•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget fédéral : des réactions généralement positives en Saskatchewan

Un scientifique en combinaison de protection au laboratoire VIDO-InterVac de Saskatoon

Le gouvernement du Canada offre un financement de 59,2 millions de dollars sur trois ans, dès 2021-2022, au laboratoire VIDO-InterVac de l'Université de la Saskatchewan, à Saskatoon. (archives)

Photo : VIDO-InterVac

Les réactions en Saskatchewan concernant le budget fédéral 2021, lundi, sont généralement positives, notamment en ce qui a trait au financement alloué au Centre international de recherche sur les vaccins et les maladies infectieuses (VIDO-InterVac) de l'Université de la Saskatchewan.

Le tout premier budget de la ministre des Finances, Chrystia Freeland, prévoit 2,2 milliards de dollars sur cinq ans pour renforcer la capacité du Canada à produire des vaccins et à faire face à d’autres pandémies. De ce montant, 59,2 millions de dollars sur trois ans, dès 2021-2022, seront alloués à VIDO-InterVac.

Cet argent servira au développement de vaccins candidats contre la COVID-19 ou d’autres maladies infectieuses et également à agrandir ses installations de recherche, incluant un Centre national de recherche sur les pandémies, pouvait-on lire sur le compte Twitter de l’Université de la Saskatchewan.

La directrice adjointe du développement des vaccins à VIDO-InterVac, Trina Racine, est ravie de ce financement, qui permettra aussi la construction d’une animalerie destinée à la recherche.

Cette annonce a également réjoui d'autres personnes en Saskatchewan, dont le maire de Saskatoon, Charlie Clark.

Sur son compte Twitter, il a indiqué que cette annonce de financement fédéral pour VIDO est une excellente nouvelle pour notre Ville. Pour créer des emplois, attirer des talents et continuer à faire preuve de leadership pour relever les défis mondiaux.

D’autres dépenses contenues dans le budget fédéral ont également suscité des réactions en Saskatchewan, particulièrement la somme de trois milliards de dollars annoncée pour les établissements dans les soins de longue durée au Canada.

Le premier ministre Scott Moe a reçu positivement la nouvelle, mais il se demande toutefois de quelle façon le montant sera distribué, notamment à savoir s’il s’agira d’un financement ponctuel ou continu.

Scott Moe a aussi affirmé que les premiers ministres espéraient voir une augmentation des transferts en santé d’Ottawa aux provinces. Une attente qui était absente du budget fédéral.

Du côté de la Chambre de commerce de Saskatoon, son président s’est réjoui que les programmes d’aide liés à la COVID-19 pour les entreprises soient prolongés jusqu’à l’automne.

Ces programmes "vitaux" faciliteront le rétablissement de nombreuses PME de [Saskatoon], leur assurant la stabilité financière dont elles ont besoin alors qu’elles cherchent à réembaucher, à réinvestir et à rouvrir complètement, a-t-il affirmé sur son compte Twitter.

Toutefois, Jason Aebig a déploré que le budget fédéral ne comporte pas de mesures pour aider à réduire les dettes liées à la pandémie des petites et moyennes entreprises.

Cependant, M. Aebig a salué les investissements destinés à développer l’accès à des services de garderies à 10 dollars par jour d’ici 2026 pour tous les Canadiens à l’extérieur de la province de Québec.

Pour la présidente du conseil d’administration du Centre éducatif Gard'Amis à Regina, Julie Pedneault, cette mesure en est une qui est exceptionnelle et hautement attendue.

En entrevue lundi à l’émission Pour faire un monde, Mme Pedneault a expliqué qu’à Regina, le coût des services de garde pour les enfants peut osciller entre 600 et 1200 dollars ou plus par mois et par enfant.

La mesure permettra, selon elle, à plus de personnes de travailler et d’avancer dans la vie. J’ai toujours considéré la garderie comme un moteur d’économie, a-t-elle ajouté.

Cependant, on ne sait pas encore comment ça va se traduire et être appliqué, a précisé Julie Pedneault. C’est une annonce à long terme qui devra survivre lors des prochaines élections.

Avec les informations de Grégory Wilson et Raphaële Frigon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !