•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les entreprises qui ont 5 cas ou plus forcées de fermer à Toronto

Un employé portant un masque de protection tire un chariot dans un entrepôt.

La santé publique à Toronto et dans la région de Peel ordonnera la fermeture des entreprises qui ont cinq cas ou plus de COVID-19.

Photo : Reuters / BRENDAN MCDERMID

Radio-Canada

Le bureau de santé publique de Toronto emboîte le pas à celui de Peel et ordonnera la fermeture pendant 10 jours de toute entreprise ayant cinq employés infectés ou plus, car il juge le plan du gouvernement Ford insuffisant.

La santé publique de Toronto affirme dans un communiqué qu'il s'agit d'un outil nécessaire pour interrompre la chaîne de transmission dans les lieux de travail à Toronto où la COVID-19 est déterminée à se répandre.

Le médecin hygiéniste de la région de Peel, le Dr Lawrence Loh, ajoute que la directive est nécessaire face à la propagation plus rapide et élargie des variants.

Cette directive dépasse les restrictions du plan contre la pandémie du gouvernement provincial, qui est vivement critiqué. L'opposition libérale réclame même la démission du premier ministre Doug Ford.

Selon la nouvelle consigne qui doit entrer en vigueur vendredi à Toronto et dans la région de Peel, toute entreprise ayant eu cinq infections ou plus au cours des 14 jours précédents devra rester fermée pendant 10 jours, à moins que la source de l'infection soit à l'extérieur du milieu de travail.

Tous les employés de l'entreprise touchée devront s'isoler à la maison pendant cette période et ne pourront travailler pour un autre employeur.

Les lieux de travail jugés essentiels comme les hôpitaux, les garderies, les pharmacies et les épiceries seront exemptés.

Cette directive vise à freiner les éclosions en milieu de travail et la propagation plus rapide de la COVID-19 liée aux variants préoccupants.

Une citation de :John Tory, maire de Toronto

La santé publique de Toronto appelle les entreprises qui demeurent ouvertes à renforcer leurs protocoles de prévention des infections, en s'assurant par exemple que chaque employé évalue quotidiennement ses symptômes et en faisant travailler tous leurs employés de la maison, à moins qu'ils doivent absolument être sur les lieux de travail.

[Dans la région de Peel], on a beaucoup de travailleurs essentiels, d'entreprises manufacturières et d'entrepôts toujours ouverts où l'on voit de plus grosses éclosions, d'où cette nouvelle directive.

Une citation de :Dr Lawrence Loh, hygiéniste en chef de la région de Peel

En date de la semaine dernière, la région de Peel avait plus de 400 éclosions confirmées de COVID-19 dans des environnements de travail, dont environ 37 % dans les secteurs industriel et manufacturier, et 23 % dans les commerces et bureaux administratifs.

Le Dr Loh évoque les pouvoirs accordés aux médecins hygiénistes locaux en vertu de la Loi provinciale sur la protection et la promotion de la santé pour mettre en place une procédure de fermeture accélérée des entreprises.

En mars dernier, il avait ordonné la fermeture pendant deux semaines d'un entrepôt du géant Amazon à Brampton à la suite d'une éclosion de COVID-19.

Réactions partagées

Le Dr Isaac Bogoch, spécialiste des maladies infectieuses et membre du groupe d'experts de l'Ontario sur la vaccination, affirme sur Twitter que l'initiative de Peel, aussi adoptée à Toronto, va vraiment aider.

Ça peut limiter la propagation dans les lieux de travail et inciter les employeurs à prendre des mesures pour éviter les éclosions et la fermeture de leur entreprise.

Une citation de :Dr Isaac Bogoch, clinicien et chercheur à l'Institut de recherche de l'Hôpital général de Toronto

Pour sa part, l'Alliance des manufacturiers et des exportateurs du Canada (AMEC) dit être « profondément préoccupée » par la directive de la santé publique locale et demande au gouvernement provincial d'intervenir.

Le secteur manufacturier canadien est interrelié. En mettant de l'avant une telle directive sans une approche coordonnée plus large, la région de Peel met en péril l'intégrité de notre chaîne d'approvisionnement.

Une citation de :Dennis Darby, président d'AMEC

La chef de l'opposition officielle à l'Assemblée législative, la néo-démocrate Andrea Horwath, félicite le Dr Loh et son homologue torontoise, la Dre Eileen de Villa, d'avoir le courage d'agir pour protéger les travailleurs de Peel et Toronto.

Les travailleurs seront-ils payés?

Mme Horwath et le Dr Loh notent que bien des travailleurs en Ontario n'ont pas droit actuellement à des congés de maladie payés.

Nous demandons à tous les employeurs touchés par [la nouvelle procédure de] fermeture accélérée de rémunérer leurs employés [pendant la période d'isolement], dit-il.

Il est crucial que les compagnies fassent leur part, ajoute-t-il. La situation est très grave. Nos hôpitaux sont surchargés, nos unités de soins intensifs se remplissent et des patients meurent.

La Dre de Villa a elle aussi demandé un programme de congés de maladie payés par la province à plusieurs reprises par le passé.

Malgré les demandes de l'opposition à Queen's Park et de multiples experts, le premier ministre Ford a refusé de forcer les entreprises à offrir des congés de maladie payés à leurs employés. Il affirme que les travailleurs peuvent se prévaloir du programme d'aide fédéral, la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique.

Avec des renseignements partagés par CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !