•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget fédéral : le système de garderies pancanadien d’Ottawa fait réagir en Alberta

Deux garçons jouant ensemble dans une garderie.

Le gouvernement de Justin Trudeau souhaite mettre sur pied un système de garderies abordables à travers le Canada. (archives)

Photo : iStock

Le système pancanadien de garderie à 10 $ par jour annoncé dans le budget fédéral et qu’Ottawa souhaite implémenter d’ici 2026 fait réagir le gouvernement albertain qui dit vouloir protéger les garderies privées de la province.

Avec son système pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants, Ottawa cherche à réduire de moitié les frais payés par les parents et permettre à davantage de femmes d’intégrer le marché du travail.

Nous nous entendons sur le fait que les services de garde d’enfants sont une partie importante de la reprise économique, a affirmé d’emblée la ministre albertaine des Services à l'enfance, Rebecca Schulz, en entrevue lundi.

Elle précise cependant que les services de garde sont une compétence provinciale et que l’Alberta souhaite protéger son système actuel, un système où la majorité des garderies sont gérées par des opérateurs privés.

Nous avons dit que tout financement doit permettre de donner des choix aux parents en termes de services de garde et permettre de conserver notre système mixte qui comprend des garderies sans but lucratif et des garderies privées, affirme Rebecca Schulz.

La ministre, qui cite un sondage Angus Reid, soutient que 65 % des Albertains préféreraient recevoir une aide financière directe pour les aider à couvrir les frais de la garde de leurs enfants.

L’Alberta va continuer à plaider pour qu’il y ait de la flexibilité. [...] Nous ne sommes pas intéressés par une approche universelle

Une citation de :Rebecca Schulz, ministre albertaine des Services à l'enfance

Une initiative bien accueillie

La directrice de la Fédération des parents francophones de l'Alberta (FPFA), Mireille Péloquin, accueille cette initiative avec enthousiasme.

Je ne m’attendais pas à ce que ça soit aussi important. On parle de réduire les frais de 50 %. En moyenne c’est ça que les garderies à 25 $ faisaient, a-t-elle déclaré à l’émission de radio La Croisée, lundi, en faisant référence au projet pilote des garderies à 25 $ par jour qui a récemment pris fin.

Selon le Centre canadien de politiques alternatives, en 2020, les parents qui vivent à Calgary payaient en moyenne 1250 $ par mois pour faire garder leurs enfants, contre 181 $ à Montréal. À Edmonton, ce montant s’élève à 950 $.

On ne sait pas comment ça va se dérouler, parce que c’est quand même sous la juridiction des provinces, mais quelle bonne nouvelle pour les femmes qui travaillent ou qui veulent retourner au travail ou aux études, ajoute-t-elle.

Le professeur en travail social de l’Université Mount Royal, Peter Choate, applaudit lui aussi l’initiative d’Ottawa. C’est un soulagement qui était attendu depuis longtemps et qui va certainement aider les femmes à participer davantage [dans l’économie], dit-il.

Les villes satisfaites

Le budget du gouvernement fédéral a été relativement bien accueilli par les maires d’Edmonton et de Calgary.

Du côté de la métropole albertaine, le maire Naheed Nenshi a salué l’investissement de 2,5 milliards de dollars et la réaffectation de 1,3 milliard de dollars en fonds existants pour accélérer la construction, la réparation ou le soutien de 35 000 logements abordables.

C’est beaucoup moins que ce que nous anticipons, mais c’est un vrai et un grand engagement, dit-il.

Il applaudit également le financement de 300 millions de dollars pour convertir des bureaux vacants du centre-ville en logements abordables ainsi qu’un investissement de 319 millions de dollars sur sept ans dans le développement des technologies de captage et de stockage de carbone.

Le captage du carbone est essentiel pour atteindre nos objectifs climatiques. [...] Ce budget fédéral soutient nos plans pour non seulement créer une ville à basse consommation énergétique, mais qui nous permet également d’exporter des combustibles propres à travers le pays et le monde, affirme quant à lui le maire d’Edmonton Don Iveson.

Ce dernier ajoute que les investissements d’Ottawa dans les biotechnologies pourraient permettre aux scientifiques albertains de devenir des leaders dans le domaine.

Naheed Nenshi dit cependant qu’Ottawa aurait pu en faire plus pour aider Calgary, qui a été très durement touchée par la pandémie ainsi que la chute des prix du pétrole dans les dernières années.

Il n’y a pas vraiment assez dans ce budget pour répondre aux besoins spécifiques de Calgary en ce moment, déplore-t-il.

Avec les informations d'Audrey Neveu et de Janet French

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !