•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Legault offrira le vaccin AstraZeneca aux 45 ans et plus dès mercredi

Horacio Arruda, François Legault et Christian Dubé.

Le gouvernement du Québec a indiqué que 200 000 doses du vaccin d'AstraZeneca étaient toujours disponibles, pour 800 000 adultes admissibles.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le Québec s'ajoute aux provinces qui ont déjà abaissé l'âge minimal pour recevoir une dose du vaccin AstraZeneca. Les adultes québécois de 45 ans et plus deviendront ainsi admissibles dès mercredi matin.

L'annonce a été faite à 13 h, au moment de dévoiler les recommandations du Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ). La santé publique élargit ainsi l'accès à ce vaccin pour lutter plus efficacement contre la COVID-19.

Si vous avez 45 ans et plus, dépêchez-vous, demain matin, d'aller vous enregistrer, a lancé M. Legault avant d'ajouter que le vaccin d'AstraZeneca est très sécuritaire.

Dès mardi en fin d'après-midi des doses étaient disponibles, sans rendez-vous, au Palais des congrès de Montréal et au Stade olympique.

Pourquoi 45 ans et non pas 40 ans comme en Ontario et dans l'Ouest canadien? Selon le directeur national de santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, cela s'explique par les différences interprovinciales en termes d'incidence de la maladie (la prévalence de la COVID-19 au Québec comparativement aux autres provinces), et par les données épidémiologiques recueillies au Québec.

Pas besoin de faire de différences entre les sexes au-delà de 45 ans, a encore mentionné le Dr Arruda, même si les femmes sont plus à risque de complications en recevant le vaccin AstraZeneca.

L'offre et la demande

La santé publique, par la voix du ministre de la Santé, Christian Dubé, a toutefois souligné qu'il existait deux bémols.

D'abord, les personnes qui ont déjà 45 ans sont admissibles pour être vaccinées, mais pas celles qui franchiront ce seuil plus tard cette année.

Ensuite, M. Dubé a précisé qu'en offrant une première dose à deux nouveaux groupes d'âge, c'est-à-dire les 45 à 50 ans, ainsi que les 50 à 55 ans, ce sont 600 000 personnes de plus qui peuvent maintenant obtenir le vaccin d'AstraZeneca.

En ajoutant à cela les 200 000 personnes âgées de 55 ans et plus, qui ne se sont toujours pas prévalues de ce droit, on parvient à un total 800 000 adultes québécois admissibles.

Or, a annoncé le ministre Dubé, il ne reste que 200 000 doses du vaccin d'AstraZeneca dans les entrepôts du gouvernement.

Levez-vous de bonne heure, ça va être pas mal actif sur les sites de rendez-vous.

Une citation de :Christian Dubé, ministre de la Santé du Québec

La prise de rendez-vous pourra se faire dès 8 heures sur le portail Clic Santé. M. Dubé a aussi confirmé que des plages de vaccination sans rendez-vous seront encore offertes, mais qu'en raison d'une demande potentiellement très largement supérieure à l'offre, il est possible que des files d'attente se forment.

Le ministre doit par ailleurs présenter, jeudi, la marche à suivre pour la vaccination des personnes handicapées et de leurs proches aidants.

Enfin, la santé publique assure garder le cap pour l'octroi des deuxièmes doses aux personnes âgées, notamment celles vivant en CHSLD ou en résidence. Québec s'en tient ainsi toujours à sa date butoir du 8 mai pour compléter la vaccination des aînés vivant en CHSLD.

L'urgence sanitaire prolongée dans trois régions

En vigueur depuis le début du mois d'avril, les mesures d'urgence sanitaire sont prolongées encore une fois dans trois régions, soit la Capitale-Nationale, l'Outaouais et Chaudière-Appalaches, et ce, jusqu'au lundi 3 mai.

Dans ces trois régions, les écoles primaires et secondaires demeurent fermées, de même que tous les commerces considérés non essentiels. Le couvre-feu y est maintenu entre 20 h et 5 h le lendemain matin.

Des voitures font la file en raison d'un barrage policier sur le pont du Portage.

Des barrages entre Gatineau et Ottawa sont entrés en vigueur cette semaine.

Photo : Radio-Canada / Patrick Louiseize

Dans certaines régions du Québec, on approche de la capacité maximale du réseau hospitalier. Des patients COVID-19 de la Beauce ont dû être transférés à Lévis. En Outaouais, la situation est tout aussi fragile. Des transferts de patients ont été effectués vers un hôpital des Laurentides.

Recommandations fédérales à venir

Cette conférence de presse a eu lieu alors qu'une autre instance en matière de vaccination, le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI), devait présenter de nouvelles données portant elles aussi sur le vaccin d'AstraZeneca.

Ce point de presse a finalement été reporté à plus tard cette semaine.

Selon des documents obtenus par la CBC, le CCNI recommanderait d'abaisser l'âge minimal pour obtenir le vaccin en fonction de certaines conditions spécifiques.

Trois fioles du vaccin d'AstraZeneca

Le vaccin d'AstraZeneca, qui a reçu une mauvaise presse abondante malgré une infime quantité de complications sévères, suscite moins d'enthousiasme que les vaccins développés par Pfizer et Moderna.

Photo : AFP via GETTY / AMIR MAKAR

Ainsi, les adultes de 50 ans et plus se trouvant dans des zones où le taux d'infection est élevé pourraient se faire vacciner. Dans les zones où le taux d'infection est très élevé, cet âge serait abaissé à 40 ans.

Le CCNI ne proposerait toutefois pas d'offrir le vaccin d'AstraZeneca aux moins de 55 ans dans des régions où les taux d'infection sont modérés, bas ou très bas.

Plusieurs provinces ont déjà tranché

En abaissant l'âge minimal d'admissibilité pour le vaccin d'AstraZeneca, le Québec rattrape en quelque sorte les gestes précédemment posés dans une bonne partie du pays. Plusieurs provinces, y compris la plus peuplée, ont élargi leurs critères d'admissibilité pour le vaccin au cours des derniers jours.

En Ontario, le gouvernement de Doug Ford, aux prises avec une forte croissance du nombre d'infections, a annoncé un abaissement à 40 ans de l'âge minimal pour obtenir une dose du vaccin AstraZeneca. Cette décision est d'ailleurs entrée en vigueur mardi.

Alors que nous continuons à lutter contre la COVID-19, nous faisons tout ce qui est possible pour administrer le plus grand nombre de vaccins aussi rapidement et sécuritairement que possible

Une citation de :Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario

En Alberta, où le taux de cas de COVID-19 pour 100 000 habitants est le plus élevé au pays, le premier ministre Jason Kenney a rapidement emboîté le pas à son homologue Doug Ford.

La Colombie-Britannique et le Manitoba offrent aussi le vaccin AstraZeneca aux 40 ans et plus. La Saskatchewan pourrait également rejoindre ce club de moins en moins sélect.

Recommandations vaccinales selon les provinces

  • Colombie-Britannique : le vaccin est maintenant offert aux 40 ans et plus dans les pharmacies, ainsi que dans des cliniques spéciales installées dans des zones fortement touchées par la COVID-19.
  • Alberta : offert aux 40 ans et plus (et à ceux qui auront 40 ans cette année).
  • Saskatchewan : réservé aux 55 ans et plus. La province évalue la possibilité d'abaisser l'âge minimal à 40 ans.
  • Manitoba : offert aux 40 ans et plus.
  • Ontario : offert aux 40 ans et plus (et à ceux qui auront 40 ans cette année).
  • Québec : offert aux 45 ans et plus.
  • Nouveau-Brunswick : réservé aux 55 ans et plus.
  • Nouvelle-Écosse : le vaccin n'est recommandé que pour les 55 à 64 ans.
  • Île-du-Prince-Édouard : réservé aux 55 ans et plus.

Les trois territoires canadiens ne recevront aucune dose du vaccin d'AstraZeneca, mais uniquement des doses du vaccin de Moderna.

Santé Canada, pour sa part, a approuvé ce vaccin pour les 18 ans et plus, tout en rappelant qu'il existe bel et bien un risque « rare » de caillots sanguins avec un faible taux de plaquettes.

Trois cas ont d'ailleurs été rapportés, notamment au Québec et en Alberta et aujourd'hui au Nouveau-Brunswick. Selon le ministre québécois de la Santé, Christian Dubé, les risques de thrombose sont d'un cas sur 100 000 doses administrées.

Avec les informations de CBC

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !