•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucun expert n’a conseillé à Doug Ford d’interdire les sports à l’extérieur, selon son consultant principal

Des bâtons de baseball sur un terrain

Les terrains de baseball sont fermés. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui/CBC News

Radio-Canada

Les experts scientifiques de l'Ontario n'ont pas conseillé au premier ministre Doug Ford d'interdire l'utilisation des installations récréatives extérieures pour freiner la propagation du nouveau coronavirus, affirme le directeur de la table consultative scientifique de la province.

Non, bien sûr que non. C'est tout le contraire, a déclaré lundi à CBC News le Dr Peter Juni, qui dirige la table consultative scientifique de la COVID-19.

L'interdiction signifie que personne ne peut jouer au baseball, au soccer, au tennis, au basketball, au disque-golf et au pickleball à l'extérieur dans les installations, les terrains ou les courts désignés pour ces sports. Les restrictions, annoncées vendredi, sont entrées en vigueur samedi. 

Vendredi, Doug Ford avait aussi annoncé que les terrains de jeux allaient être fermés, mais a changé d’idée le lendemain.

Selon le gouvernement de l'Ontario, l'intention des restrictions sur les aménagements extérieurs est d'empêcher les grands rassemblements.

Le Dr Juni a déclaré que les données scientifiques indiquent clairement que les activités extérieures sont plus sûres que les activités intérieures pendant la pandémie.

Celui-ci affirme d’ailleurs que la province devrait offrir des jours de maladie payés et que ceux-ci sont nécessaires pour prévenir de nouvelles infections.

Les activités en plein air sont, probablement, environ 20 fois plus sûres que les activités à l’intérieur, a déclaré le Dr Juni. 

Le portrait d'un homme

Le Dr Peter Juni dirige la table consultative scientifique de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / CBC News

Le plus important maintenant est que nous nous attaquions à la cause profonde de cette pandémie et les terrains de jeux ne sont pas la cause profonde, vraiment pas. Ce que nous voyons maintenant, c'est une pandémie qui se concentre, malheureusement, sur les travailleurs essentiels et leurs familles, a-t-il ajouté.

Le Dr Juni insiste sur l’importance de permettre aux gens qui doivent se rendre au travail chaque jour d’avoir accès à des jours de congé de maladie payés afin qu’ils puissent éviter de se rendre au travail s’ils ont des symptômes de la COVID-19. 

Nous devons [offrir un système] simple et efficace pour permettre aux gens de rester chez eux s'ils sont malades ou ont été exposés. [Le système doit être] généreux, immédiat et garanti, a-t-il ajouté. 

Le Dr Juni a déclaré à l'émission As it Happens de CBC Radio lundi qu'il est passé bien près de démissionner vendredi en raison des décisions de Doug Ford. Il a décidé de rester en poste parce qu’il s’inquiète de voir les choses empirer s’il quitte.

M. Ford a spécifiquement interdit l’utilisation des terrains de baseball, de soccer, des terrains de disque-golf, de tennis, de tennis sur table, de pickleball et de basketball, aux parcs de BMX et aux parcs de planche à roulettes.

Nous devons cesser de laisser des considérations politiques guider [notre réponse à] cette pandémie. Cela ne fonctionne pas.

Une citation de :Le Dr Peter Juni

Dans une entrevue accordée à l'émission Metro Morning de CBC Radio, Kristi Herold, fondatrice et directrice générale de Sport and Social Group, a exhorté la province à lever l'interdiction des aménagements récréatifs extérieurs. Le club gère des ligues de sports récréatifs pour adultes dans tout l'Ontario.

Mme Herold croit que les résidents de l'Ontario devraient être autorisés à pratiquer des sports organisés à l’extérieur pour leur bien-être mental et physique. Elle a ajouté qu'il existe des moyens de le faire en toute sécurité avec des protocoles de santé publique en place.

Ce que j'aimerais, c'est que notre province écoute la table consultative scientifique de l'Ontario. Et les données scientifiques qu'ils nous communiquent indiquent que 99,9 % de la transmission se fait à l’intérieur, a-t-elle déclaré.

Je crois que nous devrions encourager les gens à sortir, à jouer et à être actifs en toute sécurité. Il existe des protocoles et des cadres que nous pouvons facilement mettre en place, qu'il s'agisse d'un match de football organisé, de softball, de volleyball de plage ou d'un entraînement. La science est de notre côté.

Selon Mme Herold, les habitants de l'Ontario, en particulier ceux qui se trouvent en situation de confinement, ont besoin du lien social et de l'exutoire physique que leur procure le sport.

Nous savons que le jeu est un élément essentiel de la vie pour tous les âges, jeunes et adultes, a-t-elle ajouté.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !