•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec accueillera plus d’immigrants, promet Jean Boulet

Le ministre du Travail a confié au milieu des affaires sa volonté d'accélérer l’arrivée de travailleurs immigrants, même si le ministère de l’Immigration se montre plus prudent.

Le ministre en conférence de presse.

Le ministre Jean Boulet a assuré que son gouvernement va revoir certaines règles en matière d'immigration, pour lutter contre la pénurie de main-d'œuvre.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

« L’immigration, moi, je pense que c’est un incontournable », a lancé le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, lundi après-midi. Ce dernier était l’invité de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain pour parler de la relance économique dans la métropole et de la pénurie de main-d’œuvre.

Durant son intervention, le ministre Boulet a fait l’éloge de l’immigration, particulièrement de l’immigration temporaire.

Il a notamment indiqué avoir eu un entretien avec son homologue à Ottawa et que son gouvernement s’apprêtait à modifier les règles concernant la venue de travailleurs étrangers temporaires pour permettre aux entreprises québécoises d’en accueillir davantage.

À l’heure actuelle, a-t-il précisé, les établissements ne peuvent avoir plus de 10 % de travailleurs étrangers temporaires. Une limite qui sera revue à la hausse.

Je ne peux pas le dire publiquement, mais [j’ai] des ententes de principe pour hausser le seuil de 10 à 20 %.

Une citation de :Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale

Davantage de métiers et professions auront aussi accès à un processus simplifié et plus rapide, pour recruter des travailleurs étrangers, a ajouté Jean Boulet.

Ce programme, géré conjointement par Québec et Ottawa, oblige notamment les entreprises à réaliser une étude d’impact du marché du travail (EIMT), dont les délais et les exigences sont souvent décriés par le milieu des affaires.

Je pense qu’on va marquer des points qui vont bénéficier aux entreprises à Montréal et partout au Québec. Pour l’immigration temporaire, je pense qu’on va faire des grands pas en avant, a-t-il clamé.

Vers une hausse des seuils d’immigration?

Au cours de cette même discussion, le ministre Boulet a également reconnu que les programmes actuels, visant une immigration permanente, pourraient être revus.

En parlant du Programme de l’expérience québécoise (PEQ), réformé l’an passé dans la controverse par son gouvernement et qui permet aux travailleurs et étudiants étrangers vivant déjà au Québec d’accéder à la résidence permanente, il a souligné qu’il y a aussi des avancées que nous devons faire.

On est un parti, un gouvernement qui comprend cette réalité-là. Je pense que c’est un incontournable. Mais encore faut-il s’assurer que les personnes immigrantes répondent bien aux besoins du marché, a-t-il précisé. Il ouvre la porte à une hausse des seuils d’immigration, qui avaient été baissés lors de l’arrivée au pouvoir de l’équipe de François Legault.

On est conscient que les personnes immigrantes sont une des solutions pour répondre aux phénomènes de rareté de main-d'œuvre.

Une citation de :Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale

Contacté par Radio-Canada afin d'obtenir des précisions, le cabinet du ministre Boulet s’est montré plus prudent, en soulignant que des négociations sont toujours en cours.

Questionné la semaine passée par Radio-Canada, le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) est également resté flou concernant une éventuelle hausse du nombre d'immigrants au Québec.

La prochaine planification tiendra notamment compte de notre capacité d’intégration et de francisation, ainsi que de nos besoins économiques dans les grands centres comme dans les régions, a écrit, par courriel, Flore Bouchon, porte-parole de la ministre de l’Immigration, Nadine Girault.

Une bonne nouvelle pour la communauté d’affaires

Aux yeux de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), à l’origine de cette rencontre virtuelle, ces déclarations ont l’allure d’une bonne nouvelle.

C’est une satisfaction, soutient Michel Leblanc, le président de la CCMM. Le ministre répond exactement aux messages qu’on reçoit des entreprises.

La pénurie de main-d'œuvre est revenue de manière très forte. Le ministre répond à un besoin criant.

Une citation de :Michel Leblanc, président de la CCMM

Pour le député libéral Monsef Derraji, le ministre Boulet a essentiellement révélé un constat d’échec du gouvernement.

Il essaie de trouver des solutions, mais ces solutions doivent venir de ses collègues qui ne font rien pour lui faciliter la tâche, affirme le porte-parole de l’opposition officielle dans les dossiers d’emploi et du travail; il cible François Legault et l’ancien ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette.

Le premier ministre n’a jamais compris la plus-value de l’immigration à l’économie. Le ministre [Jean Boulet] est en train de vivre le test de la réalité avec la communauté d’affaires.

Une citation de :Monsef Derraji, porte-parole du PLQ

Les travailleurs temporaires ciblés par Québec

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement Legault fait la promotion de l’immigration temporaire. Depuis l’arrivée au pouvoir de la CAQ, le nombre de travailleurs étrangers a atteint un niveau record.

En 2017, il y avait plus de 17 600 postes de travailleurs étrangers temporaires acceptés au Québec. Ce chiffre a grimpé à près de 34 000 en 2019 et est resté stable l’an passé, malgré la pandémie et la fermeture des frontières.

Québec a d’ailleurs demandé à Ottawa de gérer entièrement ce programme. Il s’agit même d’une priorité du gouvernement Legault, qui n’a cependant pas encore trouvé écho auprès du gouvernement Trudeau, même si ce dernier a déjà promis de mettre en place des assouplissements.

Les discussions se poursuivent, mais nous souhaitons qu’elles s’accélèrent, indiquait, à la mi-mars, le cabinet de Nadine Girault.

Avec la collaboration de Daniel Boily

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !