•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier jour de la fermeture de la frontière entre le Manitoba et l’Ontario

Un barrage avec des voitures de police de chaque bord d'une route et des policiers.

Une centaine de voyageurs sont passés par ce barrage lundi matin, mais personne n'a été refoulé, selon la police ontarienne.

Photo : Radio-Canada / Julien Sahuquillo

Radio-Canada

Depuis minuit, lundi, la police provinciale ontarienne a mis en place des contrôles à la frontière manitobaine pour réguler les déplacements entre les deux provinces. Plusieurs policiers se relaient 24 heures sur 24, pour contrôler les véhicules et juger si ceux-ci peuvent traverser le barrage ou pas.

Avant même la frontière ontarienne, des panneaux au Manitoba avertissent les automobilistes des nouvelles restrictions de déplacement en vigueur.

Sur place, la circulation est plus calme que d'habitude.

Seuls les voyages pour des raisons essentielles sont autorisés et pour veiller au bon respect de cette mesure, un barrage a été installé par la police provinciale de l'Ontario. Celui-ci a pris place dans un centre d’information touristique proche du parc du Whiteshell, entre les villes de Faloma, au Manitoba, et Clearwater, en Ontario.

Lundi matin, environ une centaine de voyageurs sont passés par ce barrage, selon la police ontarienne et aucun d’entre eux n’a été refoulé, précise le porte-parole de la police provinciale de l’Ontario, Jason Canfield.

Une camionnette passant entre deux voitures de police.

Plusieurs exceptions existent pour les personnes qui doivent se rendre sur leur lieu de travail, le transport des marchandises ou encore les Autochtones.

Photo : Radio-Canada / Camille Kasisi-Monet

Des exceptions et des déçus

Il existe plusieurs exceptions à cette fermeture des frontières, par exemple pour les personnes qui doivent se rendre sur leur lieu de travail ou qui doivent recevoir des soins médicaux. Le transport des marchandises est également autorisé, et les Autochtones peuvent traverser la frontière en vertu des droits qui leur sont conférés dans les traités.

Par ailleurs, les voyageurs qui doivent traverser l’Ontario pour se rendre dans l’est du pays sont aussi autorisés à passer le barrage.

C’est le cas de Suzanne et Richard, qui ont passé leur hiver en Colombie-Britannique et retournent au Québec. Le couple prévoit de traverser l’Ontario en faisant des arrêts, mais tout en restant dans leur caravane.

Pour les propriétaires de chalets dans le nord-ouest de l'Ontario, aucune exception n’a été prévue.

Lorraine Bisson, une Manitobaine qui possède un chalet à Kenora, se dit mécontente que le délai entre l’annonce de Doug Ford vendredi et la mise en vigueur des restrictions ait été aussi court.

Des exemptions seront données rapidement aux propriétaires de chalets frontaliers afin qu’ils puissent sécuriser leurs propriétés , espère-t-elle.

Pour le moment, seuls les Manitobains qui ont déclaré leur chalet ontarien en tant que résidence principale peuvent s’y rendre.

À la discrétion de l’agent frontalier, des exceptions pourraient être faites pour prévenir des dommages, souligne Jason Canfield, mais des preuves de contrat de rénovation ou de réparation pourraient être demandées.

Une vue aérienne du barrage entre le Manitoba et l'Ontario.

Lundi matin, environ une centaine de voyageurs sont passés par ce barrage selon la police ontarienne, et aucun d’entre eux n’a été refoulé, précise le porte-parole de la police provinciale de l’Ontario, Jason Canfield.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

Pas de fermeture côté manitobain et une aide prévue

En conférence de presse lundi, le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a affirmé qu'une fermeture de la frontière côté manitobain n’était pas la priorité . Contrairement au Québec, aucun contrôle n’est effectué dans le sens opposé, soit pour les personnes qui entrent au Manitoba depuis l’Ontario.

Brian Pallister a également laissé entendre qu’un retour des postes de contrôle informatifs mis en place au début de la pandémie n’était pas non plus à l’ordre du jour.

Le premier ministre du Manitoba a aussi affirmé qu’il était prêt à aider son voisin.

Le Manitoba est fier de faire de son mieux pour aider ses voisins dans les moments difficiles, a-t-il déclaré.

Brian Pallister n’a pas écarté la possibilité d’y envoyer de l’équipement de protection personnelle et des ventilateurs. Il a aussi évoqué le recours à des employés à la retraite volontaires pour soulager le système de santé ontarien.

Avec les informations de Camille Kasisi-Monet.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !