•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ancien vice-président américain Walter F. Mondale est mort à 93 ans

Il prononce un discours.

L'ancien vice-président Walter Mondale lors d'une collecte de fonds pour les démocrates au Minnesota.

Photo : Getty Images / Tom Williams

La Presse canadienne

L'ancien vice-président américain Walter F. Mondale, une icône libérale qui avait subi une défaite cuisante lors de l'élection présidentielle de 1984, après avoir carrément dit aux électeurs de s'attendre à une augmentation des impôts s'il gagnait, est décédé lundi. Il avait 93 ans.

La mort de l'ancien sénateur, ambassadeur et procureur général du Minnesota a été annoncée par sa famille dans un communiqué. Aucune cause n'a été citée.

Walter Mondale a suivi la voie tracée par son mentor politique, Hubert H. Humphrey, de la politique du Minnesota au Sénat américain et à la vice-présidence, siégeant sous Jimmy Carter de 1977 à 1981.

Sa propre tentative pour la Maison-Blanche, en 1984, est venue au zénith de la popularité de Ronald Reagan.

La sélection par Walter F. Mondale de la représentante Geraldine Ferraro de New York comme colistière a fait de lui le premier candidat à la présidence d'un grand parti à mettre une femme sur le ticket, mais sa déclaration selon laquelle il augmenterait les impôts a aidé à définir la course, et provoqué sa défaite.

Le jour du scrutin, il n'a remporté que son État d'origine et le District de Columbia.

Le vote électoral était de 525-13 pour Ronald Reagan, soit le plus grand glissement de terrain à l'échelle du collège électoral depuis que Franklin Roosevelt avait vaincu Alf Landon en 1936.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !