•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget fédéral 2021 : vers une nouvelle étape pour le 6e lien?

Des voitures circulent sur le pont du Portage en hiver.

Le pont du Portage (archives)

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Le budget 2021 du gouvernement Trudeau marque une nouvelle étape pour le projet de 6e lien reliant Ottawa à Gatineau.

Les ponts interprovinciaux servent de liens importants dans la capitale nationale, souligne-t-on dans le document intitulé Une relance axée sur les emplois, la croissance et la résilience, déposé par la ministre des Finances, Chrystia Freeland, lundi.

On signale que deux entités gouvernementales devraient voir le jour pour faire cheminer l’initiative en transports souhaitée par plusieurs dans la population de la grande région de la capitale fédérale.

Un bureau de projet dédié responsable d’aborder le besoin d’un point de passage supplémentaire dans la région de la capitale nationale sera établi à Services publics et Approvisionnement Canada, conjointement avec la Commission de la capitale nationale, peut-on lire.

Cette approche se basera sur le plan provincial intégré de longue durée sur les points de passage interprovinciaux, dirigé par la Commission de la capitale nationale (CCN).

Le budget de 2021 propose aussi la création d’un bureau de projet interprovincial de transport en commun au sein de la CCN.

Le bureau de projet travaillera à l’étude et à la planification des liaisons interprovinciales possibles de tramway entre Ottawa et Gatineau, en plus de la consultation et de la collaboration avec les partenaires municipaux, provinciaux et de transport, énonce-t-on.

Pour le député libéral de Gatineau, Steven MacKinnon, on peut déjà dire qu'un pas de plus est franchi, tant pour le projet de tramway que celui de 6e lien.

Je sais que, pour la population, c’est lent, une étape à la fois. C’est un travail de longue haleine, mais c’est une étape nécessaire et c’est une étape de franchie, a-t-il dit en entrevue avec ICI Ottawa-Gatineau.

Celui qui est aussi secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Anita Anand, a indiqué que les dépenses associées aux deux bureaux de projet seront épongées par le budget régulier du ministère.

Portrait de l'homme lors d'une entrevue à la caméra.

Le député de Gatineau Steven MacKinnon (archives)

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Quant au maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, il concentre surtout ses espoirs sur le tramway pour atteindre son objectif de réduire la congestion routière.

Un des défis avec ce projet-là, c'est qu'il est interprovincial, qu'il interpelle plusieurs ministères fédéraux et pas les moindres [...] C’est énormément de ministères donc cet exercice-là est important pour permettre au fédéral de s'entendre avec lui-même, de parler d'une voix forte [...] et que le projet avance, a-t-il réagi.

Pour moi, ce n'est pas symbolique du tout, parce qu'une des menaces de ce projet-là, c'est sa complexité et le fait qu'il est fait entre les deux rives.

Une citation de :Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Dans les derniers jours, il avait souligné que la solution pour le financement du projet de tramway passerait par le programme permanent en transport collectif de 15 milliards $.

Le budget 2021 réitère que ces investissements, confirmés en février, seront au rendez-vous.

Des investissements pour le logement abordable

Par ailleurs, le fédéral s’engage à plusieurs investissements en matière de logement abordable. Tant M. Pedneaud-Jobin que son vis-à-vis à la Ville d’Ottawa, Jim Watson, avaient des attentes en ce sens.

À l’échelle du pays, le gouvernement veut appuyer la création de 35 660 logements abordables, mais il reste à voir combien de projets verront le jour dans la région.

Le fédéral prévoit, entre autres, un investissement de 2,5 milliards $ supplémentaires sur sept ans, dès 2021-2022, à la Société d’hypothèques et de logement. De cette somme, 1,5 milliard seront dédiés à un programme de création rapide de logements, en 2021-2022, afin de répondre aux besoins urgents.

Cette dernière initiative fédérale, qui était initialement dotée de fonds d’un milliard de dollars, a été populaire considérant qu’Ottawa a cessé d’accepter les demandes de subventions en janvier.

La communauté d'affaires se réjouit

Une série de mesures imbriquées dans le budget 2021 visent à donner un second souffle aux entreprises éprouvées par la pandémie de COVID-19 qui ne s'essouffle pas.

En plus de proposer la prolongation de programmes tels que la subvention salariale jusqu'au 25 septembre, la ministre Freeland avance aussi l'idée de créer un nouveau Programme d’embauche pour la relance du Canada.

Cette initiative, qui s’étendra de juin à novembre, offrira 595 millions $ pour permettre aux entreprises de réembaucher plus facilement les travailleurs qu’elles ont dû laisser aller, ainsi que d'en embaucher de nouveaux.

Il y a un ensemble de mesures disponibles [...] À la première lecture que j'en fais, j'en suis ravi, a commenté le président par intérim de la Chambre de commerce de Gatineau, Stéphane Bisson.

La directrice générale du Regroupement des gens d'affaires de la capitale nationale (RGA), Lise Sarazin, s'est aussi dite plutôt satisfaite à première vue. Elle a salué les engagements envers une taxe corporative afin de motiver les entreprises à investir dans l'énergie verte.

Une série d'enveloppes ont aussi été allongées au secteur du tourisme, heurté de plein fouet par la pandémie.

Aperçu du soutien au secteur touristique

  • Total de 1,1 milliard $ sur trois ans
  • 200 millions $par le biais d’agences de développement régional pour venir appuyer des grands festivals
  • 200 millions $ par l’entremise de Patrimoine canadien pour appuyer des festivals locaux et les évènements d’organismes communautaires
  • 100 millions $ pour Destination Canada
  • 500 millions $ administrés par les agences de développement régional pour appuyer des entreprises touristiques locales dans l’adaptation de leurs produits et services en raison de la pandémie

Le budget fédéral 2021 a également été bien accueilli par l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO).

Même si aucun argent supplémentaire n'est annoncé pour les organismes communautaires durement éprouvés par la pandémie, le président de l'AFO, Carol Jolin, a salué les investissements pour répondre à la pénurie d'enseignants de langue française, ainsi que les 81,8 millions sur deux ans, dès 2021-2022, pour la construction, la rénovation et le développement d’espaces éducatifs et communautaires pour communautés en situation minoritaire.

Dans l'ensemble, on est très satisfait.

Une citation de :Carol Jolin, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario

Il y a aussi de l'argent pour le postsecondaire de qualité. On parle de 121,3 millions de dollars [sur trois ans] et dans le contexte actuel, quand on voit la situation du Campus Saint-Jean, en Alberta, et celle de l'Université Laurentienne et de Sudbury, ici, en Ontario, ce sont des sommes importantes pour ce qu'on veut accomplir avec le dossier de l'Université de Sudbury, indique M. Jolin.

Avec les informations d’Estelle Côté-Stroka et Kim Vallière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !