•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget fédéral : 495 millions de dollars sur six ans pour un TGF Québec-Toronto

Un train de passagers circule sur une voie ferrée sinueuse en été.

Un train de passagers de VIA Rail.

Photo : Reuters / Shaun Best

Le budget fédéral présenté lundi par la ministre Chrystia Freeland inclut une enveloppe de près de 500 millions de dollars pour « amorcer une étape importante » du projet de train à grande fréquence (TGF) qui relierait Toronto à Québec, en passant par Montréal et Trois-Rivières.

Un premier montant de 4,4 millions de dollars est annoncé pour Transports Canada et VIA Rail Canada afin d’assurer la collaboration avec le bureau de projet mis sur pied en 2019.

Le budget inclut aussi une enveloppe de 491,2 millions de dollars sur 6 ans octroyés à VIA Rail pour des investissements en matière d’infrastructure qui soutiendraient la réussite globale du projet de train à grande fréquence. Ottawa précise que ces investissements serviront à réduire les goulets d’étranglement, à améliorer la fluidité et la connectivité, et permettraient à VIA Rail d’amorcer une étape importante du projet.

Avec 500 millions dollars, on s'entend pour dire que le projet est vraiment lancé, se réjouit le député de Québec et président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos.

Il ne s'agit toutefois que d'une première étape alors que la facture totale d'un TGF Québec-Toronto est évaluée à quatre milliards de dollars. Il est probable que dans deux, trois ou quatre ans, on ajoute des montants à ce 500 millions, qui est quand même très substantiel, pour aller encore plus rapidement, commente le ministre libéral.

Jean-Yves Duclos et les documents budgétaires parlent d'ailleurs toujours d’un corridor Toronto-Québec, il ne serait donc pas question d’arrêter le trajet à Montréal plutôt que dans la capitale.

VIA Rail réclame depuis 2016 des voies dédiées entre Québec et Toronto face aux retards engendrés par la priorité des trains de marchandises sur ceux transportant des passagers.

Carte du sud du Québec et de l'Ontario sur laquelle apparaissent deux tracés en orange et en bleu avec une série de villesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le tracé approximatif du nouveau corridor proposé par VIA Rail au nord des voies ferrées utilisées actuellement.

Photo : Radio-Canada/VIA Rail

Attendu de longue date

Encore lundi, Régis Labeaume estimait qu’un TGF représentait le niveau de service minimum pour un corridor économique aussi important que Toronto-Québec. Un TGF, dans un pays comme le nôtre, c'est le minimum qu'on peut avoir. Moi, je nous sens sous-développés. [...] C'est incontournable , a déclaré le maire de Québec avant la présentation du budget.

Le 17 avril, il cosignait une lettre avec les maires de Montréal, Ottawa et Toronto pour demander au gouvernement fédéral de confirmer le financement de ce projet structurant afin d’appuyer la relance économique.

À la chambre de commerce de Québec, le président se réjouit de l'investissement fédéral, mais trouve l'échéancier de six ans un peu long. On aurait aimé un engagement à plus court terme, plus rapide. Dans un contexte de relance, c'est un beau projet structurant qui s'imbrique bien pour stimuler l'économie, commente Steeve Lavoie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !