•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget fédéral : les entreprises se réjouissent, les syndicats en veulent plus

Des billets de banque canadiens pêle-mêle.

Plus de 100 milliards de dollars de dépenses sont prévus dans le budget.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le budget du gouvernement Trudeau, qui n’a pas été avare en dépenses dans le but de relancer l’économie du pays, a suscité comme chaque année de nombreuses réactions dans tout le pays. Si des groupes sont satisfaits, d’autres sont plus critiques des choix du gouvernement libéral.

La Fédération canadienne des contribuables n’y va pas de main morte. Elle qualifie les dépenses prévues par la ministre de l’Économie Chrystia Freeland de plan irresponsable.

La ministre des Finances Chrystia Freeland augmente les dépenses fédérales de manière permanente de plus de 100 milliards de dollars d’ici 2026, et elle n’a aucune idée de comment elle payera pour, a déclaré le directeur fédéral de la FCC, Franco Terrazzano.

Il ne faut pas se méprendre : soit le gouvernement devra contrôler les dépenses, soit il y aura d’énormes hausses de taxes et impôts, a-t-il ajouté.

À la Fédération canadienne des municipalités (FCM), le ton est plutôt à la satisfaction.

Ce budget répond à certaines des principales recommandations de la FCM, notamment en élargissant le soutien aux petites collectivités et aux municipalités rurales pour qu'elles deviennent plus résilientes face aux conditions climatiques extrêmes, et de nouveaux investissements pour améliorer la couverture Internet à large bande, écrit la FCM dans un communiqué.

La fédération a notamment salué les mesures prises pour soutenir l'Initiative pour la création rapide de logements.

La FCM souligne toutefois qu’il faudra beaucoup plus pour atteindre notre objectif commun d’éliminer l’itinérance chronique, a dit Garth Frizzell, le président de la FCM.

Dans le secteur des affaires, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) a exprimé sa satisfaction dans un communiqué en fin de journée.

La FCEI se réjouit de voir […] la prolongation de la Subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC) et de la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer (SUCL) jusqu'en automne.

Je tiens à féliciter Chrystia Freeland, la vice-première ministre et ministre des Finances, pour avoir adopté la recommandation de la FCEI visant à mettre en place un important incitatif à l'embauche pour les propriétaires de PME, a déclaré Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI.

Pour la FCEI, le nouveau Programme d'embauche pour la relance du Canada sera un excellent outil pour aider les PME à réembaucher leur personnel durant la phase de redémarrage de l'économie.

Électrochoc pour une relance économique

Le monde des affaires au Québec a également réagi par la voix du Conseil du patronat du Québec (CPQ). Celui-ci accueille favorablement le dépôt du budget fédéral.

Prévoyant investir dans les infrastructures, le développement des technologies vertes et des incitatifs pour le virage numérique des entreprises, le gouvernement s’assure de jouer sur tous les niveaux, écrit le CPQ dans un communiqué.

Le gouvernement fédéral vise juste avec les programmes d’aide aux entreprises, notamment les prolongements de la Subvention salariale d’urgence et de l’aide d’urgence pour le loyer, de même que la création du Programme d’embauche pour la relance. Quant aux sommes significatives en innovation et en initiatives vertes, elles sont d’excellents signaux en faveur de la relance économique, a expliqué Karl Blackburn, président et chef de direction du CPQ.

Un gain majeur

Le budget a été reçu avec satisfaction par le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC), qui a souligné les avancées en matière d’assurance-emploi contenues dans le budget.

L’établissement prévu d’une norme universelle d’admissibilité, établie à 420 heures, est un gain majeur. Il s’agit là d’une revendication historique du mouvement des chômeurs et chômeuses, a déclaré Pierre Céré, porte-parole du CNC.

Le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) voit dans le budget des demi-mesures qui ne répondent pas à tous les besoins urgents de logements.

Le FRAPRU salue toutefois l'annonce du financement d'une deuxième phase de l'Initiative de création rapide de logements (ICRL).

On espérait beaucoup mieux, compte tenu de l'adoption récente d'une loi reconnaissant le droit au logement, des promesses du dernier discours du Trône de bonifier la Stratégie sur le logement et des promesses de la nouvelle ministre des Finances disant vouloir reprendre la lutte contre les inégalités sociales, a réagi Véronique Laflamme, la porte-parole du FRAPRU.

Legault interpellé par la CSN

Du côté syndical, la CSN juge que le budget fédéral ne va pas assez loin, mais voit d’un assez bon œil certaines mesures annoncées aujourd’hui dans le budget fédéral attendu depuis deux ans.

Par ailleurs, la centrale syndicale a salué les sommes annoncées pour les services de garde. Cet investissement aidera les femmes à investir le marché du travail et donnera la chance aux ménages en attente d’une place en CPE.

Le président de la CSN, Jacques Létourneau, a, dans la foulée, interpellé le gouvernement du Québec, qui devra, selon lui, utiliser ce nouveau transfert fédéral pour parachever son réseau de services de garde subventionnés. Il faut arrêter d’ajouter des places au compte-gouttes, a-t-il précisé.

Une relance économique juste

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a salué le premier budget fédéral qui apporte plusieurs réponses aux multiples défis collectifs pour assurer une relance juste et reconnaissante du préjudice économique vécu par les femmes au cours des derniers mois.

Dans son discours budgétaire, le gouvernement fédéral consacre l’expression "récession au féminin" pour parler des impacts économiques de la crise de la pandémie sur l’emploi alors que 16 000 femmes ont quitté la population active en comparaison des 91 000 hommes de plus qui l’ont rejointe », a indiqué la CSQ dans son communiqué.

Le gouvernement du Québec aurait tout avantage à prendre exemple sur son homologue, tant dans le discours que dans les mesures mises en place pour favoriser l’emploi chez les femmes, constate Sonia Ethier, présidente de la CSQ.

La centrale est cependant déçue de l’inflexibilité du gouvernement Trudeau sur les transferts en santé ainsi que de l’absence d’annonce concrète sur la mise en place du nécessaire régime universel d’assurance médicaments.

Concernant les investissements annoncés dans la petite enfance, tout comme la CSN, la CSQ demande aux ministres [Eric] Girard (ministre des Finances) et [Mathieu] Lacombe (ministre de la Famille) […] d’utiliser ces sommes très importantes pour relancer le réseau québécois, qui a été mis à mal dans les dernières années.

Bonne nouvelle

Dans le secteur agricole, les Fermiers pour la transition climatique (FTC) considèrent que le budget fédéral est une bonne nouvelle pour l’agriculture canadienne.

Le gouvernement a alloué un financement sans précédent pour appuyer les fermiers canadiens dans l’adoption des pratiques respectueuses du climat, un geste qui devrait réduire de manière significative les émissions de gaz à effet de serre (GES) provenant des fermes, a déclaré l’organisation.

Selon les Fermiers pour la transition climatique, cet investissement fédéral se traduira non seulement par une plus grande adoption des stratégies agricoles respectueuses du climat, [mais] l’amélioration de la qualité de l’air, des eaux et du sol qu’il entraînera bénéficiera à tous les Canadiens.

Deux classes d'aînés

Au chapitre des aînés, la réaction du Réseau FADOQ a été partagée. Tout en saluant une belle intention d'aider financièrement les aînés sur la forme, il considère que le gouvernement a discriminé une catégorie d’aînés en augmentant les paiements réguliers de la Sécurité vieillesse de 10 % pour les aînés âgés de 75 ans et plus en 2022.

En introduisant une hausse de la Sécurité de la vieillesse exclusivement aux gens de 75 ans et plus, le gouvernement crée deux classes d'aînés, a déclaré la présidente du Réseau FADOQ, Gisèle Tassé-Goodman.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !