c'est l'âge et non l'année de naissance. Il faut avoir 45 ans de fait pour se qualifier, a précisé M. Dubé.

Le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, a indiqué que l'âge de 45 ans a été fixé par le Comité d’immunisation du Québec (CIQ).

La raison pour laquelle ça peut changer d'un territoire à l'autre, c'est en raison de l'incidence de la maladie et de la situation épidémiologique, a expliqué le Dr Arruda.

100 000 doses de vaccin déjà administrées

Jusqu'ici plus de 100 000 doses de vaccin ont été administrées en Outaouais. Même si des plages horaires demeurent disponibles dans la région, la directrice de campagne de vaccination en Outaouais, Nency Héroux a qualifié de bonne la couverture vaccinale.

On est très content d’avoir franchi le cap des 100 000, il y a quelque chose de symbolique à ces chiffres-là […], mais il nous reste aussi passablement de gens à vacciner aussi.

Une citation de :Nency Héroux, directrice de la campagne de vaccination en Outaouais

Chez les 70 ans et plus, elle serait de 90 %, et chez les 60 à 69 ans, de 73 %. Dans la tranche d’âge des 55 à 59 ans, la couverture vaccinale est de 38 % pour le moment.

Avec les réservations qui sont déjà dans la machine, on ne peut pas dire que les gens ne viennent pas se faire vacciner, mais effectivement, on a une capacité d’en prendre davantage, a réitéré Mme Héroux.

L'AstraZeneca moins populaire en Outaouais

L’engouement était de la partie dans les premières journées suivant le début de la vaccination sans rendez-vous pour les citoyens de 55 ans et plus. Mais plus d’une semaine après, la directrice de la campagne de vaccination en Outaouais admet que cet engouement s’est « passablement essoufflé ».

En entrevue mardi à l’émission Les matins d’ici, Nency Héroux a expliqué que la population admissible continue de venir se faire vacciner contre la COVID-19, mais on pourrait en prendre davantage.

La vaccination sans rendez-vous est offerte au Palais des congrès de Gatineau. On en a tous les jours, mais ce n’est pas de haut volume. On est en bas d’une centaine de personnes par jour, a-t-elle indiqué.

Mme Héroux a invité les personnes admissibles à la vaccination à prendre leur rendez-vous, étant donné que la campagne est élargie aux personnes du groupe 9.

On parle beaucoup des enseignants, pompiers et policiers. Il y a quand même une bonne proportion de gens qui sont appelés à se faire vacciner, a-t-elle souligné. Si vous n’avez pas pris votre rendez-vous et que vous êtes dans un groupe prioritaire, ce serait le temps de le prendre maintenant.

Les premiers groupes prioritaires reçoivent leur deuxième dose

Depuis la semaine dernière, des résidents de CHSLD de la région ont commencé à recevoir leur deuxième dose de vaccin.

L’opération se poursuivra au cours des prochaines semaines pour les premiers groupes prioritaires ayant été vaccinés au début de la campagne de vaccination.

Le ministre Dubé a assuré que d'ici le 8 mai, au plus tard, tous les résidents de CHSLD auront reçu leur deuxième dose.

Et quand on aura terminé, on pourra passer dans les autres résidences, a-t-il indiqué.

Ainsi, les deuxièmes doses seront administrées en mai dans certains établissements de l'Outaouais où la vaccination avait débuté plus tard. Il y avait beaucoup d’éclosions et tout, donc […] on avait vacciné un petit peu plus tard […] donc la deuxième dose sera effectivement un petit peu plus tard, a expliqué Mme Héroux.

À la fin mai, cet exercice-là de deuxièmes doses de ces premiers groupes prioritaires que nous avions faits cet hiver sera terminé, a conclu la directrice de la campagne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !