•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De mères en filles : 4 générations de créativité dans la famille d'Anne Brochu Lambert

L'oeuvre très personnelle de l'artiste visuelle de Regina Anne Brochu Lambert touche le partage de savoirs entre quatre générations de femmes de sa propre famille, de sa grand-mère à sa fille.

L'artiste visuelle fransaskoise Anne Brochu Lambert fait de la couture pour ajouter une image à son oeuvre d'art.

Regardez : Anne Brochu Lambert, artiste visuelle, prépare une oeuvre sur le passage de savoirs entre quatre générations de femmes. Réalisation Francis Marchildon

Photo : Anne Brochu Lambert

Francis Marchildon

Tout comme la peinture à cire fondue qui est devenue la signature de l'artiste fransaskoise, la créativité coule elle aussi dans la famille d’Anne Brochu Lambert de mère en fille, depuis des générations.

Ce partage de savoirs, de sa grand-mère jusqu'à sa fille, est au cœur de son plus récent projet artistique Voix et passages.

« Quand je regardais ce parcours de quatre générations de femmes francophones, il y avait vraiment un fil conducteur de créativité et d’expressivité que j’avais envie d’explorer. »

— Une citation de  Anne Brochu Lambert, artiste plasticienne
L'artiste visuelle Anne Brochu Lambert assise à sa table de cuisine en compagnie de sa mère et de sa fille.

L'artiste visuelle Anne Brochu Lambert de Regina à table avec sa mère et sa fille.

Photo : Anne Brochu Lambert

Sa grand-mère Marie-Ange s’exprimait par les arts traditionnels de la broderie et de la couture, tandis que sa mère, Hermance, a plutôt choisi l’univers de la littérature et de l’écriture. Pour sa fille Gabrielle, la créativité passe par le théâtre et l'écriture.

L'artiste visuelle Anne Brochu Lambert est en train de coudre l'image de sa fille Gabrielle sur du tissu. Des mots ont été brodés en rouge sur l'oeuvre.

La photo de sa fille Gabrielle a été transférée sur du tissu pour l'incorporer à la toile centrale.

Photo : Anne Brochu Lambert

Pour mettre en lumière cette interrelation, l’artiste reginoise propose une installation qui comporte trois éléments : deux panneaux peints à l’encaustique sur bois, avec un troisième panneau central en toile pour permettre l'intégration de broderies et de pièces de couture de sa grand-mère, ainsi que du texte de sa mère.

L'artiste visuelle Anne Brochu Lambert coud l'image de sa grand-mère sur une toile. Il y a aussi des mots brodés sur la toile.

Anne Brochu Lambert coud l'image de sa grand-mère sur une toile.

Photo : Anne Brochu Lambert

Au-delà du 2D

Cette fusion de matériaux et de textures fait partie de la pratique artistique d’Anne Brochu Lambert. D'abord reconnue comme peintre, l'artiste qui est aussi présidente du Conseil culturel fransaskois, explore également le dessin numérique, l’estampe, le collage, l’assemblage de textiles et la photographie.

En plus d’offrir quelque chose à contempler du regard, elle voulait faire découvrir un paysage sonore à quiconque s’approche de l'œuvre, pour en faire une installation multimédia.

Une dimension sonore rendue possible grâce à l'intégration de haut-parleurs et de détecteurs de mouvements discrètement cachés dans la toile.

Derrière la toile, l'artiste a installé un système de son pour pouvoir faire jouer les éléments sonores de son installation. Il y a deux haut-parleurs, des senseurs et du filage.

Le système audio caché derrière la toile qui permettra de faire entendre les éléments sonores de l'installation.

Photo : Anne Brochu Lambert

Pour mettre en place ces éléments sonores, Anne Brochu Lambert a fait appel à un technologue et à un technicien en prise de son et en restauration d’archives sonores notamment pour retrouver la voix de sa grand-mère.

Une photo ancienne de la grand-mère de l'artiste visuelle fransaskoise Anne Brochu Lambert. Elle fait de la couture assise dans une chaise à l'extérieur.

Une photo de Marie-Ange, la grand-mère de l'artiste, prise en 1966.

Photo : Anne Brochu Lambert

Ces surprises auditives comprennent une berceuse que l’artiste chantait à sa fille Gabrielle, un texte écrit et interprété par cette dernière ainsi que des extraits d’entrevues que l'artiste avait réalisées à 12 ans auprès de sa grand-mère. Les visiteurs entendront aussi des bouts d’entrevues avec la mère de l’artiste. 

L'auteure et actrice Gabrielle Dufresne est devant un micro dans un studio d'enregistrement. Elle fait la lecture d'un texte qu'elle a écrit.

Sa fille Gabrielle Dufresne a enregistré en studio un texte qu'elle a écrit pour le projet.

Photo : Anne Brochu Lambert

Mener et faire le montage de ces entrevues l’ont ramenée à son ancien parcours de journaliste et de réalisatrice à Radio-Canada à Regina. 

« Lorsqu'on est créateur, on ne sait jamais à quel moment une expérience du passé va devenir utile dans la création. J’étais reconnaissante d’avoir ce bagage que je pouvais mettre au service du projet. »

— Une citation de  Anne Brochu Lambert, artiste plasticienne

Une vision en évolution

Si le fil conducteur de la filiation mère-fille est demeuré le même tout au long du processus de création qui s'est achevé récemment, la façon d’y arriver n’a cessé d’évoluer. Depuis plus d’un an, de nombreux chemins de traverse ont été suivis. Le format de l'œuvre a changé, la façon d’y intégrer la technologie aussi.

L'artiste visuelle Anne Brochu Lambert retouche une image sur son iPad à l'aide d'un stylet. Elle est dans son atelier.

L'artiste a utilisé une tablette et un stylet numérique pour retoucher les photos qui ont été transférées sur tissu.

Photo : Radio-Canada / Francis Marchildon

La vision initiale, très dense, est devenue épurée et minimaliste. Un processus qui l’a amené à passer par des moments d’inconfort et des sentiments de flottement parfois très déstabilisants.

Je m’étais fait une note au tout début du parcours du projet. Attends-toi à ce que les choses changent, puis c’est sûr que c’est ça qui est arrivé! 

L'artiste visuelle fransaskoise Anne Brochu Lambert brosse de la peinture à cire sur du papier. Le papier est sur une plaque chauffante.

Anne Brochu Lambert a appliqué de la peinture à l'encaustique sur du papier.

Photo : Radio-Canada / Francis Marchildon

Elle affirme que pour grandir comme créateur, il faut demeurer réceptif au processus et se pousser à sortir de sa zone de confort. 

D’avoir une part de planification et d’intuition, c’est un équilibre un peu magique et il faut être capable d’accepter qu’il y aura des moments d’inconfort. C’est juste à la limite du perdre pied, mais c’est correct. Et c’est plus intéressant d’aller là que de s’en tenir mordicus à un plan qu’on s’était donné au départ, juge Anne Brochu Lambert.

Deux bacs contiennent de la peinture à l'encaustique. Un pinceau est placé dans la cire fondue.

Elle utilise la peinture à l'encaustique pour réaliser son projet artistique.

Photo : Radio-Canada / Francis Marchildon

Créer en temps de pandémie : quand l’art n’est plus un oasis

La pandémie a engendré pour Anne Brochu Lambert des événements personnels très sollicitants sur le plan émotif qui ont, à certaines reprises, mis à l'arrêt ce qu’elle tentait d’accomplir dans son atelier. Une leçon d’humilité et une prise de conscience de l’impact de cette situation sur sa capacité de créer.

Les défis de la création en pandémie

Finalement, la pandémie n’aura pas réussi à contaminer son projet créatif. Anne Brochu Lambert se dit fière de sa conceptualisation et émue d’avoir pu revisiter tous ces artefacts de sa famille en explorant cette idée de filiation.

Elle est aussi reconnaissante d’avoir pu collaborer avec sa fille et d'avoir approfondi sa relation avec sa mère, même si ce n’était que par l’écran d’un ordinateur… pandémie oblige.

« C’est à la fois une aventure artistique et une exploration de ma propre histoire familiale. Alors c’est doublement important pour moi ce projet-là.  »

— Une citation de  Anne Brochu Lambert, artiste plasticienne
L'oeuvre d'art de l'artiste visuelle Anne Brochu Lambert. Il y a trois panneaux peint à l'encaustique. On y a ajouter des photos de sa grand-mère, de sa mère et de sa fille.

L'oeuvre finale d'Anne Brochu Lambert.

Photo : Anne Brochu Lambert

L’installation Voix et passages d’Anne Brochu Lambert fait partie d’une exposition collective dont le vernissage est prévu en juin au Centre d'arts visuels de l'Alberta (CAVA) à Edmonton.

L'exposition Présence de femmes est une initiative de l’Association des groupes en arts visuels francophones (AGAVF), qui réunit les œuvres de sept artistes féminines francophones de l’Ouest canadien.

Portail de L'atelier culturel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !